Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Comment oublier les souvenirs indésirables

Tout le monde a des souvenirs qu’ils préféreraient oublier, et ils peuvent connaître les déclencheurs qui les font rebondir. De mauvais souvenirs peuvent sous-tendre un certain nombre de problèmes, du trouble de stress post-traumatique aux phobies.

Quand une mémoire indésirable s’introduit dans l’esprit, c’est une réaction humaine naturelle de vouloir le bloquer.

Il y a cent ans, Freud a suggéré que les humains ont un mécanisme qu’ils peuvent utiliser pour bloquer les souvenirs indésirables hors de la conscience.

Plus récemment, les scientifiques ont commencé à comprendre comment cela fonctionne.

Des études de neuroimagerie ont permis d’observer quels systèmes cérébraux sont impliqués dans l’oubli délibéré, et des études ont montré qu’il est possible que les gens bloquent délibérément les souvenirs de la conscience.

Comment se forment les souvenirs?

[peur]

Pour qu’une mémoire soit stockée dans l’esprit d’une personne, les protéines stimulent la croissance des cellules cérébrales et forment de nouvelles connexions.

Plus nous insistons sur une mémoire ou répétez les événements spécifiques entourant la mémoire, plus ces connexions neuronales deviennent fortes. Le souvenir reste là, tant que nous le revisitons de temps en temps.

On a longtemps pensé que plus la mémoire est ancienne, plus elle est fixe, mais ce n’est pas nécessairement vrai.

Chaque fois que nous revisitons un souvenir, il redevient flexible. Les connexions deviennent malléables, puis elles se réinitialisent. Le souvenir peut changer un peu chaque fois que nous le rappelons, et il se réinitialise plus fort et plus vivement à chaque rappel.

Même les souvenirs à long terme ne sont pas stables.

Ce processus de renforcement est appelé reconsolidation. La reconsolidation peut changer légèrement nos souvenirs pour le meilleur ou pour le pire. Manipuler ce processus peut faire la même chose.

Si quelque chose nous effraie quand nous sommes jeunes, le souvenir de cet événement peut devenir un peu plus effrayant à chaque fois que nous le rappelons, menant à une peur qui peut être hors de proportion avec l’événement réel. Une petite araignée qui nous a effrayés une fois peut devenir plus gros dans nos esprits au fil du temps. Une phobie peut en résulter.

En revanche, jeter une lumière humoristique sur un souvenir embarrassant, par exemple, en l’amenant dans une histoire drôle, peut signifier qu’avec le temps, il perd son pouvoir d’embarras. Une gaffe sociale devient une pièce de fête.

Pourquoi les mauvais souvenirs sont-ils si vifs?

Beaucoup de gens trouvent que les mauvaises expériences ressortent plus que les bonnes. Ils empiètent sur notre conscience quand nous ne le voulons pas.

Les chercheurs ont montré que les mauvais souvenirs sont vraiment plus vifs que les bons, peut-être en raison de l’interaction entre les émotions et les souvenirs. C’est particulièrement vrai lorsque les émotions et les souvenirs sont négatifs.

La neuro-imagerie a montré aux scientifiques que le processus d’encodage et de récupération des mauvaises mémoires implique les parties du cerveau qui traitent les émotions, en particulier l’amygdale et le cortex orbitofrontal.

Il semble que plus les émotions associées à la mémoire sont fortes, plus nous nous souviendrons des détails.

Les études IRMf révèlent une plus grande activité cellulaire dans ces régions lorsque quelqu’un vit une mauvaise expérience.

Substituer des souvenirs

En 2012, des scientifiques de l’Université de Cambridge ont montré pour la première fois quels mécanismes cérébraux sont impliqués dans la substitution et la suppression des souvenirs.

Ils ont constaté qu’une personne peut supprimer un souvenir, ou le forcer à sortir de la conscience, en utilisant une partie du cerveau, connue sous le nom de cortex préfrontal dorsolatéral, pour inhiber l’activité de l’hippocampe. L’hippocampe joue un rôle clé dans la mémorisation des événements.

Pour substituer un souvenir, les gens peuvent rediriger leur conscience vers une autre mémoire. Ils peuvent le faire en utilisant deux régions appelées le cortex préfrontal caudal et le cortex préfrontal ventrolatéral moyen. Ces zones sont importantes pour apporter des souvenirs spécifiques dans l’esprit conscient, en présence de souvenirs distrayants.

La suppression d’une mémoire implique l’arrêt des parties du cerveau impliquées dans le rappel. Pour substituer une mémoire, ces mêmes régions doivent être activement engagées dans la redirection de la mémoire vers une cible plus attractive.

L’un des auteurs du rapport, le Dr Michael Anderson, compare ceci soit à un claquement sur les freins d’une voiture, soit à une direction pour éviter un danger.

Les chercheurs ont utilisé l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour observer l’activité cérébrale des participants au cours d’une activité.

Cette activité impliquait l’apprentissage d’associations entre des paires de mots, et ensuite essayer d’oublier les souvenirs soit en en rappelant d’autres pour les remplacer, soit en les bloquant.

Les résultats ont montré que les deux stratégies sont également efficaces, mais que différents circuits neuronaux sont activés.

Dans le trouble de stress post-traumatique (TSPT), les personnes qui ont vécu un événement de vie traumatique sont troublées par des souvenirs indésirables qui insistent sur l’intrusion dans la conscience.

En savoir plus sur la façon dont une mémoire peut être substituée ou supprimée pourrait aider les personnes atteintes de cette maladie débilitante.

Changement de contextes

Le contexte mental dans lequel une personne perçoit un événement affecte la façon dont les souvenirs de cet événement sont organisés. Nous nous souvenons des événements par rapport à d’autres événements, où ils se sont produits, et ainsi de suite. Ceci, à son tour, affecte ce qui déclenche ces souvenirs plus tard, ou comment nous pouvons choisir de les rappeler.

Le contexte peut être tout ce qui est associé à une mémoire. Cela peut inclure des indices liés aux sens, tels que l’odorat ou le goût, l’environnement extérieur, les événements, les pensées ou les sentiments au moment de l’événement, les caractéristiques accidentelles de l’élément, par exemple, sur une page, etc.

Comme nous utilisons des indices contextuels pour rappeler des informations sur des événements passés, les scientifiques ont suggéré que tout processus qui change notre perception de ce contexte peut augmenter ou réduire notre capacité à récupérer des souvenirs spécifiques.

Pour tester cela, une équipe de chercheurs a fixé aux participants une tâche consistant à mémoriser des ensembles de mots, tout en regardant des images de la nature, telles que des plages ou des forêts. Le but des images était de créer les souvenirs contextuels.

On a ensuite demandé à certains participants d’oublier les mots de la première liste avant d’étudier la seconde.

Au moment de rappeler les mots, le groupe auquel on avait demandé d’oublier pouvait rappeler moins de mots.

Plus intéressant, le suivi IRMf a montré qu’ils avaient aussi moins de pensées sur les images.

En essayant délibérément d’oublier les mots, ils avaient abandonné le contexte dans lequel ils les avaient mémorisés. De plus, plus le détachement du contexte est grand, moins il se souvient de mots. Cela suggère que nous pouvons intentionnellement oublier.

Le groupe à qui on a dit de se souvenir des mots n’a pas «vidé» les scènes de leur esprit et a continué à se souvenir des mots et à penser aux images.

Les résultats pourraient être utiles pour aider les gens soit à se souvenir de choses, par exemple, lors de l’étude, ou pour réduire les souvenirs indésirables, par exemple, dans le traitement du SSPT.

Affaiblissement des souvenirs qui causent des phobies

Le traitement pour les personnes souffrant de phobies comprend l’exposition à l’élément qui cause la peur. La thérapie d’exposition vise à créer un souvenir «sûr» de l’objet redouté, qui éclipse l’ancien souvenir. Bien que cela fonctionne temporairement, la peur revient souvent à temps.

En août 2016, des chercheurs de l’Université d’Uppsala et de l’Institut Karolinska en Suède ont montré qu’une perturbation de la mémoire peut réduire sa force.

[TSPT]

Dans leur expérience, les personnes qui avaient peur des araignées ont été exposées aux photos de leurs amis à huit pattes en trois sessions. Le but était de perturber la mémoire en la perturbant puis en la réinitialisant.

D’abord, l’équipe a activé la peur des participants en présentant une mini-exposition aux images d’araignée.

Puis, 10 minutes plus tard, les participants ont regardé les images plus longtemps. Le lendemain, ils ont revu les photos.

Au troisième examen, l’activité dans la partie du cerveau connue sous le nom d’amygdale a été réduite. Cela reflétait une diminution de l’interférence émotionnelle et une moindre tendance chez les participants à éviter les araignées.

Les scientifiques concluent que la première exposition a rendu la mémoire instable. Lorsque la plus longue exposition s’est produite, la mémoire a été réenregistrée sous une forme plus faible. Ceci, disent-ils, empêche la peur de revenir si facilement.

Les chercheurs pensent que cela pourrait renforcer les techniques de traitement de l’anxiété et des phobies dans les cas où l’exposition seule ne fournit pas une solution à long terme.

Un médicament pour oublier?

Pour compléter les approches cognitives, certains scientifiques ont suggéré d’utiliser des médicaments pour éliminer les mauvais souvenirs ou l’aspect inducteur de la peur qui leur est associé.

La D-cyclosérine est un antibiotique, et elle stimule également l’activité du glutamate, un neurotransmetteur «excitateur» qui active les cellules du cerveau. Dans une étude, les personnes ayant une peur des hauteurs ont pris la D-cyclosérine avant une thérapie d’exposition à la réalité virtuelle. Une semaine, et encore 3 mois plus tard, leurs niveaux de stress étaient plus bas qu’avant.

Par ailleurs, le propranolol, donné au moment de la consolidation d’un souvenir, par exemple, juste après avoir raconté une mauvaise expérience, a été trouvé pour réduire les symptômes de stress la prochaine fois que la mémoire était activée.

Le propanolol bloque la norépinéphrine, un produit chimique lié au mécanisme de «combat ou de fuite» et qui provoque des symptômes de stress.

Des chercheurs de New York ont ​​effectué des tests sur des rats qui ont montré qu’il est possible d’effacer des souvenirs uniques du cerveau en délivrant un médicament appelé U0126, tout en laissant le reste du cerveau intact.

Implantation de faux souvenirs

Prenant la manipulation de la mémoire un peu plus loin, les experts de la mémoire comme Julia Shaw, auteur de « The Memory Illusion », ont travaillé sur la façon d’implanter de faux souvenirs. Elle commence, dit-elle, en disant à quelqu’un que quand ils étaient jeunes, ils ont commis un crime, puis en ajoutant des couches d’informations jusqu’à ce que la personne ne puisse plus déchiffrer la réalité de l’imagination.

Shaw dit qu’elle fait cela pour souligner comment certaines méthodes d’interrogation peuvent être abusées.

Ces techniques ne sont pas sans préoccupations éthiques. Les personnes en bonne santé pourraient utiliser le médicament pour effacer un événement gênant de l’esprit. Les médicaments pourraient être donnés aux gens pour leur faire oublier des choses.

Après tout, quelques mauvais souvenirs servent un but. Ils peuvent empêcher les gens de refaire les mêmes erreurs ou guider leurs actions dans des occasions similaires à l’avenir. Combien voulons-nous oublier?

Like this post? Please share to your friends: