Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Comment le cancer échappe-t-il au système immunitaire? Nouveau mécanisme révélé

La capacité du cancer à échapper au système immunitaire de notre corps a longtemps intrigué les chercheurs. La dernière étude identifie l’une des capes protectrices du cancer et étudie un moyen de l’enlever.

Illustration de cancer d'immunothérapie

Les cellules cancéreuses sont des cellules qui ont mal tourné; ils se multiplient tous les deux et ne fonctionnent pas correctement. Normalement, les cellules défectueuses, mortes ou mourantes sont éliminées par le système immunitaire.

Les macrophages – un type de globules blancs – sont en grande partie responsables de la consommation et de la destruction des envahisseurs étrangers et des cellules errantes.

Bien que les macrophages effectuent normalement leurs attaques avec une efficacité impitoyable, certaines cellules cancéreuses parviennent à échapper à leur regard errant. Comment les cellules cancéreuses volent-elles sous le radar du système immunitaire?

En 2009, le Dr Irving Weissman, directeur de l’Institut de biologie des cellules souches et de médecine régénératrice de Stanford, a publié une recherche qui répond un peu à cette question. Ils ont identifié un signal «ne me mangez pas» sur les cellules cancéreuses.

Le premier signal « ne me mangez pas »

Le Dr Weissman a démontré que les cellules cancéreuses particulièrement agressives expriment des niveaux plus élevés de CD47 – une protéine transmembranaire – sur leur surface cellulaire. CD47 se lie à une protéine appelée SIRPalpha à la surface des macrophages, réduisant leur capacité à attaquer et à tuer les cellules cancéreuses.

Des études chez l’animal ont montré que le traitement par un anticorps anti-CD47 augmente significativement la capacité des macrophages à tuer les cellules cancéreuses. Dans certains modèles de cancer de la souris, le traitement a même conduit à un remède. Des essais cliniques sont en cours pour déterminer si cette approche sera aussi efficace chez les humains.

Récemment, l’équipe du Dr Weissman a publié un autre article, décrivant des recherches qui révèlent un autre signal «ne me mangez pas». Cette fois-ci, la molécule focalisée est une protéine de surface cellulaire appelée complexe majeur d’histocompatibilité classe 1 (MHC classe 1).

Les chercheurs ont constaté que les tumeurs avec des niveaux plus élevés de CMH de classe 1 sur leurs surfaces cellulaires sont plus résistantes au traitement anti-CD47.

Le rôle de la classe 1 du CMH dans le cancer

L’immunité adaptative constitue la base de la mémoire immunologique – une fois que notre système immunitaire a réagi à un pathogène spécifique, s’il rencontre à nouveau le même intrus, il peut monter une réponse rapide et spécifique. Les CMH de classe 1 sont une partie importante de cette aile du système immunitaire.

MHC classe 1 sont trouvés sur les surfaces de la plupart des cellules. Ils prennent des portions de protéines cellulaires internes et les affichent sur la surface de la cellule, fournissant un instantané de la santé de la cellule. Si les indicateurs de protéines de la cellule sont anormaux, les lymphocytes T la détruisent. Cette interaction entre les cellules MHC de classe 1 et T a été bien décrite, mais la façon dont les macrophages sont impliqués n’a pas été entièrement comprise.

La présente étude a révélé qu’une protéine – LILRB1 – à la surface des macrophages se lie à une partie de la classe 1 du CMH à la surface des cellules cancéreuses. Une fois qu’il s’est lié, il empêche le macrophage de consommer et de tuer la cellule. Cette réponse a été observée à la fois dans un plat de laboratoire et chez des souris présentant des tumeurs humaines.

En inhibant la voie médiée par CD47 et la voie LILRB1, interférant avec les deux signaux «ne pas manger moi», la croissance tumorale était significativement ralentie chez la souris. Les résultats sont publiés cette semaine dans.

« Le blocage simultané de ces deux voies chez les souris a entraîné l’infiltration de la tumeur avec de nombreux types de cellules immunitaires et favorisé de manière significative la clairance des tumeurs, ce qui entraîne des tumeurs plus petites dans l’ensemble. »

Amira Barkal, étudiante diplômée, auteur principal en chef

Barkal poursuit: «Nous sommes enthousiasmés par la possibilité d’une thérapie à double ou peut-être triple sur les humains dans laquelle nous combinons plusieurs blocages à la croissance du cancer.

Le futur de l’immunothérapie

L’immunothérapie contre le cancer est un domaine qui se développe rapidement, mais l’histoire est complexe. Différents cancers ont des empreintes immunologiques différentes; par exemple, certaines cellules cancéreuses humaines réduisent les niveaux de CMH de classe 1 sur leur surface cellulaire, les aidant à échapper aux cellules T.

Les personnes atteintes de ces cancers pourraient ne pas répondre particulièrement bien aux thérapies conçues pour améliorer l’activité des lymphocytes T. Cependant, ces cancers pourraient être plus vulnérables à une approche anti-CD47. Cela fonctionne également dans l’autre sens, les cancers avec MHC classe 1 abondante pourraient être moins affectés par le traitement anti-CD47.

Découvrir comment les cellules cancéreuses évitent la mort cellulaire et comprendre comment ces voies pourraient être renversées est une entreprise difficile mais cruciale. Cette étude marque une autre étape vers l’enseignement de notre système immunitaire pour ralentir la marche du cancer.

Like this post? Please share to your friends: