Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Espérons que les lésions nerveuses dans la SEP pourraient être réparées

En mettant en lumière comment les cellules régénèrent la gaine de myéline entourant les fibres nerveuses dans le cerveau, une nouvelle étude publiée ouvre la porte à des traitements qui pourraient réparer les lésions nerveuses et restaurer la fonction perdue chez les patients atteints de sclérose en plaques.

La sclérose en plaques est une maladie dans laquelle le système immunitaire attaque et détruit la myéline, la protéine qui isole les nerfs de la moelle épinière, du cerveau et du nerf optique et empêche les signaux électriques de s’échapper.

Comme la myéline est progressivement détruite, les patients éprouvent des symptômes allant d’un léger engourdissement dans les membres à la paralysie ou la cécité.

La maladie progresse non seulement parce que le système immunitaire détruit progressivement la myéline, mais aussi parce qu’un processus de réparation naturel échoue. Les cellules appelées oligodendrocytes sont capables de réparer les dommages de la myéline eux-mêmes – « remyélinisation » – mais dans MS, cela échoue après un certain temps.

Plus de 400 000 personnes vivent avec la SP dans l’Union européenne. Il n’existe actuellement aucun traitement approuvé pour lutter contre la maladie en favorisant la régénération de la myéline.

Deux découvertes de cellules immunitaires peuvent être importantes pour une thérapie future

Dans cette dernière étude, menée par les universités d’Édimbourg et de Cambridge au Royaume-Uni, les chercheurs décrivent comment ils étudient les cellules immunitaires appelées macrophages, connus pour être impliqués dans la remyélinisation, et trouvent deux caractéristiques importantes pouvant mener à de nouvelles thérapies favorisant la régénération de la myéline:

  1. Pour que la remyélinisation se poursuive, les macrophages doivent devenir anti-inflammatoires
  2. Les macrophages libèrent une protéine appelée activine-A qui encourage activement la remyélinisation.

Le premier auteur, le Dr Véronique Miron, du Centre de médecine régénérative du Conseil médical de l’Université d’Edimbourg, déclare:

«Les traitements approuvés pour la sclérose en plaques agissent en réduisant la lésion initiale de la myéline – ils ne favorisent pas la régénération de la myéline.

Cette étude pourrait aider à trouver de nouvelles cibles médicamenteuses pour améliorer la régénération de la myéline et aider à restaurer la fonction perdue chez les patients atteints de sclérose en plaques. « 

Pour leur étude, Miron et ses collègues ont examiné la régénération de la myéline dans des échantillons de tissus humains et chez des souris.

Ils voulaient comprendre ce qui stimule la remyélinisation et quelles sont les molécules biologiques, les cellules ou d’autres facteurs qui pourraient servir de cibles à des traitements régénératifs qui rétablissent la perte de vision, de mouvement et d’autres fonctions chez les personnes atteintes de SP.

Des études antérieures ont montré que les macrophages – les cellules immunitaires qui engloutissent les agents pathogènes, les débris et d’autres matériaux indésirables, entre autres – sont également impliqués dans la régénération.

Par exemple, il existe un groupe de macrophages appelé M2 qui est essentiel pour régénérer la peau et les muscles.

Chercher des cibles médicamenteuses potentielles

Donc, ce que Miron et l’équipe voulaient savoir, c’est si les macrophages M2 étaient également impliqués dans la régénération de la myéline, et si oui, y avait-il des molécules particulières impliquées dans la remyélinisation stimulante qui pourraient servir de cibles médicamenteuses utiles?

En examinant un modèle murin de lésion et de régénération de la myéline humaine, l’équipe a constaté que les macrophages M2 étaient présents et augmentaient en nombre lorsque la remyélinisation a commencé. Cela suggère, disent-ils, que les macrophages M2 peuvent contrôler la remyélinisation.

Des recherches antérieures avaient déjà établi que les oligodendrocytes sont les cellules qui produisent normalement la myéline dans le cerveau et la moelle épinière, donc Miron et ses collègues ont tenté de découvrir si les macrophages M2 étaient capables de déclencher les oligodendrocytes ou s’ils devaient travailler avec eux. un autre groupe de cellules ou de processus.

Pour le savoir, ils ont mis des oligodendrocytes dans un tube à essai et les ont exposés à des protéines libérées par les macrophages M2.

Le résultat a été un succès. L’exposition aux protéines des macrophages M2 a stimulé les oligodendrocytes à produire plus de myéline.

Les chercheurs ont également constaté que lorsqu’ils ont retiré les macrophages M2 de l’équation, la remyélinisation a considérablement diminué, ce qui montre qu’ils étaient nécessaires à la régénération de la myéline.

Cela a été confirmé par d’autres examens de modèles murins de remyélinisation et de tissu cérébral provenant de personnes atteintes de SP. Les chercheurs ont constaté dans les deux cas qu’un grand nombre de macrophages M2 sont présents lorsque la remyélinisation est efficace, et les chiffres sont considérablement réduits quand ce n’est pas le cas.

L’équipe a également découvert qu’une protéine produite par les macrophages, l’activine-A, contribue aux effets régénérateurs des M2macrophages.

Ils ont trouvé des niveaux élevés d’activine-A dans les macrophages M2 lorsque la remyélinisation commençait et aussi quand ils ont ajouté la protéine tooligodendrocytes dans des tubes à essai, ils ont commencé à faire de la myéline.

Pour confirmer le rôle de l’activine-A, les chercheurs ont bloqué son effet sur les oligodendrocytes après une lésion de la myéline, et ont découvert que les macrophages M2 n’étaient pas aussi capables de les stimuler à produire plus de myéline.

Ils concluent que leurs résultats indiquent une étape clé dans la regénération de la myéline, à savoir que lorsque les macrophages M2 releaseactivin-A, ils stimulent les oligodendrocytes pour faire de la myéline.

Potentiel pour les médicaments synergiques

L’étude suggère qu’il pourrait être possible d’associer des médicaments qui réduisent les dommages initiaux à la myéline, avec ceux qui la régénèrent dans le système nerveux central et ainsi restaurer les fonctions perdues chez les patients atteints de SEP.

Les chercheurs prévoient maintenant d’examiner plus en détail le fonctionnement d’activin-A et si ses effets peuvent être améliorés.

L’étude a été financée par la Société de la SP, le Wellcome Trust et la Société canadienne de la sclérose en plaques.

Dans une autre étude publiée plus tôt cette année, les chercheurs ont décrit comment un nouveau traitement de la SEP qui réinitialise le système immunitaire du patient s’est révélé sûr et bien toléré dans un petit essai.

Like this post? Please share to your friends: