Causes et effets d’une lésion cérébrale traumatique (TBI)

Une lésion cérébrale traumatique peut survenir lorsqu’un coup ou une secousse soudaine et violente à la tête entraîne des dommages au cerveau. Aux États-Unis et ailleurs, c’est une cause majeure d’invalidité et de décès.

Lorsque le cerveau entre en collision avec l’intérieur du crâne, il peut y avoir des ecchymoses au cerveau, des déchirures des fibres nerveuses et des saignements. Si le crâne se fracture, un morceau de crâne cassé peut pénétrer dans le tissu cérébral.

Les causes comprennent les chutes, les blessures sportives, les blessures par balle, l’agression physique et les accidents de la route.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) définissent un TCC comme «une perturbation de la fonction normale du cerveau qui peut être causée par une bosse, un coup, ou un choc à la tête, ou une blessure à la tête pénétrante».

La sévérité des symptômes dépendra de la partie du cerveau affectée, que ce soit dans un endroit précis ou sur une zone étendue, et de l’étendue des dommages.

Dans les cas bénins, une confusion temporaire et un mal de tête peuvent survenir. Un TCC grave peut entraîner une perte de conscience, une amnésie, un handicap, un coma et un décès ou une déficience à long terme.

Le CDC estime que, en 2013, TBI a contribué à la mort de quelque 50 000 personnes. En 2012, 329 290 personnes âgées de moins de 19 ans ont demandé un traitement d’urgence pour un traumatisme cérébral lié à une activité sportive ou récréative.

Les parents, les tuteurs et les enseignants doivent veiller à ce que les enfants soient correctement supervisés et qu’ils portent un équipement de sécurité approprié pendant les activités sportives et autres.

Une blessure à la tête ou un TBI présumé nécessite des soins médicaux.

Faits rapides sur les lésions cérébrales traumatiques

  • L’effet d’un traumatisme cérébral, tel qu’une commotion, dépend de la gravité de la blessure et de l’endroit où elle se produit.
  • C’est une cause majeure de décès et d’invalidité aux États-Unis et dans le monde entier.
  • Les causes comprennent les chutes, les accidents de la route et les blessures sportives.
  • Les symptômes comprennent la confusion, des maux de tête persistants, des convulsions et une perte de mémoire.
  • Toute personne qui reçoit une blessure à la tête, même légère, devrait envisager de consulter un médecin.

Symptômes

blessure à la tête

Les signes et les symptômes peuvent apparaître immédiatement, dans les 24 heures, ou ils peuvent apparaître des jours ou des semaines après la blessure. Parfois, les symptômes sont subtils. Une personne peut remarquer un problème mais ne pas le relier à la blessure. Certaines personnes sembleront n’avoir aucun symptôme après un TBI, mais leur état s’aggravera plus tard.

Les effets peuvent être physiques et psychologiques.

Les effets physiques initiaux comprennent des ecchymoses et un gonflement. Une pression accrue dans le cerveau peut causer:

  • endommager le tissu cérébral, comme il appuie sur le crâne ou comme une partie du cerveau pousse dans un autre
  • la pression sur les vaisseaux sanguins, réduisant leur capacité à fournir aux cellules du cerveau de l’oxygène et des nutriments essentiels

Hémorragie interne

Les signes de saignement interne comprennent des ecchymoses derrière les oreilles (signe de bataille) ou autour des yeux (yeux de raton laveur). Ceux-ci peuvent potentiellement indiquer une blessure grave ou potentiellement mortelle. Ils ont besoin de soins médicaux immédiats.

D’autres signes pouvant indiquer une blessure grave comprennent:

  • une perte de conscience
  • convulsions ou convulsions
  • vomissements répétés
  • troubles de l’élocution
  • faiblesse ou engourdissement dans les bras, les jambes, les mains ou les pieds
  • agitation
  • perte de coordination
  • pupilles dilatées
  • incapacité de se réveiller de son sommeil
  • Maux de tête sévères
  • faiblesse et engourdissement des mains, des pieds, des bras ou des jambes

Les signes et symptômes suivants peuvent également indiquer un besoin d’attention urgente:

  • confusion
  • changements d’humeur
  • problèmes de mémoire
  • incapacité de se souvenir de ce qui s’est passé avant ou après l’incident
  • fatigue (fatigue) et léthargie
  • se perdre facilement
  • maux de tête persistants
  • douleur persistante dans le cou
  • lenteur à penser, parler, lire ou agir
  • sautes d’humeur, par exemple, se sentant soudain triste ou en colère sans raison apparente
  • changements de sommeil, tels que dormir plus ou moins que d’habitude, ou avoir du mal à dormir
  • étourdissements, vertiges
  • devenant plus facilement distrait
  • sensibilité accrue à la lumière ou aux sons
  • perte de l’odorat ou du goût
  • la nausée
  • des acouphènes ou des bourdonnements d’oreilles

Ceux-ci peuvent apparaître à la fois, dans les heures, ou plus tard. Une personne qui a reçu un TCC mais qui semble n’avoir aucun symptôme doit être étroitement surveillée pendant 24 heures, car les signes de blessure peuvent ne pas être immédiats.

Toute personne qui éprouve les symptômes ci-dessus même des jours ou des semaines après un TBI devrait voir un docteur.

[Enfant avec mal de tête]

Les enfants auront les mêmes signes et symptômes, mais ils seront moins susceptibles de laisser savoir aux autres ce qu’ils ressentent.

Si un bébé a reçu un coup ou un choc à la tête et que l’un des signes ou symptômes suivants se manifeste, appelez un médecin:

  • changements dans les habitudes de sommeil
  • irritabilité et pleurs
  • apathie
  • perte d’équilibre
  • perte de compétences nouvellement acquises, telles que l’apprentissage de la propreté
  • changements dans les changements de comportement de jeu
  • refus de manger
  • perte d’intérêt pour les activités ou les jouets préférés
  • fatigue
  • marche instable
  • vomissement

Si ces signes sont remarqués, l’enfant devrait consulter un médecin.

Dans le sport, le participant doit laisser de côté le jeu et ne pas rejouer jusqu’à ce que le médecin donne la permission de revenir, qu’il perde connaissance ou non. Tous les TBI ou les commotions cérébrales n’impliquent pas une perte de conscience.

Les blessures répétées à la tête en succession rapide peuvent être particulièrement nocives pour le cerveau à long terme.

Il est important de surveiller une personne qui a subi un TCC parce que son état peut se détériorer rapidement et que les symptômes qui semblent légers peuvent devenir graves.

Effets à long terme

Il y a de plus en plus de preuves qu’un TCC ou des TCC répétés peuvent avoir des effets à long terme sur la santé, y compris un risque accru de démence et d’autres troubles neurologiques et neurodégénératifs.Les joueurs de football avec des scores élevés sur les tests de dépression ont également été trouvés pour avoir un plus grand nombre de commotions cérébrales.

Traitement

[Cerveau montrant le cervelet en rouge]

Dans un cas bénin de TBI, les symptômes disparaissent normalement sans traitement. Cependant, les TCC légers répétés peuvent être dangereux ou mortels. C’est pourquoi il est essentiel de se reposer et d’éviter toute nouvelle exposition jusqu’à ce qu’un médecin donne le feu vert.

Les cas plus graves nécessiteront une hospitalisation, éventuellement avec des soins intensifs.

Les soins d’urgence visent à stabiliser l’état du patient et à prévenir toute aggravation des lésions cérébrales.

Cela impliquera de s’assurer que les voies respiratoires sont ouvertes, de fournir de la ventilation et de l’oxygène et de maintenir la pression artérielle.

Les médicaments peuvent être utilisés pour aider à contrôler les symptômes.

  • Sédation: Cela peut aider à prévenir l’agitation et l’excès d’activité musculaire et contribuer au soulagement de la douleur. Les exemples incluent le profanol.
  • Soulagement de la douleur: Des opioïdes peuvent être utilisés.
  • Diurétiques: Ils augmentent la production d’urine et réduisent la quantité de liquide dans les tissus. Ceux-ci sont administrés par voie intraveineuse. Le mannitol est le diurétique le plus couramment utilisé chez les patients TBI.
  • Médicaments anti-épileptiques: Une personne ayant subi un TCC modéré à sévère peut avoir des convulsions jusqu’à une semaine après l’incident. Les médicaments peuvent aider à prévenir d’autres lésions cérébrales pouvant résulter d’une crise.
  • Médicaments inducteurs du coma: Lors d’un coma, une personne a besoin de moins d’oxygène. Parfois, un coma peut être délibérément provoqué si les vaisseaux sanguins sont incapables de fournir des quantités adéquates de nourriture et d’oxygène au cerveau.

Chirurgie

La chirurgie peut être nécessaire dans certains cas.

  • Enlèvement d’un hématome: Une hémorragie interne peut provoquer une accumulation de sang coagulé en partie ou en totalité dans une partie du cerveau, ce qui aggrave la pression exercée sur le tissu cérébral. La chirurgie d’urgence peut enlever un hématome entre le crâne et le cerveau, réduisant la pression à l’intérieur du crâne et empêchant d’autres dommages au cerveau.
  • Réparer une fracture du crâne: Toute partie du crâne fracturée et pressée dans le cerveau devra être réparée chirurgicalement. Les fractures du crâne qui ne pénètrent pas dans le cerveau guérissent normalement d’elles-mêmes. La principale préoccupation avec une fracture du crâne est que des forces assez fortes pour le provoquer peuvent avoir causé d’autres dommages sous-jacents.
  • Créer une ouverture dans le crâne: Cela peut soulager la pression à l’intérieur du crâne si les autres interventions n’ont pas fonctionné.

Traitement à long terme

Une personne qui vit un TBI sévère peut avoir besoin de réadaptation.

Selon l’ampleur et le type de leur blessure, ils peuvent avoir besoin de réapprendre à marcher, à parler et à effectuer d’autres tâches quotidiennes.

Cela peut inclure un traitement dans un hôpital ou dans un centre de thérapie spécialisé. Il peut impliquer un physiothérapeute, un ergothérapeute et d’autres, selon le type de blessure.

Conseils pour le rétablissement

Conseils qui peuvent aider à la récupération:

  • Évitez les activités qui pourraient causer un autre coup ou secousse à la tête.
  • Suivez les instructions des professionnels de la santé.
  • Ne prenez pas de médicaments que le médecin n’a pas approuvés.
  • Ne retournez pas aux activités normales, y compris la conduite et la participation sportive, jusqu’à ce que le médecin soit d’accord.
  • Reposez-vous beaucoup.

Il est important de suivre les instructions du médecin après un traumatisme craniocérébral, car l’impact d’une lésion cérébrale peut être grave et n’est pas toujours immédiatement apparent.

Les types

Il existe deux principaux types de TBI: ouvert et fermé. En TBI ouvert, le crâne est brisé. Dans un proche TBI, ce n’est pas le cas.

D’autres classifications comprennent:

Commotion cérébrale: Un traumatisme d’impact direct qui peut ou non entraîner une perte de conscience. C’est le type le plus commun de TBI. C’est souvent doux, mais cela peut être fatal.

Contusion: Lorsqu’un coup direct provoque une hémorragie localisée dans le cerveau, entraînant éventuellement la formation d’un caillot sanguin.

Blessure axonale diffuse: Quand les larmes se produisent dans la structure du cerveau en raison du cisaillement par le crâne.

Blessure pénétrante: lorsqu’un objet pointu pénètre dans le cerveau.

Causes

[Boxer prêt à se battre]

TCC est causée par un choc violent ou un coup à la tête, ou une blessure à la tête qui pénètre et perturbe le fonctionnement normal du cerveau.

Le cerveau humain est protégé des secousses et des bosses par le liquide céphalorachidien qui l’entoure. Le cerveau flotte dans ce liquide à l’intérieur du crâne.

Un coup violent ou une secousse à la tête peut pousser le cerveau contre la paroi interne du crâne, ce qui peut entraîner la déchirure des fibres et des saignements dans et autour du cerveau.

Selon le CDC, les principales causes de TBI aux États-Unis en 2013 étaient:

  • Chutes: responsable de 47% des cas signalés, notamment chez les enfants de moins de 14 ans et les adultes de plus de 65 ans
  • Accidents de la route: Ils ont représenté 14% des cas, en particulier chez les 15 à 19 ans.
  • Etre frappé ou entrer en collision avec un objet: 15% des TBI résultaient d’une collision avec un objet en mouvement ou de papeterie.

Les autres causes incluent la violence domestique et les accidents du travail et industriels.

Complications

En dehors des dangers immédiats, un TBI peut avoir des conséquences et des complications à long terme.

Convulsions: Elles peuvent survenir au cours de la première semaine après la blessure. Les TBI ne semblent pas augmenter le risque de développer une épilepsie, à moins qu’il y ait eu des lésions cérébrales structurales majeures.

Infections: La méningite peut survenir en cas de rupture des méninges, des membranes entourant le cerveau. Une rupture peut permettre aux bactéries de pénétrer. Si l’infection se propage au système nerveux, des complications graves peuvent en résulter.

Lésion nerveuse: Si la base du crâne est affectée, cela peut affecter les nerfs du visage, provoquant une paralysie des muscles faciaux, une double vision, des problèmes de mouvement oculaire et une perte de l’odorat.

Problèmes cognitifs: Les personnes atteintes d’un traumatisme crânien modéré à sévère peuvent présenter des problèmes cognitifs, notamment leur capacité à:

  • focus, raison et informations sur le processus
  • communiquer verbalement et non verbalement
  • juger des situations
  • multitâche
  • se souvenir des choses à court terme
  • résoudre des problèmes
  • organiser leurs pensées et leurs idées

Changements de personnalité: Ils peuvent survenir pendant la récupération et la réhabilitation. Le contrôle des impulsions du patient peut être modifié, entraînant un comportement inapproprié. Les changements de personnalité peuvent causer du stress et de l’anxiété pour les membres de la famille, les amis et les soignants.

Problèmes avec les sens: Ils peuvent conduire à:

  • des acouphènes ou des bourdonnements d’oreilles
  • difficulté à reconnaître les objets
  • maladresse due à une mauvaise coordination œil-main
  • double vision et angles morts
  • détecter les mauvaises odeurs ou un goût amer

Coma: Les patients qui entrent dans le coma et restent dans un état comateux pendant une longue période peuvent éventuellement se réveiller et reprendre une vie normale, mais certaines personnes se réveilleront avec des problèmes et des handicaps à long terme. Certaines personnes ne se réveillent pas du tout.

Problèmes neurologiques à long terme: Un nombre croissant de données probantes a établi un lien entre le TCC et la dépression, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et d’autres troubles cognitifs et neurologiques.

Diagnostic

Un TBI sévère est une urgence médicale. Un diagnostic et un traitement rapides peuvent prévenir des complications potentiellement mortelles.

L’échelle de Glasgow

Le Glasgow Coma Scale (GCS) est couramment utilisé pour évaluer la probabilité et la gravité des lésions cérébrales suite à une blessure à la tête.

Les scores sont donnés en fonction des réponses verbales, des réponses physiques et de la facilité avec laquelle la personne peut ouvrir les yeux.

Les yeux:

  1. ne pas ouvrir
  2. ouvert en réponse à la douleur
  3. ouvert en réponse à la voix
  4. ouvert spontanément

Réponse verbale

  1. ne répond pas
  2. fait des sons incompréhensibles
  3. prononce des mots ou des phrases
  4. parle mais est confus et désorienté
  5. communique normalement

Réponse moteur ou physique

  1. ne fait aucun mouvement
  2. prolonge le bras en réponse à la douleur
  3. fléchit le bras en réponse à la douleur
  4. s’éloigne en réponse à la douleur
  5. peut localiser où la douleur est
  6. obéit à des commandes pour déplacer une partie du corps

Le score sera additionné, et les lésions cérébrales seront classées comme suit:

  • Coma, si le score est de 8 ou moins
  • Modéré, si le score est de 9 à 12
  • Mineure, si le score est de 13 ou plus

Les personnes qui obtiennent un score de 13 à 15 sur l’échelle à l’entrée de l’hôpital devraient normalement avoir de bons résultats.

Scans d’imagerie

IRM ou tomodensitométrie du cerveau aidera à déterminer s’il y a une lésion cérébrale ou des dommages, et où.

[IRM Scans]

L’angiographie peut être utilisée pour détecter des problèmes de vaisseaux sanguins, par exemple, après un traumatisme crânien pénétrant.

L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique dans le cerveau. Les résultats peuvent montrer si un patient a des convulsions non convulsives.

La surveillance de la pression intracrânienne permet au médecin de mesurer la pression à l’intérieur du crâne. Il peut révéler n’importe quel gonflement du tissu cérébral.

Les tests neurocognitifs peuvent aider à évaluer toute perte de mémoire ou capacité à traiter les pensées.

Les patients ou les soignants doivent s’assurer que les prestataires de soins connaissent les médicaments que la personne prend normalement, en particulier les anticoagulants, tels que la warfarine (Coumadin), car ils peuvent augmenter le risque de complications.

La prévention

Certains conseils peuvent réduire le risque de TBI.

[Site de l'accident de voiture]

  • Toujours utiliser une ceinture de sécurité pour conduire ou voyager en voiture
  • Les enfants devraient utiliser un moyen de contention adapté à leur âge et à leur taille
  • Ne conduisez jamais après avoir bu de l’alcool
  • Utiliser un casque pour faire du sport ou utiliser un véhicule où un incident pourrait entraîner une blessure à la tête
  • Installer des barres d’appui dans une salle de bain utilisée par les personnes âgées
  • Utilisez des tapis antidérapants sur les planchers qui peuvent être mouillés
  • Supprimez les risques de trébucher, tels que les tapis lâches et les fils traînants
  • Installez les gardes de fenêtre et les barrières de sécurité dans les escaliers s’il y a des enfants
  • Assurez-vous que les aires de jeu sont faites d’une surface absorbant les chocs, comme le paillis de bois
  • Rangez les armes à feu, déchargées, dans un coffre ou une armoire verrouillée et gardez les balles dans un endroit différent.

Des précautions particulières doivent être prises lors de la supervision de jeunes enfants ou d’adultes plus âgés. Des adaptations ménagères, telles que des rampes et des protège-fenêtres, peuvent être nécessaires.

L’American Academy of Family Physicians recommande que tout le monde devrait aller voir un médecin après un coup à la tête. Si quelqu’un d’autre frappe leur tête et se comporte d’une manière inhabituelle, la personne qui le remarque devrait contacter un médecin.

Le projet Heads Up offre des conseils et une formation sur la prévention ou le traitement d’un traumatisme cérébral et de ses effets.

Like this post? Please share to your friends: