Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Dépression respiratoire: Causes, symptômes et traitement

La dépression respiratoire signifie que la fréquence et la profondeur de la respiration d’une personne sont inférieures à la normale. Cela se traduit par de faibles niveaux d’oxygène et des niveaux élevés de dioxyde de carbone dans le sang.

Sans traitement, l’état peut entraîner des complications potentiellement mortelles, y compris le coma et la mort.

Tout ce qui déprime le système nerveux central (le cerveau) peut provoquer une dépression respiratoire puisque le cerveau contrôle la pulsion respiratoire d’une personne. Dans les cas mineurs, les symptômes peuvent être imperceptibles.

D’autres symptômes dans la plupart des cas incluent une respiration lente et superficielle. Des appareils d’oxygénothérapie et de respiration peuvent être utilisés dans le traitement, en fonction de la gravité de chaque cas.

Faits rapides sur la dépression respiratoire:

  • Les médicaments sédatifs, les analgésiques narcotiques et les substances qui diminuent la fonction cérébrale, comme l’alcool et certaines drogues illicites, sont connus pour causer ou augmenter le risque.
  • Les symptômes comprennent une respiration lente et superficielle et, dans les cas graves, une insuffisance respiratoire ou la mort.
  • Les options de traitement pour la dépression respiratoire dépendent largement de la gravité de l’affaire.

Qu’est-ce que la dépression respiratoire?

Médecin écoutant les patients respirant.

La dépression respiratoire désigne une incapacité des poumons à échanger du dioxyde de carbone et de l’oxygène. Ceci est le résultat d’une respiration lente et superficielle.

La dépression respiratoire est également connue sous le nom d’hypoventilation centrale. Dans la plupart des cas, les rythmes respiratoires sont réduits à 8-12 respirations par minute.

La condition peut provoquer l’accumulation d’acide dans le corps et conduire à une acidose respiratoire, une condition potentiellement mortelle associée à une défaillance organique.

Causes communes

Certains médicaments, en particulier les sédatifs, et les complications de santé spécifiques sont connus pour causer ou augmenter le risque. Les causes courantes de dépression respiratoire comprennent:

  • opiacé ou opioïde (morphine, tramadol, héroïne, fentanyl) surdosage
  • la dépression respiratoire postopératoire (après la chirurgie) associée aux opioïdes ou à l’anesthésie
  • accident vasculaire cérébral qui affecte le tronc cérébral inférieur
  • surdose ou empoisonnement à l’éthanol
  • surdose de barbiturique ou empoisonnement
  • surdosage ou empoisonnement sédatif
  • surdose ou empoisonnement à la benzodiazépine
  • congénital (présent à la naissance) syndrome d’hypoventilation centrale (ESCC)
  • apnée centrale du sommeil
  • ammoniac sanguin sévèrement élevé comme on le voit dans l’insuffisance hépatique et la cirrhose
  • tumeur cérébrale en appuyant sur le tronc cérébral au centre respiratoire

Quels sont les symptômes?

Les symptômes de la dépression respiratoire dépendent de la gravité de l’affaire.

Dans les cas plus graves, les symptômes de la dépression respiratoire deviennent plus évidents.

Les symptômes de la dépression respiratoire

Pilules blanches.

Les symptômes associés comprennent:

  • confusion
  • désorientation
  • léthargie
  • fatigue
  • mal de tête
  • vertiges
  • la nausée

Les signes associés comprennent:

  • Respiration superficielle et lente avec un mouvement de la poitrine peu visible
  • vomissement
  • mal de tête
  • tension artérielle élevée ou basse
  • réduire ou identifier les élèves
  • une diminution des bruits respiratoires et un sifflement ou un crépitement distinct pendant la respiration
  • tremblements
  • apnée, ou des pauses anormalement longues entre la respiration suivie d’un profond soupir qui souffle
  • peau bleutée ou teintée, surtout au niveau des orteils et des doigts
  • crises d’épilepsie
  • rythme cardiaque rapide

Si elle n’est pas traitée, une dépression respiratoire sévère peut entraîner ce qui suit:

  • arrêt respiratoire
  • arrêt cardiaque
  • dommages cérébraux
  • coma ou mort
  • fréquence cardiaque réduite

Si une dépression respiratoire est soupçonnée ou si plusieurs des symptômes typiques se manifestent, consulter immédiatement un médecin. Si quelqu’un est en compagnie de quelqu’un avec ces symptômes, il est essentiel de garder la personne alerte et en mouvement autant que possible.

Diagnostic

électroencéphalogramme (EEG).

Les médecins débuteront généralement en posant des questions sur les symptômes et en examinant les antécédents médicaux et le profil médicamenteux d’une personne. Ils vont ensuite effectuer un examen physique pour rechercher des signes de respiration anormale et des rythmes cardiaques.

Après une visite initiale, un médecin ordonnera généralement des tests de diagnostic pour aider à confirmer la dépression respiratoire et évaluer son étendue.

Les tests utilisés pour diagnostiquer la maladie comprennent:

  • l’urine et les sérums de drogue
  • niveau d’alcool
  • écran pour d’autres toxines
  • niveau d’ammoniaque sérique
  • test de gaz sanguin, pour calculer le rapport acide / base et la quantité de dioxyde de carbone et d’oxygène dans le sang
  • tomodensitométrie (CT) ou imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau pour vérifier l’AVC ou la tumeur
  • électroencéphalogramme (EEG)

Traitement

Les thérapies courantes et les médicaments utilisés pour traiter la maladie comprennent:

  • Oxygénothérapie
  • si elle est causée par un surdosage, une désintoxication, souvent en utilisant des médicaments qui agissent contre les effets des opioïdes, tels que la naloxone, la méthadone et Suboxone
  • une fluidothérapie, administrée par voie intraveineuse ou orale
  • pression positive continue des voies aériennes, CPAP, ou BiPAP, machines
  • ventilation mécanique

La prévention

Certains cas de dépression respiratoire sont inévitables, causés par un accident ou une maladie soudaine. Certains cas, cependant, peuvent être évités.

Les moyens de réduire les risques de développer la maladie comprennent:

  • éviter ou prendre des précautions supplémentaires lors de l’utilisation de médicaments sédatifs
  • surveiller les enfants tout en prenant des médicaments prescrits
  • éviter une consommation excessive d’alcool
  • éviter ou prendre des précautions supplémentaires lors de l’utilisation de médicaments narcotiques
Like this post? Please share to your friends: