Des muscles plus forts mènent à un cerveau plus fort

Une étude menée par l’Université de Sydney en Australie a montré que l’augmentation progressive de la force musculaire à travers des activités telles que l’haltérophilie améliore la fonction cognitive.

[Femme âgée montrant ses muscles]

L’étude a été menée en collaboration avec le Centre for Healthy Brain Aging (CHeBA) à l’Université de New South Wales et l’Université d’Adélaïde.

Les résultats ont été publiés dans le.

L’essai comportait une étude sur l’entraînement mental et la résistance (SMART) menée auprès de patients atteints d’une déficience cognitive légère (MCI) âgés de 55 à 68 ans. Les patients atteints de MCI ont un risque plus élevé de développer une démence et la maladie d’Alzheimer.

Les résultats sont particulièrement importants compte tenu de l’incidence élevée de la démence et de la maladie d’Alzheimer parmi la population vieillissante. Selon le Rapport mondial Alzheimer 2016, 47 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence et ce nombre devrait tripler d’ici 2050.

Aux États-Unis, le chiffre prévu pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer en 2050 est de 13,8 millions.

En raison du coût élevé des soins pour les patients atteints de démence, le Rapport mondial Alzheimer recommande d’aller au-delà des soins spécialisés. Le rapport suggère une approche holistique axée sur l’amélioration de la qualité de vie des personnes vivant avec la maladie.

Dans ce contexte, un lien entre l’entraînement physique et l’amélioration de la fonction cérébrale pourrait constituer un pas dans la bonne direction.

Comment un programme d’haltérophilie discipliné peut améliorer la cognition

Le procès a examiné l’entraînement de résistance progressif – tel que l’haltérophilie – et le fonctionnement du cerveau.

L’étude a examiné 100 adultes âgés vivant avec MCI. La «déficience cognitive légère» fait référence aux patients plus âgés qui ont des difficultés cognitives perceptibles mais pas assez importantes pour interférer avec leurs activités quotidiennes.

Quatre-vingt pour cent des patients diagnostiqués avec MCI développer la maladie d’Alzheimer après environ 6 ans.

Pour l’essai, les patients MCI ont été divisés en quatre groupes et assigné une gamme d’activités. Ceux-ci comprenaient une combinaison d’exercices de résistance – y compris l’haltérophilie – et de résistance au placebo sous forme d’étirements assis. Les activités comprenaient également un entraînement cognitif informatisé et son équivalent placebo.

Les activités d’entraînement cognitif et de placebo n’ont pas entraîné d’améliorations cognitives.

Cependant, l’étude a démontré une relation proportionnelle entre l’amélioration de la fonction cérébrale et l’amélioration de la force musculaire.

« Ce que nous avons trouvé dans cette étude de suivi, c’est que l’amélioration de la fonction cognitive était liée à leurs gains de force musculaire: plus les gens étaient forts, plus le bénéfice pour leur cerveau était grand. »

Auteur principal Dr. Yorgi Mavros

Des études antérieures ont montré un lien positif entre l’exercice physique et la fonction cognitive, mais l’essai SMART dirigé par le Dr Mavros fournit des informations supplémentaires sur le type, la qualité et la fréquence de l’exercice nécessaire pour obtenir tous les avantages cognitifs.

Dans le procès, les participants ont fait des séances d’haltérophilie deux fois par semaine pendant 6 mois, travaillant à au moins 80 pour cent de leur force maximale. Les poids ont été progressivement augmentés à mesure que les participants devenaient plus forts, tout en maintenant leur force maximale à 80%.

«Plus nous pouvons amener les gens à faire de la musculation, comme l’haltérophilie, plus nous sommes susceptibles d’avoir une population vieillissante en meilleure santé», explique le Dr Mavros. « La clé, cependant, est de s’assurer que vous le faites fréquemment, au moins deux fois par semaine, et à une intensité élevée de sorte que vous maximisez vos gains de force.Ceci vous donnera le maximum de bénéfices pour votre cerveau. »

C’est aussi la première fois qu’une étude a montré un lien de causalité clair entre l’augmentation de la force musculaire et l’amélioration de la fonction cérébrale chez les patients de plus de 55 ans qui ont MCI.

Exercice et fonction cognitive

Il a été suggéré que l’exercice aide indirectement à prévenir l’apparition de la maladie d’Alzheimer et diminue le risque de déficience cognitive. L’exercice aide à des processus physiologiques tels que la glucorégulation et la santé cardiovasculaire. Lorsque ceux-ci sont sous-optimaux, ils augmentent le risque de troubles cognitifs et de la maladie d’Alzheimer.

L’exercice améliore également d’autres processus cognitifs, tels que l’attention sélective, la planification, l’organisation et le multitâche.

Certaines études ont également suggéré un lien entre une augmentation de la taille de certaines zones du cerveau et l’entraînement physique.

Avec l’âge, l’hippocampe est connu pour réduire sa taille, ce qui conduit à une déficience cognitive. Cependant, l’exercice aérobie a montré une augmentation de la taille de l’hippocampe antérieur de 2 pour cent, ce qui peut améliorer la mémoire spatiale.

Plus tôt cette année, une équipe de chercheurs qui comprenait le Dr Mavros a publié un test similaire où ils ont remarqué une amélioration cognitive après l’haltérophilie.

En utilisant la résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), ils ont analysé les changements dans le cerveau après 6 mois de formation de résistance progressive et de formation cognitive informatisée chez les adultes plus âgés. Ils ont découvert que l’entraînement progressif à la musculation comme l’haltérophilie «améliorait significativement la cognition globale».

Les auteurs de cette étude ont fait remarquer que l’on ne sait toujours pas si l’entraînement physique en soi arrête les effets dégénératifs de la vieillesse, ou s’ils renforcent d’autres mécanismes qui soutiennent la cognition.

Bien que la force musculaire semble être clairement liée à la déficience cognitive, le mécanisme qui la sous-tend n’est toujours pas entièrement évident.

À l’avenir, Mavros et son équipe espèrent le découvrir en reliant les augmentations de la taille du cerveau à la force musculaire et à l’amélioration cognitive.

« La prochaine étape est maintenant de déterminer si les augmentations de la force musculaire sont également liées à des augmentations de la taille du cerveau que nous avons vu.En outre, nous voulons trouver le messager sous-jacent qui relie la force musculaire, la croissance cérébrale et la performance cognitive, et déterminer la meilleure façon de prescrire l’exercice pour maximiser ces effets. « 

Auteur principal Prof. Maria Fiatarone Singh, Université de Sydney

Lisez à propos de la maladie d’Alzheimer et à quel point nous sommes à la recherche d’un remède.

Like this post? Please share to your friends: