Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Comment le VIH transforme les cellules immunitaires en suicide

Une nouvelle étude américaine montre comment le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) provoque la commu- sication des cellules immunitaires infectées. Les chercheurs croient que cette découverte est une piste importante sur la façon de préserver le système immunitaire des personnes infectées par le virus qui cause le SIDA.

L’auteur principal Arik Cooper et ses collègues de l’Institut national pour les allergies et les maladies infectieuses, qui fait partie des National Institutes of Health, écrivent à propos de leurs résultats dans le numéro en ligne de Nature du 5 juin.

Le VIH a infecté plus de 60 millions de personnes et tué près de 30 millions de personnes à travers le monde. Chaque jour, chez une personne infectée, le VIH détruit des milliards de lymphocytes T CD4 + qui combattent l’infection, jusqu’à ce que le système immunitaire ne soit plus capable de se régénérer ou de combattre d’autres infections.

Le virus le fait de plusieurs façons. Une façon consiste à tuer les cellules directement: elles détournent des cellules et utilisent leurs ressources pour se faire des copies. Ces copies émergent comme des bourgeons qui éclatent à travers la membrane cellulaire, tuant la cellule dans le processus. Une autre façon dont le VIH tue directement la cellule hôte consiste simplement à épuiser ses ressources.

Et une autre manière de provoquer la mort des cellules hôtes est lorsque la machinerie de la cellule hôte devient grossièrement déformée par rapport à l’utilisation de copies de virus, ce qui peut déclencher un processus connu sous le nom de mort cellulaire programmée ou apoptose.

Cette étude révèle les mécanismes sous-jacents de ce processus.

Lorsque le VIH pénètre dans la cellule hôte, il commence à reprogrammer sa machinerie de construction de protéines en insérant ses propres gènes dans l’ADN cellulaire.

Cooper et ses collègues ont découvert que pendant cette étape d’insertion, une enzyme cellulaire appelée protéine-kinase dépendante de l’ADN (ADN-PK) devient active. L’enzyme aide normalement à réparer les cassures double brin dans les molécules qui composent l’ADN.

Mais lorsque le VIH intègre ses gènes dans l’ADN de la cellule hôte, il en résulte des cassures monocaténaires aux points d’insertion.

À leur grande surprise, Cooper et ses collègues ont découvert que les cassures d’ADN survenant lors de l’intégration du VIH activent l’ADN-PK, qui joue alors un rôle anormalement destructeur: il déclenche un signal qui provoque l’apoptose dans la cellule T CD4 +.

Ils concluent:

« Nous proposons que l’activation de l’ADN-PK pendant l’intégration virale joue un rôle central dans la déplétion des lymphocytes T CD4 +, augmentant la possibilité que les inhibiteurs de l’intégrase et les interventions dirigées contre l’ADN-PK puissent améliorer la survie des cellules T et la fonction immunitaire.

En d’autres termes, il peut être possible de traiter les personnes infectées par le VIH dans les premiers stades de l’infection en leur administrant des médicaments qui bloquent les étapes précoces de la réplication virale qui se produisent jusqu’à l’activation de l’ADN-PK.

Et non seulement cela pourrait empêcher le virus de se reproduire, mais il pourrait également préserver suffisamment de cellules T CD4 + pour que le système immunitaire soit capable de combattre l’infection.

Les chercheurs suggèrent également que les résultats aident à expliquer la formation de réservoirs de cellules infectées par le VIH au repos, et donnent des indices sur la façon de les éliminer.

Dans une autre étude publiée récemment dans Nature, décrit comment une autre équipe de chercheurs aux États-Unis a pour la première fois, avec l’aide d’un supercalculateur, fissuré la structure chimique de la capside ou de la protéine du VIH.

Écrit par Catharine Paddock PhD

Like this post? Please share to your friends: