Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Cancer de la prostate en détail

Le cancer de la prostate affecte la glande de la prostate, la glande qui produit une partie du liquide dans le sperme et joue un rôle dans le contrôle de l’urine chez les hommes.

La prostate est située sous la vessie et devant le rectum.

Aux États-Unis (États-Unis), c’est le cancer le plus commun chez les hommes, mais il est également traitable si on le trouve dans les premiers stades.

En 2017, l’American Cancer Society prévoit qu’il y aura environ 161 360 nouveaux diagnostics de cancer de la prostate, et qu’environ 26 730 décès surviendront à cause de cela.

Des tests réguliers sont cruciaux car le cancer doit être diagnostiqué avant la métastase.

Faits rapides sur le cancer de la prostate:

    Voici quelques points clés sur le cancer de la prostate. Plus de détails sont dans l’article principal.

      • La prostate est une partie du système reproducteur masculin.
      • Le cancer de la prostate est le cancer le plus commun chez les hommes.
      • Il est traitable s’il est diagnostiqué tôt, avant qu’il ne se propage.
      • Si les symptômes apparaissent, ils incluent des problèmes avec la miction.
      • Un dépistage régulier est le meilleur moyen de le détecter en temps utile.

    Symptômes

    Le cancer de la prostate est le cancer le plus courant chez les hommes.

    Il n’y a habituellement aucun symptôme pendant les premiers stades du cancer de prostate. Cependant, si les symptômes apparaissent, ils impliquent généralement un ou plusieurs des éléments suivants:

    • envies fréquentes d’uriner, y compris la nuit
    • difficulté à commencer et à maintenir la miction
    • sang dans l’urine
    • miction douloureuse et, plus rarement, éjaculation
    • difficulté à atteindre ou à maintenir une érection peut être difficile

    Le cancer avancé de la prostate peut entraîner les symptômes suivants:

    • douleur osseuse, souvent dans la colonne vertébrale, le fémur, le bassin ou les côtes
    • fractures osseuses

    Si le cancer se propage à la colonne vertébrale et comprime la moelle épinière, il peut y avoir:

    • faiblesse des jambes
    • incontinence urinaire
    • incontinence fécale

    Traitement

    Le traitement est différent pour les cancers de la prostate précoces et avancés.

    Cancer de la prostate à un stade précoce

    Si le cancer est petit et localisé, il est habituellement pris en charge par l’un des traitements suivants:

    Attente ou surveillance vigilante: Les taux sanguins de PSA sont régulièrement vérifiés, mais il n’y a pas d’action immédiate. Le risque d’effets secondaires l’emporte parfois sur la nécessité d’un traitement immédiat pour ce cancer à développement lent.

    Prostatectomie radicale: La prostate est enlevée chirurgicalement. La chirurgie traditionnelle nécessite un séjour hospitalier jusqu’à 10 jours, avec un temps de récupération pouvant aller jusqu’à 3 mois. La chirurgie robotisée en trou de serrure implique une période d’hospitalisation et de récupération plus courte, mais elle peut être plus coûteuse. Les patients doivent parler à leur assureur de la couverture.

    Brachythérapie: Des semences radioactives sont implantées dans la prostate pour délivrer un traitement radiologique ciblé.

    Radiothérapie conformationnelle: Les faisceaux de rayonnement sont formés de sorte que la région où ils se chevauchent soit aussi proche de la même forme que l’organe ou la région qui nécessite un traitement. Cela minimise l’exposition des tissus sains aux rayonnements.

    Radiothérapie modulée par intensité: Des faisceaux d’intensité variable sont utilisés. Ceci est une forme avancée de radiothérapie conformationnelle.

    Dans les premiers stades, les patients peuvent recevoir une radiothérapie combinée à une hormonothérapie pendant 4 à 6 mois.

    Les recommandations de traitement dépendent de cas individuels. Le patient devrait discuter de toutes les options disponibles avec son urologue ou son oncologue.

    Cancer avancé de la prostate

    Le cancer avancé est plus agressif et s’est propagé plus loin dans tout le corps.

    La chimiothérapie peut être recommandée, car elle peut tuer les cellules cancéreuses autour du corps.

    La thérapie de privation androgénique (ADT), ou la thérapie de suppression des androgènes, est un traitement hormonal qui réduit l’effet de l’androgène. Les androgènes sont des hormones mâles qui peuvent stimuler la croissance du cancer. ADT peut ralentir et même arrêter la croissance du cancer en réduisant les niveaux d’androgènes.

    Le patient aura probablement besoin d’une hormonothérapie à long terme.

    Même si l’hormonothérapie cesse de fonctionner après un certain temps, il peut y avoir d’autres options. La participation à des essais cliniques est une option qu’un patient peut souhaiter discuter avec le médecin.

    La prostatectomie radicale n’est pas actuellement une option pour les cas avancés, car elle ne traite pas le cancer qui s’est propagé à d’autres parties du corps.

    La fertilité

    Comme la prostate est directement impliquée dans la reproduction sexuée, son élimination affecte la production de sperme et la fertilité.

    La radiothérapie affecte le tissu de la prostate et réduit souvent la capacité d’engendrer des enfants. Le sperme peut être endommagé et la semence insuffisante pour transporter les spermatozoïdes.

    Les options non-chirurgicales, aussi, peuvent sévèrement inhiber la capacité reproductrice d’un homme.

    Les options pour préserver ces fonctions peuvent inclure don à une banque de sperme avant la chirurgie, ou avoir le sperme extrait directement des testicules pour l’insémination artificielle dans un oeuf. Cependant, le succès de ces options n’est jamais garanti.

    Les patients atteints d’un cancer de la prostate peuvent parler à un médecin de la fertilité s’ils ont toujours l’intention d’avoir des enfants.

    Quelles sont les causes du cancer de la prostate?

    La prostate est une glande exocrine de la taille d’une noix. Cela signifie que ses fluides et ses sécrétions sont destinés à être utilisés en dehors du corps.

    La prostate produit le liquide qui nourrit et transporte les spermatozoïdes lors de leur voyage pour fusionner avec un ovule femelle, ou oeuf, et produire la vie humaine. La prostate se contracte et force ces fluides pendant l’orgasme.

    La protéine excrétée par la prostate, l’antigène prostatique spécifique (PSA), aide le sperme à conserver son état liquide. Un excès de cette protéine dans le sang est l’un des premiers signes du cancer de la prostate.

    L’urètre est un tube à travers lequel le sperme et l’urine sortent du corps. Il passe aussi par la prostate.

    En tant que tel, la prostate est également responsable du contrôle de l’urine. Il peut resserrer et restreindre l’écoulement de l’urine à travers l’urètre en utilisant des milliers de minuscules fibres musculaires.

    Comment ça commence?

    Il commence habituellement dans les cellules glandulaires. Ceci est connu comme adénocarcinome.De minuscules changements se produisent dans la forme et la taille des cellules de la prostate, connues sous le nom de néoplasie intraépithéliale prostatique (PIN). Cela a tendance à se produire lentement et ne montre pas de symptômes jusqu’à plus tard dans la progression.

    Près de 50% de tous les hommes de plus de 50 ans ont un NIP. Le code PIN de haute qualité est considéré comme pré-cancéreux, et il nécessite un examen plus approfondi. Le code PIN de qualité inférieure n’est pas préoccupant.

    Le cancer de la prostate peut être traité avec succès s’il est diagnostiqué avant la métastase, mais s’il se propage, il est plus dangereux. Il se propage le plus souvent aux os.

    Étapes

    La stadification prend en compte la taille et l’étendue de la tumeur et l’échelle de la métastase (si elle a voyagé à d’autres organes et tissus).

    Au stade 0, la tumeur ne s’est pas propagée à partir de la prostate et n’a pas envahi profondément la prostate. Au stade 4, le cancer s’est propagé à des sites et des organes éloignés.

    Diagnostic

    Un médecin effectuera un examen physique et se renseignera sur les antécédents médicaux en cours. Si le patient a des symptômes, ou si un test sanguin de routine montre des niveaux anormalement élevés de PSA, d’autres examens peuvent être demandés.

    Les scans d'imagerie peuvent montrer et suivre la présence du cancer de la prostate.

    Les tests peuvent inclure:

    • un examen rectal digital (DRE), dans lequel un médecin vérifiera manuellement les anomalies de la prostate avec le doigt
    • un test de biomarqueur vérifiant le sang, l’urine ou les tissus corporels d’une personne atteinte d’un cancer pour des produits chimiques uniques aux personnes atteintes de cancer

    Si ces tests montrent des résultats anormaux, d’autres tests incluront:

    • un test PCA3 examinant l’urine pour le gène PCA3 trouvé uniquement dans les cellules cancéreuses de la prostate
    • une échographie transrectale fournissant l’imagerie de la région affectée en utilisant une sonde qui émet des sons
    • une biopsie, ou l’enlèvement de 12 à 14 petits morceaux de tissu de plusieurs régions de la prostate pour examen au microscope

    Ceux-ci aideront à confirmer le stade du cancer, s’il s’est propagé, et quel traitement est approprié.

    Pour suivre toute propagation, ou les métastases, les médecins peuvent utiliser un os, un scanner ou une IRM.

    Perspective

    Si la maladie est détectée avant qu’elle ne se propage à d’autres organes dans un processus connu sous le nom de métastase, le taux de survie à 5 ans est de 99 pour cent. Après quinze ans, cela diminue à 96%. Une fois que le cancer se métastase ou se propage, le taux de survie à 5 ans est de 29%.

    Un dépistage régulier peut aider à détecter le cancer de la prostate alors qu’il est toujours traitable.

    Facteurs de risque

    La cause exacte du cancer de la prostate n’est pas claire, mais il existe de nombreux facteurs de risque possibles.

    Âge

    Le cancer de la prostate est rare chez les hommes de moins de 45 ans, mais plus fréquent après l’âge de 50 ans.

    Géographie

    Le cancer de la prostate survient le plus fréquemment en Amérique du Nord, dans le nord-ouest de l’Europe, dans les îles des Caraïbes et en Australie. Les raisons restent peu claires.

    Facteurs génétiques

    Certains groupes génétiques et ethniques ont un risque accru de cancer de la prostate.

    Aux États-Unis, le cancer de la prostate est au moins 60% plus fréquent et 2 à 3 fois plus mortel chez les hommes noirs que chez les hommes blancs non hispaniques.

    Un homme a également un risque beaucoup plus élevé de développer un cancer si son jumeau identique l’a, et un homme dont le frère ou le père avait un cancer de la prostate a deux fois le risque de le développer par rapport aux autres hommes. Avoir un frère qui a ou a eu un cancer de la prostate est plus un risque génétique que d’avoir un père atteint de la maladie.

    Régime

    Des études ont suggéré qu’un régime riche en viande rouge ou en produits laitiers riches en matières grasses peut augmenter les chances de développer un cancer de la prostate, mais le lien n’est ni confirmé ni clair.

    Des médicaments

    Certaines recherches ont suggéré que l’utilisation de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pourrait réduire le risque de cancer de la prostate. D’autres ont lié l’utilisation d’AINS avec un risque plus élevé de décès de la maladie. C’est un domaine controversé, et les résultats n’ont pas été confirmés.

    Des recherches ont également été menées pour déterminer si les statines pourraient ralentir la progression du cancer de la prostate. Une étude de 2016 a conclu que les résultats étaient «faibles et incohérents».

    Obésité

    On croit souvent que l’obésité est liée au développement du cancer de la prostate, mais l’American Cancer Society maintient qu’il n’y a pas de lien clair.

    Certaines études ont montré que l’obésité augmente le risque de décès dans les cancers avancés. Des études ont également conclu que l’obésité diminue le risque qu’un cancer soit de bas grade s’il se produit.

    Agent orange

    L’exposition à l’agent orange, une arme chimique utilisée dans la guerre du Vietnam, peut être liée au développement de types de cancer plus agressifs, mais l’ampleur de ce phénomène n’a pas été confirmée.

    Like this post? Please share to your friends: