«Nous entendons tous des voix dans nos têtes», mais pourquoi? L’étude enquête

Selon une nouvelle étude publiée dans le journal, le cerveau traite essentiellement de la même chose que de parler à voix haute, ce qui peut aider à expliquer des conditions telles que la schizophrénie.

tête avec des bulles autour d'elle

Nous passons beaucoup de temps à nous écouter à l’intérieur de nos têtes. Nous écoutons notre voix intérieure chaque fois que nous lisons un livre, décidons de ce que nous avons à déjeuner ou imaginons comment nous allons avoir notre point de vue lors d’une réunion.

En fait, les estimations suggèrent que nous passons au moins un quart de nos heures de veille à s’occuper de notre voix intérieure.

Mais comment le cerveau peut-il faire la différence entre la voix intérieure et la voix externe qui fait entendre les sons que les autres entendent?

Les outils explorant ce domaine du traitement du cerveau pourraient être très utiles pour améliorer notre compréhension des troubles qui impliquent «entendre des voix», comme la schizophrénie.

Schizophrénie et hallucinations

La schizophrénie est une maladie mentale à long terme, grave et invalidante qui touche environ 1,1% des adultes aux États-Unis. Dans la plupart des cas, les symptômes commencent à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte.

Le trouble perturbe la pensée, les émotions, la perception et le comportement, ce qui rend difficile le fait de s’entendre avec les gens, de garder un emploi et de gérer la vie de tous les jours. Les experts suggèrent que cette maladie très complexe est probablement une collection de plusieurs troubles.

Un symptôme commun de la schizophrénie est «hallucinations verbales auditives», ou entendre des voix que d’autres personnes n’entendent pas. Depuis un certain temps, il a été supposé que ces hallucinations sont le résultat de problèmes avec le discours intérieur.

« Cette étude », explique l’auteur de la première étude Thomas Whitford, professeur agrégé à l’École de psychologie de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud en Australie, « fournit les outils pour enquêter sur cette hypothèse une fois impossible à tester. »

«La copie d’efférence amortit la réponse du cerveau»

Quand nous parlons à haute voix, notre cerveau envoie des instructions qui indiquent aux cordes vocales, à la langue et aux lèvres comment se déplacer pour produire le son voulu. Lorsque cela se produit, le cerveau fait également une copie des instructions. Ceci est connu comme la « copie d’efference ».

La copie d’efference permet aux régions du cerveau qui traitent le son de prédire ce qu’elles vont recevoir. Si la copie d’efference correspond aux sons que nous entendons réellement lorsque nous parlons, la réponse au traitement sonore est plus modérée.

« La copie d’efference amortit la réponse du cerveau aux vocalisations auto-générées », explique le professeur Whitford, « donnant moins de ressources mentales à ces sons, car ils sont si prévisibles. »

Il explique cet effet avec un autre exemple: essayer de se chatouiller nous semble beaucoup moins chatouilleux que quand quelqu’un d’autre le fait. Lorsque nous essayons de nous chatouiller nous-mêmes, le cerveau produit une copie efférente des instructions aux doigts, ce qui lui permet de prédire les sensations exactes, ce qui entraîne une réponse quelque peu amortie.

Mais si quelqu’un d’autre fait le chatouillement, il n’y a pas de copie de référence, et l’acte imprévu – même s’il implique les mêmes sensations – crée une plus grande réponse dans le cerveau et le sentiment d’être chatouillé.

Est-ce que le discours intérieur fait des copies d’efference?

Le but de la nouvelle étude était de découvrir si le cerveau fait une copie d’efference pour le discours intérieur de la même manière que pour les mots qui sont prononcés à voix haute.

L’équipe a recruté 42 volontaires en bonne santé et a utilisé l’électroencéphalographie (EEG) pour suivre leur activité cérébrale pendant qu’ils écoutaient un discours vocal au casque.

Pendant qu’ils écoutaient, les participants devaient faire le même son ou un son différent dans la tête au son qu’ils pouvaient entendre.

Les enregistrements EEG ont montré qu’un type spécifique de réponse cérébrale était «atténué» lorsque le son de la parole interne était le même que le son externe. Cependant, lorsque le son de la parole intérieure ne correspondait pas à celui de la voix externe, l’atténuation ne s’est pas produite – la réponse était beaucoup plus grande.

Les chercheurs concluent que ceci indique que le cerveau fait une copie d’efference pour le discours intérieur de la même manière que pour le discours externe.

Ils suggèrent que la méthode qu’ils ont utilisée dans l’étude pourrait être utile pour explorer ce qui se passe dans le cerveau au cours des hallucinations verbales auditives.

« Nous entendons tous des voix dans nos têtes, peut-être que le problème se pose lorsque notre cerveau est incapable de dire que nous sommes ceux qui les produisent. »

Thomas Whitford

Like this post? Please share to your friends: