Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Ce qu’il faut savoir sur le coma

Un coma est un état profond d’inconscience. Cela peut survenir à la suite d’un accident traumatique, tel qu’un coup à la tête, ou d’un problème médical, par exemple, certains types d’infection.

Le coma est différent du sommeil parce que la personne est incapable de se réveiller.

Ce n’est pas la même chose que la mort cérébrale. La personne est en vie, mais elle ne peut pas répondre normalement à son environnement.

Qu’ils soient conscients ou non, ou combien de personnes sont conscientes au cours d’un coma ou du niveau de conscience, c’est une question à laquelle les scientifiques sont en train d’enquêter.

Les niveaux de conscience et de réactivité dépendront du fonctionnement du cerveau. Un coma dure souvent pendant quelques jours ou semaines. Rarement, cela peut durer plusieurs années.

Si une personne entre dans le coma, il s’agit d’une urgence médicale. Une action rapide peut être nécessaire pour préserver la vie et la fonction cérébrale.

Faits sur le coma

  • Lors d’un coma, une personne ne réagit pas aux stimuli externes et ne montre pas de réponses réflexes normales.
  • Les patients comateux n’ont pas de cycle sommeil-éveil.
  • Les raisons d’un coma comprennent l’intoxication, une maladie du système nerveux, une maladie métabolique, des infections ou un accident vasculaire cérébral.
  • Selon la cause et l’ampleur des dommages, un coma peut survenir rapidement ou graduellement, et il peut durer de plusieurs jours à plusieurs années, bien que la plupart durent de quelques jours à quelques semaines.

Qu’est-ce qu’un coma?

Un coma

Une personne qui vit un coma ne peut pas être éveillée et ne réagit pas à l’environnement. Ils ne répondent pas à la douleur, la lumière ou le son de la manière habituelle, et ils ne font pas d’actions volontaires.

Bien qu’ils ne se réveillent pas, leur corps suit les habitudes de sommeil normales. Les fonctions automatiques, telles que la respiration et la circulation, continuent normalement à fonctionner, mais la capacité de réflexion de la personne est supprimée.

Selon les National Institutes of Neurological Disorders and Stroke (NINDS), la personne peut parfois grimacer, rire ou pleurer comme un réflexe.

Coma peut se produire pour diverses raisons, telles que l’intoxication, une maladie ou une infection qui affecte le système nerveux central (SNC), une blessure grave, et l’hypoxie ou la privation d’oxygène.

Parfois, un médecin induit un coma en utilisant des médicaments, par exemple, pour protéger le patient d’une douleur intense pendant un processus de guérison, ou pour préserver la fonction cérébrale supérieure suite à une autre forme de traumatisme cérébral.

Un coma ne dure généralement pas plus de quelques semaines. Si l’état du patient ne change pas après une période prolongée, il peut être reclassé en tant qu’état végétatif persistant.

Si un état végétatif persiste pendant des mois, il est peu probable que la personne se réveille.

Symptômes

Lors d’un coma, une personne ne peut pas communiquer, donc le diagnostic passe par les signes extérieurs.

Ceux-ci inclus:

  • yeux fermés
  • les membres qui ne répondent pas ou se déplacent volontairement, sauf pour les mouvements réflexes
  • manque de réponse aux stimuli douloureux, sauf pour les mouvements réflexes

Combien de temps cela va prendre pour développer, et combien de temps ils vont continuer, dépendent de la cause sous-jacente.

Avant d’entrer dans le coma, une personne souffrant d’hypoglycémie (hyperglycémie) ou d’hypercapnie (taux de CO2 sanguin plus élevé), par exemple, ressentira d’abord une légère agitation. Sans traitement, leur capacité à penser clairement diminuera graduellement. Enfin, ils vont perdre conscience.

Si un coma résulte d’une blessure grave au cerveau ou d’une hémorragie sous-arachnoïdienne, les symptômes peuvent apparaître soudainement.

Toute personne qui est avec la personne devrait essayer de se souvenir de ce qui s’est passé juste avant le début du coma, car cette information aidera à déterminer la cause sous-jacente et à donner une meilleure idée du traitement à appliquer.

Reconnaître les symptômes

Un premier répondant peut commencer en utilisant l’échelle AVPU, essayer d’évaluer le niveau de conscience.

L’échelle AVPU s’intéresse aux domaines suivants:

Vigilance: À quel point la personne est-elle alerte?

Les stimuli vocaux: répondent-ils à la voix d’une autre personne?

Les stimuli douloureux: répondent-ils à la douleur?

Inconscient: Sont-ils conscients?

L’alerte est l’état le plus conscient, et l’inconscient est le moindre. Cela aide le professionnel de la santé à déterminer s’il s’agit vraisemblablement d’une urgence. Si la personne est alerte, il n’y a pas de risque de coma.

À l’hôpital, les médecins peuvent appliquer l’échelle de coma de Glasgow (GCS) pour évaluer l’état de la personne plus en détail.

Les patients avec une inconscience profonde peuvent être à risque d’asphyxie. Ils peuvent avoir besoin d’aide médicale pour sécuriser les voies respiratoires et s’assurer qu’ils continuent à respirer. Cela pourrait être un tube qui passe par le nez ou la bouche, dans les poumons.

Une personne peut-elle entendre et penser quand elle est dans le coma?

docteur tient la main de la femme

Il existe des preuves que les gens peuvent entendre et comprendre les instructions orales pendant un coma.

En 2011, des neuroscientifiques utilisant la technologie de balayage IRMf ont observé l’activité cérébrale chez un homme qui était dans le coma depuis 12 ans après un accident de la route.

Par exemple, quand ils ont demandé à l’homme d’imaginer qu’il jouait au tennis ou marchait autour de sa maison, son activité cérébrale a reflété qu’il pensait faire ces choses.

Les scientifiques croient maintenant que 15 à 20% des personnes dans un état dit végétatif peuvent être pleinement conscientes. Les progrès technologiques signifient que nous sommes mieux en mesure de comprendre ce que les gens vivent pendant un coma.

Une personne qui rend visite à un ami ou à un membre de sa famille qui est dans le coma peut lui parler comme elle le ferait normalement, par exemple, en expliquant ce qui s’est passé pendant la journée. On ne sait pas combien ils peuvent comprendre, mais il y a une chance que la personne puisse entendre et comprendre. Ils peuvent aimer écouter de la musique.

La recherche a également suggéré que stimuler les sens du toucher, de l’odorat, du son et de la vision peut aider la personne à se rétablir.Un visiteur pourrait aider en portant un parfum préféré ou en tenant la main de la personne.

Causes

Causes ou un coma varient, mais ils impliquent tous un certain niveau de blessure au cerveau ou au système nerveux central.

Ils comprennent:

Diabète: Si les taux de sucre dans le sang d’une personne atteinte de diabète augmentent trop, on parle d’hyperglycémie. Si elles deviennent trop faibles, c’est de l’hypoglycémie. Si l’hyperglycémie ou l’hypoglycémie persiste trop longtemps, un coma peut en résulter.

Hypoxie ou manque d’oxygène: Si l’apport d’oxygène au cerveau est réduit ou interrompu, par exemple, lors d’une crise cardiaque, d’un accident vasculaire cérébral ou d’une quasi-noyade, il peut en résulter un coma.

Infections: Une inflammation sévère du cerveau, de la moelle épinière ou des tissus entourant le cerveau peut entraîner un coma. Les exemples incluent l’encéphalite ou la méningite.

Toxines et surdosage: L’exposition au monoxyde de carbone peut entraîner des lésions cérébrales et un coma, tout comme certaines surdoses de médicaments.

Blessures cérébrales traumatiques: Les accidents de la route, les blessures sportives et les attaques violentes qui impliquent un coup à la tête peuvent provoquer un coma.

Diagnostic

Un historique médical et récent, des tests sanguins, des tests physiques et des examens d’imagerie peuvent aider à déterminer la cause d’un coma, ce qui permet de décider quel traitement appliquer.

Antécédents médicaux

Les amis, la famille, la police et les témoins, s’il y a lieu, peuvent être invités:

  • si le coma ou les symptômes ont débuté lentement ou soudainement
  • si la personne avait ou semblait avoir des problèmes de vision, des étourdissements, de la stupeur ou de l’engourdissement avant le coma
  • si le patient a le diabète, des antécédents de convulsions ou d’accident vasculaire cérébral, ou toute autre condition ou maladie
  • Quels médicaments ou autres substances le patient a-t-il pu prendre?

Tests physiques

Le but est de vérifier les réflexes de la personne, comment ils réagissent à la douleur et la taille de leurs pupilles. Les tests peuvent impliquer d’injecter de l’eau très froide ou chaude dans les conduits auditifs.

Ces tests déclencheront des mouvements oculaires réflexifs variables. Le type de réponse varie en fonction de la cause de la coma.

Des analyses de sang

Ceux-ci seront prises pour déterminer:

  • numération sanguine
  • des signes d’intoxication au monoxyde de carbone
  • présence et niveaux de drogues légales ou illégales ou d’autres substances
  • niveaux d’électrolytes
  • les niveaux de glucose
  • la fonction hépatique

Ponction lombaire (ponction lombaire)

Cela peut vérifier toute infection ou trouble du système nerveux central. Le médecin insère une aiguille dans le canal rachidien du patient, mesure la pression et extrait le liquide à envoyer pour des tests.

Imagerie du cerveau

Ceux-ci aideront à déterminer s’il y a une lésion cérébrale ou des dommages, et où. Une tomodensitométrie ou une tomodensitométrie ou une IRM vérifieront les blocages ou autres anomalies. Une électroencéphalographie (EEG) permettra de mesurer l’activité électrique dans le cerveau.

Échelle de Glasgow

Le Glasgow Coma Scale (GCS) peut être utilisé pour évaluer la gravité des lésions cérébrales suite à une blessure à la tête.

Il donne aux patients un score, en fonction des réponses verbales, des réponses physiques et de la facilité avec laquelle ils peuvent ouvrir les yeux.

Yeux: Les scores vont de 1 à 4, où 1 signifie qu’une personne n’ouvre pas les yeux, 2 quand elle ouvre les yeux en réponse à la douleur, 3 quand elle les ouvre en réponse à la voix et 4 quand elle ouvre. eux spontanément.

Verbal: Les scores varient de 1 à 5, où 1 signifie que la personne ne fait aucun bruit, 2 signifie qu’ils marmonnent mais ne peut pas être compris, 3 est quand ils prononcent des mots inappropriés, 4 est quand ils parlent mais sont confus et 5 est communication normale.

Réflexes moteurs ou physiques: Les scores vont de 1 à 6, et de 1 à 5 décrivent la réponse d’une personne à la douleur. Une personne qui note 1 ne fait aucun mouvement, 2 est quand ils redressent un membre en réponse à la douleur, 3 est quand ils réagissent d’une manière inhabituelle à la douleur, 4 est quand ils s’éloignent de la douleur, et 5 est quand ils peuvent localiser où la douleur est. Un score de 6 signifie que la personne peut obéir aux commandes.

Un score de 8 ou moins indique un coma. Si le score est de 9 à 12, la condition est modérée. Si le score est de 13 ou plus, l’atteinte à la conscience est mineure.

Traitement

Un coma est une urgence médicale sérieuse.

Les professionnels de la santé commenceront par assurer la survie immédiate du patient et assurer sa respiration et sa circulation pour maximiser la quantité d’oxygène qui atteint le cerveau.

Un médecin peut administrer du glucose ou des antibiotiques avant même que les résultats des tests sanguins soient prêts, au cas où le patient est en état de choc diabétique ou a une infection cérébrale.

Le traitement dépendra de la cause sous-jacente du coma, par exemple, l’insuffisance rénale, la maladie du foie, le diabète, l’empoisonnement, etc.

S’il y a un gonflement du cerveau, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour soulager la pression.

Perspective

Si la cause du coma peut être traitée avec succès, la personne peut éventuellement se réveiller sans dommages permanents.

Ils sont susceptibles d’être confus au début, mais ils se souviennent généralement de ce qui s’est passé avant le coma, et peuvent continuer leur vie. Typiquement, une thérapie de réadaptation est nécessaire.

Si une lésion cérébrale s’est produite, une déficience à long terme peut en résulter. Si la personne se réveille, elle devra peut-être réapprendre les compétences de base et ne pas se souvenir de ce qui s’est passé.

Cependant, avec le soutien, comme la thérapie physique et professionnelle, beaucoup de gens peuvent jouir d’une bonne qualité de vie.

Dans certains cas, la personne ne se réveillera pas.

Recherche

En 2015, les neurologues ont publié des résultats montrant qu’il pourrait y avoir un moyen de prédire quand les patients se réveilleront d’un coma. Au cours d’un coma, des schémas spécifiques de communication neuronale semblent être perturbés.

En utilisant des tests IRM fonctionnels (IRMf), les scientifiques ont remarqué que les patients qui conservaient une force particulière de communication neuronale étaient plus susceptibles de se remettre d’un coma.

Cela pourrait signifier que l’IRMf pourrait être en mesure de prédire la probabilité de guérison d’une personne.

Une autre étude réalisée en 2015 a trouvé des preuves que les voix des membres de la famille et des proches pouvaient aider à améliorer la réactivité chez les personnes en cas de coma. Après 15 patients qui ont subi soit un entraînement sensoriel auditif familier (FAST) ou un silence de placebo, les scans d’IRMf montrent des améliorations dans le cerveau de ceux qui ont connu FAST.

Like this post? Please share to your friends: