Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Arthritis mutilans: Ce que vous devez savoir

L’arthrite mutilante est une forme rare d’arthrite inflammatoire qui provoque une inflammation sévère. Cela conduit à l’usure des articulations et des tissus osseux dans les mains et les pieds.

Cet article se penchera sur les causes de l’arthrite mutilante (AM), ses symptômes, comment il est diagnostiqué, et quelles sont les options de traitement disponibles.

Causes

[doigts arthritiques]

La polyarthrite rhumatoïde (PR) et l’arthrite psoriasique (APh) sont deux maladies qui peuvent évoluer vers l’AM.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune progressive à long terme qui provoque une inflammation dans tout le corps, en particulier dans les articulations.

Aussi une maladie auto-immune, PsA provoque des douleurs articulaires, un gonflement et une inflammation de la peau. Si elles ne sont pas contrôlées, les deux conditions peuvent entraîner des dommages articulaires.

En tant que forme sévère de PR ou de RP, l’AM détruit l’os et le cartilage des articulations et provoque la résorption osseuse. La résorption osseuse fait partie du processus de modélisation osseuse impliquant la dégradation et l’absorption du vieux tissu osseux.

Chez les personnes atteintes de MA, la reconstruction du tissu osseux n’a pas lieu. Au lieu de cela, les tissus mous des os s’effondrent.

L’arthrite mutilans dans le RP et la polyarthrite rhumatoïde

La MA est rare, touchant environ 5% des personnes atteintes de RP et 4,4% des personnes atteintes de PR. Cela affecte principalement les petites articulations.

L’arthrite mutilante est l’une des formes les plus sévères de l’arthrite psoriasique. Il est marqué par des lésions claires et graves du tissu osseux dans les articulations.

Une étude a révélé que les personnes atteintes d’arthrite psoriasique qui développent éventuellement des lésions articulaires sévères et une difformité ont une activité plus élevée de la maladie lorsque les symptômes commencent.

En 2003, a rapporté une femme de 94 ans qui avait RA depuis l’enfance. Quand elle a d’abord cherché un traitement dans la soixantaine, elle s’est présentée avec une AM et une difformité articulaire sévère. L’imagerie a montré une résorption osseuse sévère dans les mains et les poignets et un effondrement du tissu osseux.

Cela a créé une condition appelée « doigts télescopiques ». Les doigts télescopiques se produisent lorsque les os se dissolvent et que les tissus mous ne peuvent pas retenir les doigts et qu’ils finissent par se rapprocher en tas.

Dans la polyarthrite rhumatoïde, les déformations graves de l’AM sont plus visibles dans les mains et les poignets. Ils ont tendance à se produire lorsque la PR n’est pas traitée correctement.

Cas rares

[main avec une déformation arthritique]

Des cas de MA ont également été rapportés chez des personnes présentant les conditions suivantes:

  • lupus érythémateux systémique (SLE)
  • maladie conjonctive mixte des tissus (MTCD)
  • arthrite juvénile idiopathique (AJI)
  • réticulohistiocytose multicentrique (MRH)

Malheureusement, les recherches sur ces types d’AM et leur prévalence font défaut et sont souvent dépassées.

En 2008, un cas rare d’une femme de 45 ans présentant des déformations du LES et de l’AM a été signalé. La femme a eu des changements destructeurs dans ses deux mains et a nécessité de multiples chirurgies pour réparer les dégâts.

Une étude de 1978 dans le, a rapporté que l’une des 20 personnes atteintes de MTCD avait AM. En plus des difformités articulaires, la personne a eu des problèmes importants avec le mouvement.

Un article de la revue rapporte une femme de 60 ans qui a reçu un diagnostic d’AJI à l’adolescence. Elle avait une « déformation en forme de crayon dans la tasse » dans sa main et des doigts déformés et déformés. Une déformation crayon-dans-tasse est quand la pointe d’un os devient pointue comme un crayon aiguisé. La surface voisine devient arrondie en raison de l’usure.

Le MRH est un type d’arthrite très rare et destructrice avec seulement environ 250 cas rapportés dans le monde entier. Le MRH peut être identifié par l’usure de plusieurs articulations et par des lésions de la peau, des muqueuses et des organes internes.

La MRH progresse vers AM dans 45% des cas et touche plus de femmes que d’hommes. Il est résistant aux médicaments modificateurs de la maladie (ARMM) et aux médicaments stéroïdiens.

Symptômes

Le principal symptôme de la MA est la destruction sévère du tissu osseux. Cela conduit à une déformation permanente de l’articulation et à une impossibilité de bouger l’articulation. Parce que l’AM est une maladie progressive, elle va éventuellement s’aggraver. Il s’aggrave rapidement chez certaines personnes et d’une manière stop-start chez les autres.

Les difformités causées par l’AM sont souvent clairement visibles dans les mains, les doigts, les pieds et les orteils d’une personne. La condition peut éventuellement entraîner des doigts télescopiques et des orteils visibles sur les rayons X. Parfois, les os ne se résorbent pas et les articulations fusionnent ou s’usent. Lorsque cela se produit, la fonction de l’articulation est complètement perdue. Ce type de fusion est appelé ankylose, ou un raidissement anormal des articulations.

Dans les cas les plus graves, il se produit une affection appelée main d’opéra de verre, où les doigts sont déformés en raison d’une destruction sévère et de l’absorption osseuse. Les déformations de la main de l’opéra de verre sont souvent vus dans les cas avancés de RA.

Traitement

[Femme recevant une thérapie physique avec une balle squeeze]

Une thérapie physique précoce et agressive, en particulier dans les mains, peut aider à retarder ou empêcher la MA de détruire l’articulation et d’empêcher l’articulation de fonctionner.

L’AM peut également être traitée avec des médicaments, y compris les DMARD, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et les corticostéroïdes.

Certaines données suggèrent que l’AM peut être traitée avec succès avec des médicaments appelés inhibiteurs du TNF. Une étude de suivi de 2009 a montré que l’AM associée au RP répondait bien aux inhibiteurs du TNF. Les patients ont subi des améliorations des articulations et de la peau, bien que les déformations antérieures n’aient pas pu être traitées.

D’autres médicaments efficaces contre l’arthrite psoriasique sont les anti-IL-17, les anti-IL-12 et 23 et les inhibiteurs de la PDE4. Les médicaments qui agissent sur la PR sont différents, donc on pense que les deux maladies ne sont probablement pas causées de la même manière.

Une attelle peut réduire l’inflammation et stabiliser les articulations, mais une attelle excessive peut entraîner un affaiblissement du tissu musculaire.

Il y a eu quelques recherches pour indiquer que l’AM peut être réparé avec différents types de chirurgie. Ceux-ci inclus:

  • procédures de greffe osseuse iliaque: processus chirurgical de réparation des os et des articulations endommagés
  • arthrodèse: correction chirurgicale impliquant la fusion articulaire des doigts et des orteils

Un rapport dans le numéro de mars 2008 de la recherche décrite qui a inclus la chirurgie sur une personne avec SLE. Ces deux techniques chirurgicales ont été rapportées dans le manuel médical, en tant que traitements efficaces et efficaces pour la MA.

Perspective

L’arthrite mutilante est une forme rare de maladie articulaire avancée. Une fois qu’une personne a été diagnostiquée avec AM, on ne sait pas comment la condition va progresser.

Les traitements vont ralentir la progression de la maladie et des lésions articulaires et contribuer à améliorer la qualité de vie. Bien qu’il y ait un risque de complications, de difformité et de perte de mouvement, la recherche montre qu’il y a des gens qui vivent bien avec l’AM jusqu’à un âge avancé.

Diagnostic

Il est préférable de faire un diagnostic de MA en recherchant des signes de déformations articulaires dans les radiographies et les IRM. Les médecins comptent également sur l’examen physique de la destruction visible des articulations et des analyses de sang pour mesurer l’activité de la maladie à partir de la condition sous-jacente.

Like this post? Please share to your friends: