Cannabis et schizophrénie: de nouvelles preuves dévoilées

La nature de la relation entre le cannabis et les troubles psychiatriques a été vivement débattue pendant des décennies. Une nouvelle étude, utilisant des souris génétiquement modifiées, ajoute plus de carburant à un incendie déjà vif.

[Homme fumant d'en haut]

Le cannabis est, de loin, la drogue illicite la plus couramment utilisée aux États-Unis et dans le monde.

Selon l’enquête nationale de 2015 sur l’utilisation des médicaments et la santé, 22,2 millions de personnes avaient consommé ce médicament le mois précédent.

En outre, selon l’étude Monitoring the Future de 2016, près de la moitié des élèves de 12e année ont essayé la marijuana au moins une fois dans leur vie.

En raison de sa prévalence et de la nouvelle législation affectant sa légalité aux États-Unis, la recherche de ses avantages et inconvénients est à un niveau record.

Au fil des ans, la question de savoir si le cannabis est lié à des troubles psychiatriques a été étudiée à plusieurs reprises. La recherche a produit des résultats mitigés.

Ce qui semble clair, c’est que s’il y a une relation, c’est une relation complexe. Un certain nombre de facteurs semblent jouer un rôle, comme l’âge auquel la marijuana est utilisée pour la première fois, la quantité et la fréquence de consommation, et les vulnérabilités génétiques.

La question psychose-cannabis

À ce jour, le consensus est que la consommation de cannabis augmente le risque de psychose mais, dans l’ensemble de la population, l’effet est relativement faible. Cependant, l’effet semble être plus fort chez les personnes qui sont déjà à risque, comme les personnes ayant des antécédents familiaux de troubles psychotiques ou celles qui ont subi des mauvais traitements durant l’enfance.

Les derniers chercheurs à jeter leur chapeau dans l’anneau de feu proviennent de l’Université de Tel Aviv (TAU) en Israël. Leurs résultats sont publiés cette semaine dans la revue. Un modèle de souris a été utilisé dans cette étude particulière – plus précisément, une souche de souris avec un gène DISC-1 mutant. Ces souris ont une susceptibilité génétique au développement de la schizophrénie et ont été divisées en quatre groupes expérimentaux:

  • souris sensibles exposées au tétrahydrocannabinol (THC), qui est le composé psychoactif présent dans le cannabis
  • souris sensibles non exposées au THC
  • souris normales exposées au THC
  • souris normales non exposées au THC

L’exposition au THC est arrivée à un moment de leur vie équivalent à l’adolescence humaine.

L’analyse biochimique neurologique et les tests de comportement effectués sur les animaux ont montré que seules les souris génétiquement sensibles ont développé des modifications liées à la schizophrénie après avoir été exposées au cannabis.

Le Dr Ran Barzilay, psychiatre pour enfants et adolescents à la Sackler School of Medicine de TAU, explique: «L’étude a été menée sur des souris, mais elle imite un tableau clinique de schizophrénie du premier épisode, qui se présente à proximité de cannabis robuste. utilisation. »

L’étude confirme les conclusions de recherches antérieures: le cannabis est le plus susceptible de produire des effets psychiatriques à long terme chez les personnes les plus sensibles.

«Nos recherches démontrent que le cannabis présente un risque différentiel pour les individus sensibles et non sensibles, autrement dit, les jeunes ayant une prédisposition génétique à la schizophrénie – ceux qui ont des troubles psychiatriques dans leur famille – doivent garder à l’esprit qu’ils jouent avec le feu s’ils fument du pot pendant l’adolescence. « 

Dr. Barzilay

Le rôle du BDNF et de l’hippocampe

Parallèlement à l’étude originale, les scientifiques ont étudié les voies potentielles qui pourraient expliquer l’augmentation du risque de schizophrénie avec l’usage de cannabis. L’un des chercheurs principaux, le professeur Dani Offen, explique leur théorie: «Un mécanisme protecteur a été observé chez les souris non sensibles, ce mécanisme impliquant la régulation positive d’un facteur neurotrophique protecteur, le BDNF [facteur neurotrophique dérivé du cerveau], chez les souris non sensibles. hippocampe. « 

L’hippocampe est une région du cerveau fortement impliquée dans l’émotion et la mémoire. Les scientifiques ont trouvé une gamme de différences anatomiques et fonctionnelles dans l’hippocampe des individus atteints de schizophrénie.

Pour tester leur théorie, les chercheurs ont donné le BDNF aux souris sensibles à la schizophrénie. Ils ont constaté que l’exposition au THC ne produisait plus de symptômes psychiatriques. L’introduction du BDNF a empêché le développement de la schizophrénie. Normalement, BDNF soutient les neurones existants et encourage la croissance de nouvelles synapses et neurones.

Dans l’ensemble, les conclusions de l’étude ont des implications claires pour la santé publique. Les auteurs préviennent que les jeunes qui ont des antécédents familiaux de troubles psychiatriques ou qui ont déjà réagi fortement à la drogue devraient être particulièrement prudents à l’égard de la marijuana pendant leur adolescence.

De plus, la relation entre le cannabis, la schizophrénie et le BDNF peut maintenant être explorée pour aider à concevoir des médicaments qui pourraient réduire les conséquences négatives du cannabis sur la santé psychiatrique.

Parce que cette étude a été menée sur des souris, elle ne finalisera pas le débat sur le cannabis et les troubles psychiatriques, et d’autres travaux devront être faits. Cependant, il ajoute un poids supplémentaire à la théorie selon laquelle le cannabis augmente le risque de développer la schizophrénie chez les personnes particulièrement sensibles.

Apprenez comment la schizophrénie et le cannabis peuvent être liés.

Like this post? Please share to your friends: