Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Comment utiliser vos jambes maintient votre cerveau en bonne santé

Une nouvelle recherche suggère que le déplacement de ses jambes est crucial pour la santé du cerveau. En fait, l’exercice des muscles des jambes aide le cerveau à produire de nouveaux neurones, suggère l’étude. Les résultats aident les chercheurs à mieux comprendre la progression des maladies neurologiques et motoneurones.

monter des escaliers

Les astronautes et les personnes qui ont été alitées pendant de longues périodes subissent de nombreux changements physiques.

Pour une chose, que ce soit en raison de l’antigravité ou du repos au lit, les muscles ont tendance à rétrécir. En réalité, la recherche a montré que l’activité musculaire restreinte affecte l’ensemble de la fonction neuromusculaire.

Le lien entre le mouvement et le cerveau est connu pour être fort. Par exemple, nous savons que le cortex moteur du cerveau envoie des signaux à la moelle épinière afin de contracter des muscles spécifiques.

Fait intéressant, lorsque certaines zones du cerveau responsables des mouvements sont endommagées, le cerveau tente de se «réparer» grâce à la neuroplasticité – c’est-à-dire la capacité des neurones à remapper leurs connexions, incitant une autre partie du cerveau à prendre le relais.

Récemment, de plus en plus de recherches se sont concentrées sur l’effet de l’activité physique volontaire sur la santé du cerveau.

Par exemple, certaines études ont montré que l’exercice peut induire la neurogenèse – ce qui signifie qu’il peut aider le cerveau à former de nouvelles cellules nerveuses – et contrer les effets du vieillissement sur l’hippocampe du cerveau, une zone cérébrale clé pour la mémoire et l’information. En traitement.

Maintenant, une nouvelle étude examine comment les cellules souches neurales sont affectées par la réduction du mouvement des jambes. Les cellules souches neurales sont des cellules souches indifférenciées qui vont se développer soit en neurones ou d’autres cellules cérébrales.

Les chercheurs ont été dirigés par Raffaella Adami, de l’Università degli Studi di Milano en Italie, et leurs résultats ont été publiés dans la revue

L’exercice de la jambe «dit» au cerveau de rester en bonne santé

Adami et l’équipe restreint le mouvement chez les souris pour une période de 28 jours. Plus précisément, les pattes arrière des rongeurs – mais pas leurs pattes avant – ont été immobilisées. Un groupe témoin de souris a été autorisé à se déplacer librement.

À la fin de la période d’étude, les scientifiques ont examiné une zone dans le cerveau de la souris appelée la région sous-ventriculaire – qui est une zone clé pour la santé des cellules nerveuses, ainsi que le site où les cellules souches neurales se différencient en neurones.

La recherche a révélé que la restriction de l’activité physique réduit les cellules souches neurales de 70 pour cent, par rapport au groupe témoin. De plus, les souris dont le mouvement était restreint avaient des neurones sous-développés et des oligodendrocytes, qui sont des cellules gliales dont le rôle principal est de protéger les cellules nerveuses.

La principale conclusion de ces nouvelles découvertes est que l’exercice de la jambe – exercice de mise en charge, en particulier – «dit» au cerveau de produire des neurones sains, qui sont essentiels pour notre capacité à faire face au stress et aux changements de vie.

L’exercice de mise en charge est le genre qui défie la gravité. Danser, marcher, faire de la randonnée, monter des escaliers, jouer au tennis et haltérophilie sont autant d’exemples d’exercices de musculation.

Adami commente les résultats en disant: «Ce n’est pas par hasard que nous sommes censés être actifs: marcher, courir, s’accroupir pour s’asseoir et utiliser nos muscles de la jambe pour soulever des choses.

«La santé neurologique n’est pas une voie à sens unique avec le cerveau qui dit« soulever les muscles »,« marcher »et ainsi de suite», ajoute-t-elle.

«Notre étude soutient l’idée que les personnes incapables de faire des exercices de charge – comme les patients alités, ou même les astronautes en voyage prolongé – non seulement perdent de la masse musculaire, mais leur chimie corporelle est altérée au niveau cellulaire et même leur système nerveux est affecté. « 

Raffaella Adami

Le co-auteur de l’étude Daniele Bottai, de l’Università degli Studi di Milano, intervient également. Selon lui, ces résultats aident à éclairer un large éventail d’autres affections, telles que l’amyotrophie spinale (SMA) et la sclérose en plaques.

«Je m’intéresse aux maladies neurologiques depuis 2004», poursuit M. Bottai. « La question que je me suis posée était: est le résultat de ces maladies dues exclusivement aux lésions qui se forment sur la moelle épinière en cas de lésion de la moelle épinière et mutation génétique dans le cas de SMA, ou est la plus faible capacité de mouvement critique? facteur qui exacerbe la maladie? « 

La recherche suggère que ces deux facteurs pourraient influencer l’un l’autre dans de telles maladies.

Like this post? Please share to your friends: