Comment l’alcool affecte-t-il le risque d’AVC? L’étude enquête

À l’approche des vacances d’hiver, les taux de consommation d’alcool vont bientôt augmenter. Bien que certaines études aient démontré que certaines études avaient des effets bénéfiques sur le cœur et le système circulatoire, de nouvelles recherches indiquent que la consommation d’alcool peut accroître le risque de certains types d’AVC et pas d’autres.

[buvant de l'alcool]

La plupart des gens ont consommé de l’alcool à un moment donné de leur vie. Des niveaux de consommation d’alcool faibles à modérés se sont avérés bénéfiques pour la santé, mais une consommation d’alcool élevée et lourde peut avoir de graves conséquences négatives.

Maintenant que Thanksgiving est là, il est important de nous rappeler les dangers de la consommation excessive saisonnière. L’Institut national sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme (NIAAA) met en garde contre les mythes entourant la consommation d’alcool et donne des conseils sur la façon de boire en toute sécurité pendant les vacances.

Jusqu’à un verre par jour pour les femmes et deux verres par jour pour les hommes compte comme une consommation modérée.Selon la NIAAA, boire modérément semble réduire le risque de maladie cardiaque, accident vasculaire cérébral ischémique, et le diabète.

Cependant, la consommation d’alcool en grande quantité reste très dangereuse. Un grand nombre d’Américains meurent d’incidents liés à l’alcool chaque année, ce qui fait de l’alcool la quatrième principale cause de décès évitable aux États-Unis.

Une nouvelle recherche examine l’impact de l’alcool sur le risque de développer un AVC.

Analyser le lien entre l’alcool et l’AVC

Des chercheurs de l’Institut Karolinska en Suède et de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni ont examiné les associations entre la consommation d’alcool et différents types d’AVC.

L’étude consistait en une revue systématique et une méta-analyse d’études existantes. Les chercheurs ont examiné 25 études prospectives contenant des données sur l’AVC ischémique, l’hémorragie intracérébrale et l’hémorragie sous-arachnoïdienne.

Les études comprenaient des données de la cohorte des hommes suédois et de la cohorte suédoise de mammographie, totalisant un total de 18 289 cas d’AVC ischémiques, 2 299 cas d’hémorragie intracérébrale et 1 164 cas d’hémorragie sous-arachnoïdienne.

Les niveaux de consommation d’alcool ont été évalués en utilisant l’auto-déclaration des patients. Les participants ont répondu à une série de questions en utilisant un questionnaire ou une interview.

En utilisant des mesures normalisées de l’alcool, la consommation d’alcool a été divisée en quatre catégories: consommation légère (une boisson quotidienne ou moins), consommation modérée (un à deux verres par jour), consommation élevée (deux à quatre verres par jour) et consommation excessive ( plus de quatre verres par jour).

L’étude a été ajustée en fonction de variables telles que l’âge, le sexe, le tabagisme, l’indice de masse corporelle (IMC) et le diabète.

Les résultats ont été publiés dans le journal en libre accès.

L’alcool peut augmenter le risque d’AVC hémorragique

La méta-analyse a examiné deux types différents d’AVC: ischémique et hémorragique.

L’AVC ischémique est le type d’AVC le plus courant. Il est causé par un caillot de sang bloquant l’écoulement du sang et de l’oxygène d’atteindre le cerveau.

Un accident vasculaire cérébral hémorragique se produit soit en cas de rupture d’un anévrisme, soit en cas de fuite d’un vaisseau sanguin affaibli. Le résultat est une hémorragie soit à l’intérieur du cerveau, provoquant une hémorragie intracérébrale, soit, moins fréquemment, une hémorragie entre le cerveau et le tissu qui le recouvre, provoquant ce que l’on appelle une hémorragie sous-arachnoïdienne.

L’étude a révélé que la consommation légère et modérée d’alcool semblait réduire le risque d’AVC ischémique, mais qu’elle n’avait aucun impact sur le risque de développer un AVC hémorragique.

Dr. Susanna Larsson, auteur principal de l’étude, explique pourquoi ceci peut être:

« Des recherches antérieures ont trouvé une association entre la consommation d’alcool et des taux plus faibles de fibrinogène – une protéine dans le corps qui aide à la formation de caillots sanguins, ce qui peut expliquer l’association entre consommation d’alcool légère à modérée.

Cependant, boire peut, en fait, augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral hémorragique. Ceci est plus apparent lorsque l’on regarde la catégorie de l’alcool lourd.

« Nos résultats ont montré que les gros buveurs étaient environ 1,6 fois plus susceptibles de souffrir d’hémorragie intracérébrale et 1,8 fois plus susceptibles de souffrir d’hémorragie sous-arachnoïdienne.L’association entre une forte consommation d’alcool et ces deux types d’AVC était plus forte que celle des AVC ischémiques. »

Dr. Susanna Larsson

Par conséquent, même si une consommation modérée d’alcool peut avoir un effet bénéfique en diminuant le risque d’AVC ischémique, les inconvénients peuvent l’emporter sur les avantages.

« Les effets néfastes de la consommation d’alcool sur la pression artérielle – un facteur de risque majeur d’accident vasculaire cérébral – peuvent augmenter le risque d’AVC hémorragique et l’emporter sur tout avantage potentiel », mentionne le Dr Larsson.

Points forts et limites de l’étude

Le Dr Larsson souligne que la grande taille de l’échantillon incluse dans l’analyse a permis d’établir des associations précises entre un large éventail de schémas de consommation d’alcool et les sous-groupes de patients.

« C’est la première étude qui combine les résultats de toutes les études prospectives disponibles sur la consommation d’alcool et le risque de sous-types d’AVC hémorragiques », explique le Dr Larsson.

Cependant, certaines des études incluses dans la méta-analyse étaient de petite taille, ce qui signifie que les effets positifs de la consommation d’alcool légère à modérée ont peut-être été surestimés.

En outre, la méta-analyse ne pouvait pas utiliser les mêmes catégories de consommation d’alcool dans toutes les études, car les auteurs manquaient de données individuelles sur les patients.

Enfin, comme il s’agit d’une étude observationnelle, il ne peut pas établir de lien de causalité entre l’utilisation de l’alcool et le risque de développer différents types d’AVC.

Apprenez comment boire modérément peut bénéficier de «bons» niveaux de cholestérol.

Like this post? Please share to your friends: