Comment une hormone de la pression artérielle peut entraîner un gain de poids

La découverte de nouvelles stratégies pour lutter contre l’obésité est un objectif clé pour les chercheurs, étant donné que cette maladie est de plus en plus préoccupante pour la santé publique. Maintenant, une nouvelle étude met en lumière comment le système rénine-angiotensine – le système hormonal qui régule la pression artérielle – peut également favoriser la prise de poids excessive. La découverte offre une cible potentielle pour le traitement de l’obésité.

[un homme debout sur un ensemble d'échelles]

L’auteur principal de l’étude Justin Grobe, Ph.D., professeur adjoint de pharmacologie à l’Université de l’Iowa, et ses collègues ont publié leurs résultats dans la revue.

Alors que le rôle du système rénine-angiotensine (RAS) dans le contrôle de la pression artérielle est bien établi, des études antérieures ont indiqué que le RAS est également impliqué dans l’équilibre énergétique et le métabolisme, suggérant que le système hormonal influence le poids.

Selon Grobe et ses collègues, si RAS favorise le gain de poids ou la perte de poids dépend de l’endroit où il est actif dans le corps. Par exemple, si le SRA est très actif dans le cerveau, il augmente la dépense énergétique en stimulant le métabolisme au repos, ce qui entraîne une perte de poids.

Cependant, si l’activité périphérique de RAS est augmentée – c’est-à-dire, s’il y a des niveaux élevés de l’hormone RAS angiotensin circulant dans le reste du corps – elle réduit le métabolisme de repos, provoquant le gain de poids. RAS périphérique accrue est souvent trouvée chez les personnes obèses.

«À un niveau très simpliste, vous pouvez penser au cerveau RAS comme la pédale d’accélérateur sur le métabolisme et le RAS périphérique (circulant) comme le frein, avec l’angiotensine comme conducteur», explique Grobe.

Pour leur étude, Grobe et ses collègues ont entrepris d’étudier les mécanismes par lesquels le RAS périphérique amortit le métabolisme au repos, dans le but de nous rapprocher d’une stratégie qui pourrait arrêter ce processus.

RAS périphérique favorise l’obésité grâce à la thermogenèse réduite

L’équipe a analysé des souris qui avaient été génétiquement modifiées pour avoir une activité RAS excessivement accrue dans le cerveau.

Comparativement aux souris témoins, les souris génétiquement modifiées avaient un taux métabolique au repos et une perte de poids plus élevés, même si elles avaient le même régime alimentaire et les mêmes niveaux d’activité physique.

Faits rapides sur l’obésité

  • L’obésité touche environ 78,6 millions d’adultes aux États-Unis
  • L’obésité augmente le risque de maladie cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, de diabète de type 2 et de certains types de cancer
  • En 2008, les coûts médicaux de l’obésité ont totalisé 147 milliards de dollars.

En savoir plus sur l’obésité

En analysant le tissu adipeux des deux groupes de souris, les chercheurs ont constaté que la graisse sous-cutanée sur les hanches des souris génétiquement modifiées augmentait la production de chaleur – ou thermogenèse – tandis que la graisse viscérale entourant les organes internes ne le faisait pas.

La graisse sous-cutanée se réfère à la graisse qui est directement sous la peau, et il est considéré par certains professionnels de la santé comme une graisse «saine». La graisse viscérale, cependant, qui est stockée profondément dans la région abdominale, est considérée comme une graisse « malsaine », ce qui augmente le risque de maladies liées à l’obésité, telles que le diabète et les maladies cardiaques.

Ensuite, l’équipe a activé un récepteur appelé angiotensine II type 2 (AT2) dans les cellules adipeuses sous-cutanées des souris. AT2 est normalement activé lorsque le RAS périphérique est augmenté.

Après que le récepteur AT2 a été activé, les chercheurs ont constaté que les souris prenaient du poids, même si elles ne subissaient aucun changement de régime ou d’apport alimentaire.

Dans le détail, ils ont trouvé que l’activation AT2 abaisse la production d’une protéine appelée UCP1 dans les cellules adipeuses sous-cutanées, ce qui est essentiel pour la thermogenèse sans frisson. Les niveaux inférieurs d’UCP1 diminuent la capacité des cellules graisseuses à générer de la chaleur, note l’équipe.

« Si la cellule adipeuse est le tissu thermogénique (produisant de la chaleur en brûlant des calories), vous pouvez avoir un plus gros moteur ou pousser plus fort la pédale d’accélérateur pour créer un effet plus important », explique Grobe. « Notre étude montre que l’angiotensine est en train de moduler la taille du moteur (quantité d’UCP1), et non pas la pression exercée sur la pédale d’accélérateur. »

Dans l’ensemble, les chercheurs disent que leurs résultats suggèrent que l’augmentation de l’activité périphérique RAS – par l’augmentation des niveaux d’angiotensine – favorise l’obésité grâce à l’activation de l’AT2 et altération de la thermogenèse.

« De multiples façons, l’activation du récepteur AT2 [en augmentant le RAS périphérique] interfère avec la capacité de la cellule à produire de la chaleur.

Il est très cohérent avec l’observation clinique que l’angiotensine périphérique augmente pendant l’obésité. C’est probablement au moins l’un des mécanismes par lesquels cet excès d’angiotensine perpétue l’obésité. Parce qu’il dit au corps de ralentir son métabolisme à mesure que le corps grossit. « 

Justin Grobe, Ph.D.

Les auteurs disent que cette compréhension accrue de la façon dont le SRA affecte le gain de poids pourrait ouvrir la voie à de nouveaux traitements pour l’obésité et ses complications connexes.

Apprenez comment une bonne hydratation pourrait prévenir le gain de poids.

Like this post? Please share to your friends: