Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Comment les chats pourraient aider à traiter le VIH

Les chats sont beaucoup plus que nos compagnons à quatre pattes; De nouvelles recherches expliquent maintenant comment nos amis à fourrure pourraient aussi aider au développement de nouveaux médicaments contre le VIH.

un chat gris et blanc

Les scientifiques ont maintenant dévoilé la structure 3D d’une protéine spécifique du virus de l’immunodéficience féline (FIV) qui est également présente dans le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Les auteurs de l’étude Akram Alian et le Dr. Meytal Galilee – qui sont issus du Technion – Institut israélien de technologie à Haïfa – pensent que leurs découvertes pourraient ouvrir la voie à de nouveaux médicaments capables de lutter contre le VIH-1 pharmacorésistant.

Les chercheurs ont récemment rapporté leurs résultats dans le journal.

Le VIH est un virus qui attaque les cellules T du corps, qui sont des cellules immunitaires qui nous aident à éviter les infections et les maladies. Le VIH-1 est la souche de VIH la plus répandue, représentant environ 95% de tous les cas.

On estime qu’environ 1,1 million de personnes aux États-Unis vivent avec le VIH. En 2016, plus de 39 000 nouveaux cas de virus ont été diagnostiqués dans le pays.

Lorsque le VIH est apparu pour la première fois dans les années 1980, il y avait beaucoup de peur et de stigmatisation autour du virus; les scientifiques en savaient très peu sur le VIH, et il n’y avait aucun traitement pour cela.

Mais maintenant, c’est une histoire différente; une personne vivant avec le VIH peut vivre longtemps et en bonne santé grâce aux médicaments antirétroviraux.

Ces médicaments agissent en réduisant les niveaux de VIH dans le sang, au point où le virus peut être indétectable. Cela signifie que le virus n’a aucune incidence sur la santé d’une personne et qu’il ne peut être transmis à d’autres personnes.

Cependant, toutes les personnes vivant avec le VIH qui reçoivent des médicaments antirétroviraux n’atteindront pas des taux sanguins indétectables, et certaines personnes infectées par le VIH pourraient développer une résistance à ces médicaments.

Dans cet esprit, les scientifiques cherchent à développer de nouveaux médicaments contre le VIH, et Alian et le Dr Galilee croient que les chats peuvent aider à répondre à ce besoin.

VIH et FIV: Quel est le lien?

Le FIV est similaire au VIH; il attaque le système immunitaire du chat, ce qui le rend vulnérable à l’infection. Bien que le FIV et le VIH appartiennent au même groupe de virus, FIV ne peut pas être transmis à l’homme.

Pourtant, en raison des similitudes entre les deux virus, les scientifiques ont étudié FIV comme un moyen d’en apprendre davantage sur le VIH.

Pour cette dernière étude, Alian et le Dr Galilee se sont concentrés sur une protéine appelée «transcriptase inverse». Dans le FIV et le VIH, cette protéine peut « copier » le génome de l’ARN du virus dans l’ADN. Cet ADN sera ensuite « implanté » dans le génome de l’hôte, ce qui provoque la réplication du virus par les cellules.

Dans le FIV, la transcriptase inverse est résistante aux inhibiteurs de la transcriptase inverse (ITR), des médicaments antirétroviraux capables de bloquer cette protéine chez les personnes infectées par le VIH.

On craint que le VIH puisse développer la même résistance à ces médicaments que le FIV, mais, dans ce cas, les résultats de la nouvelle étude pourraient déjà avoir trouvé une réponse.

Les résultats peuvent conduire à de nouveaux traitements anti-VIH

À l’aide de techniques de purification et de cristallisation, Alian et le Dr Galilee ont pu déchiffrer la structure tridimensionnelle de la protéine transcriptase inverse FIV, qui a révélé les mécanismes à l’origine de la résistance de la protéine aux RTI.

L’équipe a découvert que la protéine de la transcriptase inverse dans le FIV génère une «poche fermée» qui empêche les RTI de s’y lier efficacement, ce qui la rend résistante aux médicaments.

« Nous montrons en outre », disent les auteurs, « que la mutation de la protéine pour faciliter la liaison des inhibiteurs ne confère pas de sensibilité à ces inhibiteurs, suggérant que d’autres variances inhérentes à FIV RT [transcriptase inverse] modulent une seconde couche de résistance. »

Ils disent que leurs découvertes pourraient non seulement conduire à de nouveaux traitements pour la FIV, mais ils pourraient aussi ouvrir la voie à de futurs traitements contre le VIH. Les chercheurs concluent:

« Ces idées peuvent aider dans le développement de nouveaux médicaments contre l’évolution de la résistance au VIH-1 RT. »

Like this post? Please share to your friends: