Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Comprendre les symptômes de la schizophrénie

La schizophrénie est un trouble mental qui apparaît habituellement à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Caractérisée par des délires, des hallucinations et d’autres difficultés cognitives, la schizophrénie peut souvent être une lutte permanente.

Dans cet article, nous allons couvrir les causes, les symptômes et le traitement de la schizophrénie.

Faits rapides sur la schizophrénie

Voici quelques points clés sur la schizophrénie. Plus de détails et d’informations à l’appui sont dans l’article principal.

  • La schizophrénie touche environ 1% de la population.
  • Les symptômes comprennent des idées délirantes, des hallucinations et des pensées désorganisées.
  • Diagnostiquer la schizophrénie vient seulement après que d’autres maladies ont été exclues.

Qu’est-ce que la schizophrénie?

La schizophrénie frappe le plus souvent entre 16 et 30 ans, et les hommes ont tendance à présenter des symptômes à un âge légèrement plus jeune que les femmes. Dans de nombreux cas, le trouble se développe si lentement que l’individu ne sait pas qu’il l’a eu pendant de nombreuses années. Cependant, dans d’autres cas, il peut frapper soudainement et se développer rapidement.

La schizophrénie touche environ 1% de tous les adultes, à l’échelle mondiale. Les experts disent que la schizophrénie est probablement beaucoup de maladies se faisant passer pour une.

Les symptômes de la schizophrénie

Schizophrénie écrite sur papier

Une proportion non négligeable de personnes atteintes de schizophrénie doivent compter sur les autres parce qu’elles sont incapables d’occuper un emploi ou de prendre soin d’elles-mêmes.

Beaucoup peuvent également résister au traitement, en soutenant qu’il n’y a rien de mal avec eux.

Certains patients peuvent présenter des symptômes évidents, mais à d’autres occasions, ils peuvent sembler bien jusqu’à ce qu’ils commencent à expliquer ce qu’ils pensent vraiment.

Les effets de la schizophrénie vont bien au-delà du patient – les familles, les amis et la société sont également touchés.

Les symptômes et les signes de la schizophrénie varient selon les individus.

Les symptômes sont classés en quatre catégories:

  • Symptômes positifs – également connus sous le nom de symptômes psychotiques. Par exemple, des délires et des hallucinations.
  • Les symptômes négatifs – ils se réfèrent à des éléments qui sont retirés de l’individu. Par exemple, l’absence d’expressions faciales ou le manque de motivation.
  • Les symptômes cognitifs – ceux-ci affectent les processus de pensée de la personne. Ils peuvent être des symptômes positifs ou négatifs, par exemple, une mauvaise concentration est un symptôme négatif.
  • Les symptômes émotionnels – ce sont généralement des symptômes négatifs, tels que des émotions émoussées.

Voici une liste des principaux symptômes:

  • Les illusions – le patient affiche de fausses croyances, qui peuvent prendre plusieurs formes, telles que des idées délirantes de persécution ou des illusions de grandeur. Ils peuvent sentir que d’autres tentent de les contrôler à distance. Ou, ils peuvent penser qu’ils ont des pouvoirs et des capacités extraordinaires.
  • Les hallucinations – entendre des voix est beaucoup plus commun que de voir, sentir, goûter ou sentir des choses qui ne sont pas là, cependant, les personnes atteintes de schizophrénie peuvent éprouver un large éventail d’hallucinations.
  • Trouble de la pensée – la personne peut sauter d’un sujet à un autre sans raison logique. L’orateur peut être difficile à suivre ou erratique.

D’autres symptômes peuvent inclure:

  • Manque de motivation (avolition) – le patient perd son énergie. Les actions quotidiennes, telles que le lavage et la cuisine, sont négligées.
  • Mauvaise expression des émotions – les réponses aux occasions heureuses ou tristes peuvent manquer ou être inappropriées.
  • Le retrait social – lorsqu’un patient atteint de schizophrénie se retire socialement, c’est souvent parce qu’il croit que quelqu’un va lui faire du mal.
  • L’ignorance de la maladie – comme les hallucinations et les délires semblent si réels pour les patients, beaucoup d’entre eux peuvent ne pas croire qu’ils sont malades. Ils peuvent refuser de prendre des médicaments par crainte des effets secondaires ou par crainte que le médicament ne soit un poison, par exemple.
  • Les difficultés cognitives – la capacité du patient à se concentrer, à se rappeler des choses, à planifier à l’avance et à organiser sa vie sont affectées. La communication devient plus difficile.

Quelles sont les causes de la schizophrénie?

Les experts croient que plusieurs facteurs contribuent généralement à l’apparition de la schizophrénie.

Les preuves suggèrent que les facteurs génétiques et environnementaux agissent ensemble pour provoquer la schizophrénie. La condition a un élément hérité, mais les déclencheurs environnementaux l’influencent également de manière significative.

Voici une liste des facteurs qui contribuent à l’apparition de la schizophrénie:

L’héritage génétique

S’il n’y a pas d’histoire de schizophrénie dans une famille, les chances de la développer sont inférieures à 1%. Cependant, ce risque augmente à 10% si un parent a été diagnostiqué.

Déséquilibre chimique dans le cerveau

Les experts estiment qu’un déséquilibre de la dopamine, un neurotransmetteur, est impliqué dans l’apparition de la schizophrénie. D’autres neurotransmetteurs, tels que la sérotonine, peuvent également être impliqués.

Relations de famille

Il n’y a aucune preuve pour prouver ou même indiquer que les relations familiales pourraient causer la schizophrénie, cependant, certains patients atteints de la maladie croient que la tension familiale déclenche des rechutes.

Facteurs environnementaux

Bien qu’il n’y ait pas de preuve définitive, de nombreux traumatismes suspects avant la naissance et les infections virales peuvent contribuer au développement de la maladie.

Les expériences stressantes précèdent souvent l’apparition de la schizophrénie. Avant que des symptômes aigus n’apparaissent, les personnes atteintes de schizophrénie sont habituellement de mauvaise humeur, anxieuses et floues. Cela peut déclencher des problèmes relationnels, le divorce et le chômage.

Ces facteurs sont souvent tenus pour responsables de l’apparition de la maladie, alors qu’en réalité c’était l’inverse – la maladie a provoqué la crise. Par conséquent, il est extrêmement difficile de savoir si la schizophrénie a causé certains stress ou est survenue à la suite de ceux-ci.

Schizophrénie induite par les médicaments

La marijuana et le LSD sont connus pour causer des rechutes de schizophrénie.En outre, pour les personnes prédisposées à une maladie psychotique telle que la schizophrénie, l’usage du cannabis peut déclencher le premier épisode.

Certains chercheurs croient que certains médicaments d’ordonnance, comme les stéroïdes et les stimulants, peuvent causer une psychose.

Traitements pour la schizophrénie

[Jeune homme en détresse]

Avec un traitement approprié, les patients peuvent mener une vie productive.

Le traitement peut aider à soulager de nombreux symptômes de la schizophrénie. Cependant, la majorité des patients atteints du trouble doivent faire face aux symptômes de la vie.

Les psychiatres disent que le traitement le plus efficace pour les patients schizophrènes est généralement une combinaison de:

  • des médicaments
  • conseil psychologique
  • ressources d’entraide

Les médicaments anti-psychotiques ont transformé le traitement de la schizophrénie. Grâce à eux, la majorité des patients peuvent vivre dans la communauté plutôt que de rester à l’hôpital.

Les médicaments contre la schizophrénie les plus courants sont:

  • Risperidone (Risperdal) – moins sédatif que les autres antipsychotiques atypiques. Le gain de poids et le diabète sont des effets secondaires possibles, mais sont moins susceptibles de se produire, par rapport à Clozapine ou Olanzapine.
  • Olanzapine (Zyprexa) – peut également améliorer les symptômes négatifs. Cependant, les risques de prise de poids importante et le développement du diabète sont significatifs.
  • Quetiapine (Seroquel) – risque de prise de poids et de diabète, cependant, le risque est plus faible que Clozapine ou Olanzapine.
  • Ziprasidone (Geodon) – le risque de prise de poids et de diabète est inférieur à celui des autres antipsychotiques atypiques. Cependant, il pourrait contribuer à l’arythmie cardiaque.
  • Clozapine (Clozaril) – efficace pour les patients qui ont résisté au traitement. Il est connu pour abaisser les comportements suicidaires chez les patients atteints de schizophrénie. Le risque de prise de poids et de diabète est important.
  • Haloperidol – un antipsychotique utilisé pour traiter la schizophrénie. Il a un effet à long terme (semaines).

Le traitement primaire de la schizophrénie est un médicament. Malheureusement, la conformité (suite au régime médicamenteux) est un problème majeur. Les personnes atteintes de schizophrénie abandonnent souvent leurs médicaments pendant de longues périodes au cours de leur vie, ce qui représente des coûts personnels énormes pour elles-mêmes et souvent pour ceux qui les entourent.

Le patient doit continuer à prendre ses médicaments même si les symptômes disparaissent. Sinon, ils reviendront.

La première fois qu’une personne éprouve des symptômes de schizophrénie, cela peut être très désagréable. Ils peuvent prendre beaucoup de temps pour se rétablir, et ce rétablissement peut être une expérience solitaire. Il est crucial qu’une personne souffrant de schizophrénie reçoive le plein soutien de sa famille, de ses amis et des services communautaires lorsque l’apparition apparaît pour la première fois.

Types de schizophrénie

Auparavant, il y avait un certain nombre de sous-types de schizophrénie; ceux-ci comprennent la schizophrénie paranoïde, la schizophrénie paranoïde et le trouble schizo-affectif. Aujourd’hui, ces sous-types ne sont pas utilisés par les médecins.

Pour une explication plus détaillée de pourquoi ils ne sont pas utilisés, lisez notre article « Types de schizophrénie: Quels sont-ils et sont-ils encore utilisés? »

Diagnostic de la schizophrénie et tests

[Échantillon de sang]

Un diagnostic de schizophrénie est atteint en observant les actions du patient. Si le médecin soupçonne une possible schizophrénie, il devra connaître les antécédents médicaux et psychiatriques du patient.

Certains tests seront ordonnés pour exclure d’autres maladies et conditions qui peuvent déclencher des symptômes semblables à la schizophrénie, tels que:

  • Analyses sanguines – Dans les cas où l’usage de drogues peut être un facteur, un test sanguin peut être ordonné. Des tests sanguins sont également effectués pour exclure les causes physiques de la maladie.
  • Des études d’imagerie – pour exclure les tumeurs et les problèmes dans la structure du cerveau.
  • Évaluation psychologique – un spécialiste évaluera l’état mental du patient en posant des questions sur ses pensées, ses humeurs, ses hallucinations, ses traits suicidaires, ses tendances violentes ou son potentiel de violence, ainsi que sur son comportement et son apparence.

Critères de diagnostic de la schizophrénie

Les patients doivent répondre aux critères décrits dans le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Ceci est un manuel de l’American Psychiatric Association utilisé par les professionnels de la santé pour diagnostiquer les maladies mentales et les conditions.

Le médecin doit exclure d’autres troubles de santé mentale possibles, tels que les troubles bipolaires ou les troubles schizo-affectifs.

Il est également important d’établir que les signes et les symptômes n’ont pas été causés, par exemple, par un médicament prescrit ou un abus de substances.

Le patient doit:

  • Avoir au moins deux des symptômes typiques suivants:
    • délires
    • comportement désorganisé ou catatonique
    • discours désorganisé
    • hallucinations
    • symptômes négatifs qui sont présents pendant la majeure partie du temps au cours des 4 dernières semaines
  • Avoir une déficience considérable dans la capacité de fréquenter l’école, de s’acquitter de ses tâches ou d’effectuer des tâches quotidiennes.
  • Avoir des symptômes qui persistent pendant 6 mois ou plus.
Like this post? Please share to your friends: