Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Est-il normal de saigner après un rapport sexuel?

Les saignements post-coïtaux se rapportent à des saignements génitaux après un rapport sexuel. La communauté médicale utilise généralement ce terme pour décrire le saignement du vagin, une occurrence assez commune causée par un large éventail de facteurs.

On estime que de 0,7 à 9% des femmes ayant leurs règles ont des saignements post-coïtaux, principalement du col de l’utérus.

La source de ce saignement tend à être plus variée chez les femmes qui n’ont plus leurs règles.

Faits rapides sur saignement après le sexe:

  • La source du saignement est différente selon que la femme a ses règles.
  • Si les saignements vaginaux après un rapport sexuel sont liés aux menstruations, ils ne sont pas considérés comme des saignements post-coïtaux.
  • Toute personne qui a des rapports sexuels peut avoir des saignements post-coïtaux.

Quelles sont les causes?

Les causes communes de saignement après le sexe comprennent:

Blessure

femme est inquiète dans sa chambre à coucher peut-être de saigner après un rapport sexuel

La friction et l’abrasion des rapports sexuels peuvent facilement causer de petites déchirures et des coupures dans les tissus génitaux sensibles.

L’accouchement peut également provoquer l’étirement et la déchirure des tissus vaginaux, les rendant parfois plus vulnérables aux blessures.

Lors de la première relation sexuelle, un petit lambeau de peau vaginale appelé hymen est souvent étiré et cassé. Le saignement mineur de cette cause peut durer 1 à 2 jours.

Sécheresse vaginale

La sécheresse est l’une des causes les plus fréquentes de saignement post-coïtal. Lorsque la peau est sèche, elle devient extrêmement vulnérable aux dommages. Les tissus producteurs de mucus, tels que ceux du vagin, sont particulièrement vulnérables.

Les causes courantes de la sécheresse vaginale comprennent:

  • Syndrome génito-urinaire de la ménopause (GSM): Une fois appelée atrophie vaginale, le terme GSM fait référence à une lubrification réduite, à l’épaisseur et à l’élasticité du tissu vaginal.
  • Dommages ou enlèvement des ovaires: Les accidents graves qui endommagent les ovaires, ou les conditions qui conduisent à leur élimination, détruisent la plus grande source d’œstrogène.
  • Accouchement et allaitement: Pendant la grossesse, les niveaux d’œstrogène sont très élevés. Cependant, ils tombent presque immédiatement après l’accouchement, car les œstrogènes peuvent interférer avec la production de lait maternel.
  • Médicaments qui interfèrent avec les œstrogènes ou déshydratent le corps: La sécheresse vaginale peut résulter de la prise de médicaments anti-œstrogènes, de médicaments contre le rhume ou la grippe, de stéroïdes, de sédatifs, de plusieurs antidépresseurs et d’inhibiteurs calciques ou bêta.
  • Produits chimiques et autres produits irritants: Les allergènes et les produits chimiques présents dans les cuves thermales, les piscines, les produits tels que les détergents à lessive, les lubrifiants parfumés et les préservatifs peuvent tous provoquer un dessèchement.
  • Douching: Douching peut irriter et sécher les tissus vaginaux.
  • S’engager dans les rapports sexuels avant l’excitation: Pendant l’excitation sexuelle, les tissus vaginaux sécrètent des lubrifiants naturels, qui aident à prévenir la sécheresse et à nuire aux frottements pendant les rapports sexuels.

Infections

Tout type d’infection peut provoquer une inflammation des tissus vaginaux, les rendant plus vulnérables aux dommages. Ceux-ci comprennent généralement les infections à levures, la maladie inflammatoire pelvienne, la cervicite, la vaginite et les infections sexuellement transmissibles, telles que la chlamydia et la gonorrhée.

Polypes cervicaux ou endométriaux ou fibromes

Les polypes et les fibromes sont de minuscules excroissances non cancéreuses. Ils se développent généralement sur la muqueuse du col de l’utérus ou de l’utérus, en particulier chez les personnes ayant leurs règles, et peuvent causer des douleurs et des saignements.

Ectropion cervical

Les cellules glandulaires de l’intérieur du canal cervical peuvent se développer anormalement à l’extérieur du col de l’utérus. Cette condition disparaît habituellement sans traitement, mais elle peut causer des saignotements et des saignements vaginaux.

Endométriose

L’endométriose provoque la croissance des tissus endométriaux, les tissus qui tapissent l’utérus, à l’extérieur de l’utérus. Cela peut provoquer une inflammation, généralement dans la région pelvienne et le bas-ventre.

Dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale se produit lorsque des cellules précancéreuses anormales se développent dans la paroi du canal cervical, qui est l’ouverture qui sépare le vagin et l’utérus. Ces excroissances peuvent irriter et éventuellement endommager les tissus environnants, en particulier pendant les rapports sexuels.

Anomalies anatomiques

Certaines personnes ont des organes reproducteurs de formes différentes, ce qui peut augmenter la probabilité de frottement douloureux et de déchirure.

Troubles de saignement

Les maladies qui provoquent des saignements anormaux ou la coagulation peuvent augmenter le risque de saignement post-coïtal. Les anticoagulants peuvent également avoir cet effet.

Cancers

Les cancers qui affectent le système reproducteur ou les voies urogénitales peuvent altérer les tissus vaginaux et les niveaux hormonaux, les rendant ainsi plus vulnérables aux dommages. Les saignements post-coïtaux sont considérés comme un symptôme fréquent des cancers du col de l’utérus et de l’utérus.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque communs pour les saignements post-coïtaux incluent:

  • sécheresse vaginale
  • déshydratation
  • rapports agressifs
  • médicaments immunosuppresseurs
  • conditions immunitaires
  • antécédents familiaux de sécheresse vaginale ou d’inflammation
  • antécédents de cancer du col de l’utérus ou de l’utérus
  • être périménopausique, ménopausée ou ménopausée
  • le sexe sans l’utilisation de préservatifs
  • l’anxiété ou la réticence à l’égard des rapports sexuels et de l’intimité
  • manque d’expérience sexuelle
  • exposition à des produits chimiques irritants ou allergènes
  • infections vaginales ou utérines
  • douches
  • Diabète
  • hypertension

Diagnostic

médecin rassurant une patiente qui peut saigner après une relation sexuelle

Il n’existe pas de lignes directrices nationales ou internationales que les médecins utilisent pour diagnostiquer ou gérer les saignements post-coïtaux.

De nombreux professionnels de la santé poseront des questions sur les antécédents médicaux individuels et familiaux et effectueront un examen physique complet.

Des tests supplémentaires peuvent inclure:

  • tests de culture pour l’infection
  • des biopsies de croissances et de masses anormales
  • une échographie transvaginale
  • une colposcopie
  • une biopsie de l’endomètre
  • des analyses de sang
  • un test de grossesse

Si un médecin ne peut pas déterminer la cause d’un saignement problématique, il peut recommander une femme à un gynécologue.

Quand voir un médecin

Parlez à un médecin chaque fois que les saignements post-coïtaux sont graves, fréquents ou persistent plus de quelques heures après les rapports sexuels.

Parlez aussi à un médecin si les saignements post-coïtaux s’accompagnent de symptômes supplémentaires, notamment:

  • brûlure vaginale ou démangeaisons
  • décharge anormale
  • douleur abdominale intense
  • nausées, vomissements ou manque d’appétit
  • piquer ou brûler en urinant ou pendant les rapports sexuels
  • douleur dans le bas du dos
  • fatigue inexpliquée et faiblesse
  • des maux de tête ou des étourdissements
  • peau anormalement pâle
  • symptômes de la vessie ou de l’intestin

Options de traitement

Dans de nombreux cas, il n’y a pas de cause claire unique de saignement post-coïtal, il n’y a donc pas de traitement direct.

Les options de traitement possibles comprennent:

  • hydratants vaginaux
  • antibiotiques pour les infections causées par des bactéries, comme la gonorrhée, la syphilis et la chlamydia
  • médicaments pour les infections virales
  • l’ablation chirurgicale, la cryothérapie ou l’électrocoagulation dans les cas d’ectropion cervical
  • l’élimination des polypes, en particulier ceux qui provoquent des saignements importants ou semblent anormaux
  • chirurgie ou thérapie pour le cancer
  • traitement vaginal à faible dose d’œstrogènes, sous forme de crèmes, de suppositoires ou d’anneaux, pour la sécheresse vaginale

Saignement après un rapport sexuel pendant la grossesse

La grossesse, l’accouchement et l’allaitement maternel provoquent tous des changements hormonaux majeurs, dont la plupart peuvent rendre les tissus vaginaux plus vulnérables aux dommages. Pendant la grossesse, des saignements mineurs pendant ou après les rapports sexuels sont fréquents.

Parlez à un médecin de toute forme de saignement abondant ou prolongé au début de la grossesse. Cherchez des soins médicaux immédiats pour un saignement pendant la fin de la grossesse, car cela peut être un signe de travail prématuré.

La prévention

femme restant hydratée

Les saignements post-coïtaux mineurs ne peuvent souvent pas être évités. Cependant, les actions suivantes ont tendance à réduire considérablement la gravité et la fréquence des saignements.

Les conseils de prévention comprennent:

  • rester hydraté
  • utiliser des lubrifiants à base d’eau ou de silicone pendant les préliminaires et les rapports sexuels
  • éviter les actes sexuels agressifs
  • en utilisant quotidiennement des hydratants vaginaux
  • éviter les produits féminins parfumés ou aromatisés
  • Toujours utiliser des préservatifs, en particulier lorsque vous vous engagez avec différents partenaires sexuels
  • parler avec des partenaires sexuels des angoisses et des réticences entourant les rapports sexuels
  • essayer de devenir excité avant de s’engager dans les rapports sexuels
  • demander un avis médical et un traitement pour des infections soupçonnées

En outre, une personne peut utiliser des suppléments à base de plantes qui ont été scientifiquement prouvés pour aider à réduire la sécheresse vaginale et les symptômes GSM. Certains de ces suppléments comprennent l’actée à grappes noires, la vitamine E, les oméga-3 et l’huile de primevère.

Il peut également être bénéfique de consommer des aliments riches en œstrogènes végétaux ou phytoestrogènes.

Les aliments riches en phytoestrogènes comprennent:

  • lin
  • Lentilles
  • L’avoine
  • amandes
  • noix
  • huile d’olive
  • luzerne
  • pommes
  • les raisins
  • carottes
  • graines de sésame
  • graines de tournesol

À emporter

Les saignements après un rapport sexuel sont fréquents, en particulier chez les personnes qui n’ont plus leurs règles ou qui ont des problèmes ovariens.

Chez les personnes qui ont leurs règles, les saignements post-coïtaux s’arrêtent normalement d’eux-mêmes. Cependant, les cas graves, chroniques ou compliqués nécessitent des soins médicaux.

Les personnes qui présentent des saignements post-coïtaux pendant les périodes de changements hormonaux, tels que la ménopause, la grossesse ou l’allaitement, devraient également consulter un médecin.

Like this post? Please share to your friends: