Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Dépression post-partum: Qu’est-ce que vous devez savoir?

La dépression post-partum se produit peu après l’accouchement. C’est un type de dépression clinique. Les symptômes comprennent la tristesse, les changements dans les habitudes de sommeil et d’alimentation, le manque d’énergie, l’anxiété et l’irritabilité.

La dépression postnatale ou postnatale (DPP) est un type de dépression qui affecte certaines femmes après avoir eu un bébé.

Typiquement, il se développe dans les 4-6 semaines après l’accouchement, mais il peut parfois prendre plusieurs mois à apparaître.

La cause exacte n’est pas claire, mais certains facteurs de risque y ont été associés. Habituellement, il n’y a pas de raison claire. Cependant, il n’y a absolument aucun lien entre la dépression post-partum et ne pas aimer le bébé.

PPD est une maladie clinique et non une faiblesse de caractère. Toute personne ayant des symptômes devrait consulter son médecin immédiatement.

Un traitement efficace est possible avec l’aide de groupes de soutien et de conseils, et parfois des médicaments.

PPD peut également affecter les pères. Une étude a révélé qu’environ 10% des pères souffrent de dépression post-partum ou prénatale. Les taux les plus élevés sont de 3 à 6 mois après l’accouchement.

Symptômes

[Dépression postpartum]

La dépression post-partum peut affecter les mères de plusieurs façons différentes. Voici quelques signes et symptômes communs:

  • le sentiment d’être débordé
  • un sentiment d’être pris au piège
  • un sentiment qu’il est impossible de faire face
  • mauvaise humeur qui dure plus d’une semaine
  • une sensation d’être rejeté
  • pleurer beaucoup
  • se sentir coupable
  • irritabilité fréquente
  • maux de tête, maux d’estomac, vision floue – signes de tension
  • manque d’appétit
  • perte de libido
  • crises de panique
  • fatigue persistante
  • problèmes de concentration ou de concentration sur les choses
  • motivation réduite
  • problèmes de sommeil
  • la mère manque d’intérêt pour elle-même
  • un sentiment d’insuffisance
  • manque d’intérêt inexpliqué dans le nouveau bébé
  • manque d’envie de se retrouver ou de rester en contact avec des amis

La dépression post-partum n’est pas la même chose que le baby blues, qui affecte de nombreuses femmes pendant quelques jours après l’accouchement. Cependant, si la capacité de la femme à vaquer à ses occupations quotidiennes est considérablement compromise, il est plus probable qu’elle souffre de dépression post-partum.

Une proportion significative de mères souffrant de dépression post-partum ne disent pas aux gens ce qu’ils ressentent. Les partenaires, la famille et les amis qui sont en mesure de détecter rapidement les signes de dépression postpartum devraient les encourager à consulter un médecin dès que possible.

Pensées effrayantes – Certaines mères atteintes de dépression post-partum peuvent avoir des pensées au sujet de nuire à leur enfant. La mère peut aussi penser à mettre fin à sa vie ou à se faire du mal. La mère et / ou le bébé sont très rarement blessés; mais, avoir ces pensées est effrayant et angoissant.

Causes

Les experts croient que la dépression post-partum est probablement le résultat de multiples facteurs. Cependant, ses causes exactes ne sont toujours pas connues.

La dépression est généralement causée par des événements émotionnels et stressants ou un facteur biologique qui conduit à un déséquilibre des substances chimiques du cerveau (neurotransmetteurs), ou les deux.

Les facteurs suivants peuvent contribuer à PPD:

  • La dépression se développe pendant la grossesse.
  • Préoccupation excessive au sujet du bébé et responsabilités d’être parent.
  • Travail compliqué ou difficile et accouchement.
  • Manque de soutien familial.
  • Inquiétudes sur les relations.
  • Difficultés financières.
  • La solitude, ne pas avoir des amis proches et de la famille autour.
  • Une histoire de problèmes de santé mentale, tels que la dépression, ou une dépression post-partum précédente.
  • Les conséquences sur la santé après l’accouchement, telles que l’incontinence urinaire, l’anémie, les changements de la pression artérielle et les altérations du métabolisme.
  • Les changements hormonaux – après l’accouchement, les niveaux d’œstrogène et de progestérone (hormones) peuvent chuter considérablement, tout comme d’autres hormones produites par la glande thyroïde.
  • Manque de sommeil après la naissance.

Difficultés d’allaitement – les nouvelles mères ayant des difficultés d’allaitement dans les 2 premières semaines après la naissance du bébé ont un risque plus élevé de dépression post-partum 2 mois plus tard, selon une étude réalisée à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Une personne ayant des antécédents familiaux de dépression a un risque plus élevé de le développer eux-mêmes. Cependant, personne ne sait pourquoi cela se produit.

Les femmes qui ont un trouble bipolaire ont un risque plus élevé de développer une dépression post-partum par rapport aux autres mères.

Diagnostic

Un médecin peut demander au patient de remplir un questionnaire de dépistage de la dépression. Le but ici est d’exclure le baby blues.

Le médecin demandera souvent si le patient s’est senti déprimé, déprimé ou désespéré au cours du dernier mois; ou s’ils prennent peu ou pas de plaisir dans des activités qui les rendraient habituellement heureux.

Le médecin peut également demander si le patient a:

  • problèmes de sommeil
  • problèmes à prendre des décisions et se concentrer
  • problèmes de confiance en soi
  • changements dans l’appétit – cela pourrait être un manque d’appétit ou de manger plus que d’habitude (confort de manger)
  • anxiété
  • fatigue, apathie, réticence à participer à une activité physique
  • sentiments de culpabilité
  • devenir auto-critique
  • pensées suicidaires

Un patient qui répond «oui» à trois des questions ci-dessus a probablement une légère dépression. En cas de dépression légère, la mère est toujours capable de mener ses activités normales. Plus il y a de réponses «oui», plus la sévérité de la dépression est élevée.

Si la mère répond «oui» à la question de se faire du mal ou au bébé, elle est automatiquement considérée comme une dépression sévère.

Certaines mères sans partenaire ou proches peuvent ne pas vouloir répondre ouvertement à ces questions parce qu’elles craignent d’être diagnostiquées d’une dépression post-partum et de voir leur bébé leur être retiré.

C’est très improbable. Un bébé n’est emmené que dans des situations très exceptionnelles.Même dans les cas très graves où la mère doit être hospitalisée dans une clinique de santé mentale, elle aura généralement son bébé à côté d’elle.

Une mère avec une dépression modérée trouvera les activités normales difficiles à faire – mais avec l’aide appropriée elle fera probablement face. Si elle souffre d’une dépression grave, elle ne pourra pas fonctionner du tout et aura besoin de l’aide d’une équipe spécialisée en santé mentale.

Le médecin peut également prescrire des tests de diagnostic, tels que des tests sanguins, pour déterminer s’il existe des problèmes hormonaux, tels que ceux causés par une glande thyroïde inactive, ou l’anémie.

Traitement

[Femme dépression post-partum avec bébé en chaise]

Les mères qui se demandent si elles pourraient avoir des symptômes de dépression post-partum devraient prendre contact avec leur médecin. Bien que la guérison puisse parfois prendre plusieurs mois et parfois même plus, elle peut être traitée.

L’étape la plus importante de la mère sur le chemin du traitement et du rétablissement est de reconnaître le problème. Le soutien de la famille, du partenaire et des amis proches peut avoir un impact majeur sur une récupération plus rapide.

Les experts disent qu’il est préférable pour la mère d’exprimer ce qu’elle ressent à des personnes en qui elle peut avoir confiance, plutôt que de tout mettre en bouteille à l’intérieur. Il y a un risque que des partenaires ou d’autres proches se sentent exclus, ce qui peut compliquer les choses.

Les groupes d’entraide sont bénéfiques car non seulement la mère aura accès à des données utiles, mais elle rencontrera également d’autres mères qui partagent des problèmes et des symptômes similaires. Cela peut l’aider à se sentir moins isolée.

Drogues

Dans la dépression post-partum modérée ou sévère, le médecin peut prescrire un antidépresseur. Ceux-ci aident à équilibrer les produits chimiques dans le cerveau qui affectent l’humeur.

Les antidépresseurs peuvent aider avec l’irritabilité, le désespoir, un sentiment de ne pas pouvoir faire face, la concentration et l’insomnie. Ces médicaments ont tendance à donner de bons résultats et à aider la mère à mieux faire face à son bébé, mais cela peut prendre quelques semaines.

Les antidépresseurs peuvent être transmis aux bébés par le lait maternel. Personne ne sait quels sont les risques à long terme pour le bébé. Selon certaines petites études, les ATC (antidépresseurs tricycliques), tels que l’imipramine et la nortriptyline, sont probablement les plus sûrs à prendre pendant l’allaitement. Si la mère a des antécédents de maladie cardiaque, d’épilepsie ou de dépression grave accompagnée de pensées suicidaires fréquentes, elle ne devrait pas recevoir d’ATC.

Ceux qui ne peuvent pas prendre de TCA peuvent se voir prescrire un ISRS (inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine), comme la paroxétine ou la sertraline. La quantité de paroxétine ou de sertraline qui pénètre dans le lait maternel est minime.

La mère devrait discuter des options d’alimentation avec son médecin afin que la sélection du bon traitement, qui peut inclure un antidépresseur, est une décision éclairée.

Des tranquillisants peuvent être prescrits en cas de psychose postnatale, où la mère peut avoir des hallucinations, des pensées suicidaires et un comportement irrationnel. Cependant, dans de tels cas, les médicaments doivent être utilisés pendant une courte période. Les effets secondaires comprennent:

  • perte d’équilibre
  • perte de mémoire
  • étourdissement
  • somnolence
  • confusion

Thérapies parlantes

Des études ont montré que la TCC (thérapie cognitivo-comportementale) peut être efficace dans les cas modérés de PPD.

La thérapie cognitive est également efficace pour certaines personnes – ce type de thérapie est basé sur le principe que les pensées d’une personne peuvent déclencher une dépression. On montre à la patiente comment ses pensées peuvent avoir un impact négatif sur son état d’esprit. Le but est de modifier les schémas de pensée du patient pour qu’ils deviennent plus positifs. Pour les personnes souffrant de dépression sévère, où la motivation est faible, les thérapies par la parole seules sont beaucoup moins efficaces. La plupart des études s’accordent à dire que les meilleurs résultats proviennent d’une combinaison de thérapies parlantes et de médicaments.

La thérapie par électrochocs

Si les symptômes de la mère sont très graves et ne répondent pas à un autre traitement, elle pourrait bénéficier d’une thérapie par électrochocs (ECT). Cependant, il s’agit toujours d’un traitement de dernier recours – lorsque toutes les autres options, comme les médicaments et les thérapies parlantes, ont échoué.

L’ECT est appliqué sous anesthésie générale et avec des myorelaxants. L’ECT est généralement très efficace dans les cas de dépression très sévère; Cependant, les avantages peuvent être de courte durée.

Les effets secondaires incluent des maux de tête et une perte de mémoire (habituellement à court terme, mais pas toujours).

Traitement de la dépression post-partum sévère

Un patient souffrant d’une dépression post-partum sévère peut être référé à une équipe de spécialistes, y compris des psychiatres, des psychologues, des ergothérapeutes et des infirmières spécialisées. Si le (s) médecin (s) estime que la patiente risque de faire du mal à elle-même ou à son enfant, elle peut être hospitalisée dans une clinique de santé mentale.

Dans certains cas, le partenaire ou un membre de la famille peut s’occuper du bébé pendant que la mère est soignée.

Conseils de style de vie

Plus un médecin connaît pendant ou même avant une grossesse les antécédents médicaux et familiaux du patient, plus les chances de prévenir la dépression post-partum sont élevées.

Selon le National Health Service (Royaume-Uni), les éléments suivants peuvent aider:

Restez en forme – faites de l’exercice régulièrement. Beaucoup de femmes ont rapporté des bénéfices de l’exercice. Cependant, une étude publiée n’a trouvé qu’un effet modéré de l’exercice sur la réduction des symptômes de la dépression post-partum; Bien qu’une différence ait été notée, elle n’était pas statistiquement significative.

D’autres conseils:

  • Suivez un régime équilibré et sain.
  • Reste – obtenir au moins 7-8 heures de sommeil de bonne qualité chaque nuit.
  • Maintenir les niveaux de sucre dans le sang en mangeant fréquemment.
  • Faites des listes – soyez organisé pour éviter de vous dépêcher et de devenir frustré de ne pas obtenir beaucoup de résultats.
  • Soyez ouvert – parlez aux amis proches, aux partenaires et aux membres de votre famille de ce que vous ressentez et des choses qui vous inquiètent.
  • Entrez en contact avec des groupes d’aide locaux.

Rappelez-vous que la dépression post-partum affecte des millions de femmes chaque année. Ce n’est pas de ta faute.

Statistiques

Des chercheurs de Northwestern Medicine ont rapporté dans JAMA Psychiatry que la dépression post-partum affecte environ 1 nouvelle mère sur 7.

Dans leur étude, impliquant plus de 10 000 mères, ils ont également constaté que près de 22% d’entre eux avaient été déprimés lorsqu’ils ont été suivis 12 mois après l’accouchement.

L’équipe a également découvert que:

  • Plus de 19 pour cent des femmes qui avaient été dépistées pour la dépression avaient envisagé de se blesser elles-mêmes.
  • Une proportion non négligeable de mères ayant reçu un diagnostic de dépression post-partum avaient auparavant souffert d’un autre type de dépression ou d’un trouble anxieux.

Une étude canadienne a révélé que la dépression post-partum est beaucoup plus fréquente dans les zones urbaines. Ils ont trouvé un risque de dépression post-partum de 10 pour cent chez les femmes vivant dans les zones urbaines contre un risque de 6 pour cent dans les zones rurales.

Like this post? Please share to your friends: