Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Cancer: Est-ce que le sexe affecte le résultat de l’immunothérapie?

L’immunothérapie pour le cancer avancé gagne en popularité en tant que stratégie de traitement. Mais les scientifiques posent maintenant une question importante: les différences biologiques entre les hommes et les femmes influencent-elles l’efficacité de la thérapie?

symboles féminins mâles sur des pièces de puzzle

L’immunothérapie – un type de traitement qui vise à renforcer les mécanismes de défense du corps contre la maladie – a récemment gagné du terrain en tant que stratégie plus efficace contre plusieurs cancers.

Il est généralement utilisé pour traiter le cancer à un stade avancé, lorsque les autres types de traitement ne fonctionnent plus.

Mais la recherche sur le traitement est en cours, avec des scientifiques révélant souvent des mécanismes jusqu’alors inconnus qui peuvent avoir une incidence sur la façon dont la thérapie se déroule.

Maintenant, le Dr Fabio Conforti et ses collègues de l’Institut européen d’oncologie de Milan, en Italie, suggèrent que dans le but de trouver des thérapies anticancéreuses plus efficaces rapidement, les chercheurs pourraient avoir passé sous silence une considération importante.

A savoir, les différences biologiques câblées entre les deux sexes pourraient avoir un impact sur la réussite du traitement.

Les systèmes immunitaires des hommes et des femmes ont des caractéristiques spécifiques au sexe qui n’ont pas été correctement prises en compte par les spécialistes qui étudient l’efficacité de l’immunothérapie, écrivent le Dr Conforti et son équipe dans un article publié dans.

« Le sexe et le sexe peuvent potentiellement affecter la force de la réponse immunitaire du corps », affirme le Dr Conforti.

« En moyenne, les femmes développent des réponses immunitaires plus fortes que les hommes, ce qui entraîne une élimination plus rapide des agents pathogènes, expliquant la gravité et la prévalence de nombreuses infections chez les femmes […] D’autre part, les femmes représentent environ 80% ] de tous les patients atteints de maladies auto-immunes systémiques dans le monde entier. « 

Dr. Fabio Conforti

« Par conséquent, » poursuit-il, « il est possible que les différences dans le système immunitaire des femmes et des hommes pourraient être pertinentes pour le cours naturel des conditions inflammatoires chroniques telles que le cancer, et potentiellement comment ils réagissent aux médicaments. »

Rapport asymétrique mâle-femelle dans les essais cliniques

Le Dr Conforti et son équipe ont mené une méta-analyse de 20 essais randomisés, évaluant 11 351 patients – dont 7 646 hommes et 3 705 femmes – atteints de diverses formes de cancer avancé ou métastatique.

Tous les participants à l’étude avaient reçu un traitement avec des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire (ipilimumab, tremelimumab, nivolumab ou pembrolizumab), qui sont des médicaments qui stimulent la réponse immunitaire d’une personne au cancer.

Les types de cancer pour lesquels les participants ont été traités comprenaient le cancer de la peau, le cancer du rein, le cancer de la vessie, le cancer de la tête et du cou et le cancer du poumon.

Simplement en examinant le rapport hommes-femmes dans les essais cliniques qu’ils ont analysés, les scientifiques soulignent qu’il existe un déséquilibre évident; dans l’ensemble, les études ont eu tendance à inclure un nombre beaucoup plus important de patients masculins.

La sous-représentation des femmes dans les essais cliniques a été soulignée par de nombreux spécialistes, qui ont souligné que cet écart peut s’avérer problématique lorsqu’il s’agit d’approuver et de libérer des médicaments pour la population générale.

Bien que, en analysant les études existantes, le Dr Conforti et l’équipe ont noté que l’immunothérapie s’est avérée plus efficace que les thérapies de contrôle pour les hommes et les femmes. Ils ont également constaté qu’en moyenne, les taux de survie étaient plus élevés chez les hommes que chez les femmes.

« Le pronostic d’un individu, » explique le Dr Conforti, « dépendra de plusieurs variables, y compris le type de cancer et les médicaments utilisés, et les immunothérapies continuent d’être le traitement standard pour plusieurs cancers, avec une survie souvent bien meilleure que les autres médicaments.

Mais bien que les chercheurs aient noté des différences dans les avantages offerts par l’immunothérapie aux hommes par rapport aux femmes, ils hésitent à recommander l’application de traitements différentiels pour l’instant.

Selon le Dr Conforti, «les traitements destinés aux femmes ne devraient pas être modifiés sur la base de ces résultats, mais plutôt sur les mécanismes permettant de garantir que ces nouveaux traitements peuvent être optimisés pour les hommes et les femmes».

«Les procès prennent rarement en compte le sexe»

Une autre observation faite par les auteurs est qu’il semble y avoir certaines différences spécifiques au sexe dans la façon dont le système immunitaire fonctionne. Ces différences se produisent au niveau cellulaire, et ils peuvent être entraînés en partie par une activité hormonale distincte.

Et certaines voies inhibitrices des points de contrôle, des études antérieures ont suggéré, peuvent être modifiées en réponse à différentes hormones sexuelles.

Pourtant, «malgré les preuves disponibles sur le rôle potentiel joué par le sexe pour influencer le fonctionnement du médicament, les essais sur de nouveaux traitements prennent rarement en compte le sexe», note le Dr Conforti.

«Les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire ont révolutionné le traitement contre le cancer, montrant une efficacité supérieure à celle des thérapies standard dans plusieurs cancers.Pendant que nous cherchons à améliorer l’immunothérapie en identifiant les biomarqueurs prédictifs de la réponse, les différences sexuelles doivent être étudiées plus en profondeur.

Pourtant, la nouvelle méta-analyse fait face à certaines limites, par l’admission des auteurs. Ceux-ci incluent le fait que leurs résultats sont basés sur les données rapportées dans les études, plutôt que sur l’information médicale provenant directement des patients.

Dans le commentaire éditorial qui accompagne l’article, Omar Abdel-Rahman – qui travaille à l’Université Ain Shams à El-Abaseya, en Égypte, et à l’Université de Calgary au Canada – souligne que la méta-analyse amalgame les données relatives à de nombreux types de les tumeurs cancéreuses, qui peuvent toutes avoir des caractéristiques très différentes chez les hommes et les femmes.

« Dans chaque tumeur solide », explique-t-il, « il existe une multitude de caractéristiques initiales qui pourraient différer dans leur distribution entre hommes et femmes, et ces caractéristiques initiales affecteraient les résultats des patients traités avec des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire. « 

« De plus, » prévient-il, « il existe aussi des caractéristiques de style de vie ou de comportement qui diffèrent entre les hommes et les femmes et qui pourraient aussi avoir des effets confondants. »

Et, comme l’explique Abdel-Rahman, « Bien que l’article de [Dr.] Conforti et ses collègues soit un travail de réflexion qui génère des hypothèses, il faut faire preuve de prudence avant de passer directement à des conclusions radicales et avant de changer la norme de soins actuelle parmi les indications approuvées pour les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire. « 

Like this post? Please share to your friends: