Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Comment 20 minutes d’exercice intense peuvent stimuler la mémoire

Une nouvelle étude publiée dans les spectacles que l’exercice vigoureux pendant une courte période de temps peut stimuler la soi-disant mémoire d’interférence. La recherche indique également un mécanisme potentiel qui pourrait expliquer les résultats.

cerveau et poids

Des chercheurs de l’Université McMaster en Ontario, au Canada, révèlent ce que des exercices intenses de 20 minutes peuvent faire pour notre mémoire.

L’auteur principal de la nouvelle recherche est Jennifer Heisz, professeure adjointe au Département de kinésiologie de l’Université McMaster.

Heisz et ses collègues montrent que des séances quotidiennes d’entraînement par intervalles de 20 minutes pendant 6 semaines améliorent considérablement les performances dans une tâche de mémoire dite à interférence élevée.

La théorie de la mémoire d’interférence fait référence à la façon dont les informations que nous connaissons et avons mémorisées peuvent interférer avec notre capacité à apprendre de nouveaux contenus.

Une bonne mémoire d’interférence signifie que les anciennes connaissances fonctionnent de manière transparente avec les nouvelles informations, ce qui nous permet, par exemple, de distinguer une nouvelle voiture de notre ancienne, même si elles sont de la même marque et du même modèle.

L’exercice intense stimule la mémoire d’interférence

Heisz et son équipe ont recruté 95 jeunes participants adultes pour leur étude. Les participants se sont engagés dans l’un des trois scénarios suivants pour une durée de 6 semaines: entraînement physique plus entraînement cognitif, entraînement physique seulement, ou pas du tout.

Les séances d’exercices physiques comprenaient 20 minutes quotidiennes d’entraînement par intervalles.

Les participants ont également été invités à participer à une tâche de mémoire à haute interférence, dans laquelle ils essayaient de reconnaître des paires de visages correspondants à partir d’un tableau d’images très similaires.

L’équipe a également mesuré les niveaux d’une protéine appelée facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF), ainsi que le facteur de croissance insulinomimétique-1, avant et après les interventions. BDNF favorise la survie, la croissance et le maintien des neurones.

Les chercheurs ont découvert que le groupe qui avait participé à une activité physique intense avait une meilleure performance dans la tâche de mémoire à forte interférence et avait des niveaux plus élevés de BDNF par rapport au groupe témoin.

De plus, le groupe d’entraînement combiné avait des niveaux de performance similaires à ceux du groupe d’exercices seulement.

Les constatations sont particulièrement importantes pour les aînés

« Ces résultats sont particulièrement importants, car les avantages de la mémoire ont été trouvés à partir d’une intervention relativement courte », soulignent les auteurs.

«L’amélioration de ce type de mémoire par l’exercice», explique Heisz, «pourrait aider à expliquer le lien établi précédemment entre l’exercice aérobique et une meilleure performance académique».

L’étude suggère également un mécanisme potentiel qui pourrait expliquer comment l’exercice et l’entraînement cérébral peuvent travailler ensemble pour améliorer la cognition.

« Pris ensemble, les résultats suggèrent que le potentiel d’effets synergiques de combiner l’exercice et l’entraînement cognitif peut dépendre des différences individuelles dans la disponibilité des facteurs neurotrophiques induits par l’exercice », concluent les auteurs.

Heisz dit que les résultats peuvent apporter de bonnes nouvelles pour les personnes âgées en particulier, en disant: «À l’autre bout de notre vie, lorsque nous atteindrons nos aînés, nous pourrions nous attendre à voir des avantages encore plus importants chez les personnes ayant des troubles de mémoire. comme la démence. « 

«Une hypothèse est que nous verrons de plus grands avantages pour les personnes âgées étant donné que ce type de mémoire diminue avec l’âge», explique Heisz, dont l’équipe a déjà commencé à étudier cette hypothèse.

« Cependant, » elle note, « la disponibilité des facteurs neurotrophiques diminue également avec l’âge et cela peut signifier que nous n’obtenons pas les effets synergiques. »

Like this post? Please share to your friends: