Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Des niveaux de calcium élevés augmentent le risque de crise cardiaque

Des niveaux de calcium plus élevés dans le sang déterminent le risque accru de développer une maladie coronarienne et une crise cardiaque, une nouvelle étude suggère.

calcium sur le tableau périodique

La maladie coronarienne (CAO), qui entraîne souvent une crise cardiaque, est la cause la plus fréquente de décès au niveau mondial. Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), environ 735 000 personnes sont victimes d’une crise cardiaque chaque année aux États-Unis.

Les principaux facteurs de maladie cardiaque identifiés jusqu’à présent comprennent le tabagisme, des niveaux élevés de cholestérol, le diabète et la consommation d’alcool.

Une nouvelle étude menée par le Dr Susanna C. Larsson, de l’Institut Karolinska à Stockholm, en Suède, et ses collègues, souligne une prédisposition génétique à des niveaux de calcium plus élevés comme un facteur possible de CAO et de crise cardiaque.

Leurs résultats sont publiés dans le numéro actuel de.

Les variantes génétiques peuvent contenir des clés

Dans leur article, les chercheurs soulignent l’importance du calcium dans le système, mentionnant son rôle dans la coagulation sanguine, la régulation de la pression artérielle et la contraction musculaire. Ils expliquent également que leur étude a été stimulée par des recherches antérieures qui suggéraient une corrélation entre les niveaux de calcium et de CAD.

Cependant, ils notent que la nature observationnelle des études antérieures signifiait que leurs résultats n’étaient pas concluants, et un lien de causalité entre la teneur élevée en calcium dans le sang et la coronaropathie ou une crise cardiaque n’a pu être prouvée.

Le Dr Larsson et ses collègues ont opté pour une approche différente. Ils ont utilisé une technique appelée randomisation mendélienne, une méthode utilisant des variantes génétiques – c’est-à-dire des différences génétiques qui permettent de déterminer la sensibilité aux maladies et maladies particulières – pour tester les liens de causalité entre calcium et CAO ou crise cardiaque.

L’étude a été menée sur des données publiquement disponibles recueillies auprès de 184 305 personnes. Parmi ceux-ci, 60 801 avaient reçu un diagnostic de coronaropathie, 70 pour cent d’entre eux avaient également subi une crise cardiaque et 124 504 étaient considérés comme indemnes de maladie cardiaque.

Dans l’analyse, les chercheurs ont pris en compte six variantes génétiques liées aux niveaux de calcium dans le système.

Comme prévu, ils ont découvert qu’un risque plus élevé de coronaropathie et de crise cardiaque était lié à une prédisposition génétique à une concentration plus élevée de calcium dans le sang.

Les chercheurs se sont également intéressés à l’effet des suppléments de calcium sur les personnes déjà prédisposées à des taux plus élevés de calcium.

Cependant, ils n’ont pas été en mesure de confirmer si un apport de supplément aurait également un impact sur le risque de coronaropathie ou de crise cardiaque dans ces cas. Le Dr Larsson et ses collègues soulignent la nécessité d’une enquête plus approfondie sur ce point.

« On ne sait pas si le risque de coronaropathie associé à une exposition génétique permanente à une augmentation des taux sériques de calcium peut se traduire par un risque associé à une supplémentation en calcium à court et à moyen terme. »

Le Dr Larsson et ses collègues reconnaissent également certaines limites à leur étude, avec le principal facteur relatif à l’analyse des variants génétiques, citant la proéminence de la variante génétique du récepteur sensible au calcium, une protéine impliquée dans le maintien des niveaux de calcium stables dans le système.

Parmi les autres lacunes, les chercheurs ont également mentionné le manque occasionnel d’information sur le sexe biologique et l’âge des personnes qui ont fourni les données. Ces deux caractéristiques ont le potentiel d’influencer les résultats.

Malgré ces inconvénients, l’étude est cruciale pour solidifier les résultats des recherches antérieures, en ajoutant un élément clé à la liste des facteurs de risque de CAO et de crise cardiaque.

Like this post? Please share to your friends: