Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Expériences hors du corps: Neuroscience ou paranormal?

Pendant que vous vous endormez, votre corps d’esprit se libère et dérive vers le haut pendant que votre coquille physique est laissée seule sur le lit en dessous, reliée seulement par une corde fragile et argentée. Tu te retournes et t’observe paisiblement endormi. Serait-ce une preuve de l’âme? Pourrait-il être une preuve de vie après la mort?

Expérience hors du corps

Les rapports d’expériences hors du corps (OBE) varient. Certains d’entre eux ne sont rien de plus qu’un vague sentiment que le corps et l’esprit se sont détachés, tandis que d’autres racontent des histoires de flotter loin du corps physique de la personne et voyager vers des plaines d’un autre monde. De toute façon, les OBE ont fasciné l’humanité pendant des siècles, entrant dans le folklore, la croyance spirituelle et la mythologie.

Au 19ème siècle, par exemple, OBE est devenu un sujet populaire du mouvement littéraire romantique, et sans surprise, ils ont été vivement discutés par les premiers chercheurs psychiques.

« J’ai soudainement semblé diviser en deux êtres distincts […] Un de ces êtres restait immobile sur le canapé, l’autre pouvait se déplacer un peu à distance, et pouvait même regarder le corps immobile sur le canapé. »

Journal de la Society for Psychical Research, juillet 1894

Selon les sondages, environ 10% de la population a connu une OBE au moins une fois – il doit donc y avoir plus qu’une envie de vivre pour toujours ou une imagination débordante.

Bien que, historiquement, la plupart des recherches sur les OBE proviennent des franges négligées de la science, elles ont attiré un peu plus d’attention ces dernières années. Dans cet article, nous allons discuter de certaines de ces conclusions.

Quand les OBE se produisent-ils?

Les OBE ont été documentés dans diverses situations. Ceux-ci peuvent être divisés en deux catégories: spontanée et induite.

OBE spontanés

Une variété de facteurs pourrait déclencher une OBE spontanée. Ceux-ci inclus:

Sommeil: Les EI spontanées sont le plus souvent signalées juste avant de s’endormir ou juste avant de se réveiller. Ils sont plus susceptibles de se produire lorsque le sommeil n’est pas particulièrement profond – à cause du bruit, du stress ou de la maladie, par exemple.

Effort physique: Des EI ont également été signalées après ou pendant un effort extrême.

Expériences de mort imminente (EMI): les EBO se produisent parfois en même temps que les visions «lumière au bout du tunnel».

D’autres OBE spontanées ont été rapportées pendant la méditation, accidents non mortels, anesthésie, hypnose, accouchement, étouffement, fusillade, danse ou conversation ou, comme le raconte un policier de 36 ans Première nuit au travail.

« Lorsque trois autres policiers et moi-même avons arrêté le véhicule et commencé à prendre contact avec le suspect […] j’ai eu peur, j’ai rapidement quitté mon corps et je me suis retrouvé dans les airs à 20 pieds au-dessus de la scène. extrêmement calme, pendant que je regardais toute la procédure – y compris me regarder faire exactement ce que j’avais été formé à faire. « 

OBE induit

D’un point de vue scientifique, les OBE induites offrent un aperçu plus attrayant de la base physique des OBE. Ils comprennent:

Médicaments: Les drogues hallucinogènes et les hallucinogènes dissociatifs en particulier – tels que le DMT, le MDA, le LSD et la kétamine – peuvent provoquer des OBE induites.

Privation sensorielle ou surcharge: Soit trop peu d’informations sensorielles (réservoirs de flottaison ou d’écoute de bruit blanc) ou trop (torture) peuvent également les déclencher.

Forces G fortes: Les pilotes et les astronautes connaissent parfois des OBE. Par exemple, lorsque des forces G extrêmes sont rencontrées, le sang peut partiellement s’écouler de certaines parties du cerveau. Cela, semble-t-il, a le pouvoir d’induire un OBE.

Dans ce cas, les OBE apparaissent dans le cadre d’un phénomène appelé «perte de conscience induite par la gravité». Les parties les plus surréalistes de cette expérience ne sont pas librement discutées par la plupart des pilotes, mais certaines donnent des comptes rendus vivants.

J’étais là, mais moi, je n’étais pas là, je flottais, je me regardais de l’extérieur de moi-même.

Colonel Dan Fulgham

Ce ne sont pas seulement les forces G extrêmes qui peuvent déclencher des OBE chez les pilotes. Même pendant les vols standard, les pilotes peuvent endurer des expériences sensorielles étranges, que l’on appelle collectivement la désorientation spatiale (SD). Dans un épisode SD particulier, connu sous le nom de «phénomène de rupture», un pilote peut avoir l’impression d’être assis sur l’aile et de se regarder voler dans l’avion.

Le DD est considéré comme l’un des facteurs les plus communs contribuant aux accidents d’aviation. La fatigue, le stress, les médicaments, les faibles niveaux de lumière et la surcharge sensorielle ou la privation sont parmi les facteurs potentiellement impliqués.

Vérification de la perception véridique

Peut-être l’aspect le plus controversé des OBE est la perception véridique, qui est la revendication que pendant une OBE, le spectateur est capable de flotter hors de son corps et d’être témoin de quelque chose ou quelqu’un qu’ils n’auraient pas pu voir autrement.

Un exemple bien connu est le cas de Pam Reynolds, une patiente opérée du cerveau qui a subi une opération hautement invasive pour enlever une tumeur au cerveau.

Chirurgiens au travail en chirurgie

Après l’opération, Reynolds a pu décrire certains aspects de la procédure qui s’était produite à un moment où elle était cliniquement morte. Elle a affirmé avoir enquêté sur la scène lors d’une OBE.

Bien que le scepticisme abonde, les partisans de l’au-delà ont souvent utilisé cette histoire comme «évidence» d’une capacité à flotter au-delà du corps.

Certaines de ces histoires sont intrigantes et convaincantes. Mais à ce stade, ils ne sont rien de plus que des histoires invérifiables.

Une étude de 2014, intitulée Awareness during Resuscitation (AWARE), a été la première enquête sérieuse à grande échelle sur les EMI. L’étude a abordé la possibilité d’une perception véridique au cours des OBE.

La recherche impliquait plusieurs hôpitaux et des centaines d’entrevues avec des survivants d’arrêts cardiaques. Pour déterminer si des individus avaient réellement flotté au-dessus d’eux et vu leur environnement, les chercheurs ont placé des images sur des étagères qui ne seraient visibles que d’en haut. De cette façon, ils pourraient tester si les personnes connaissant les OBE pouvaient vraiment quitter leur corps.

Bien qu’il n’y avait que deux OBE véridiques au cours de l’étude, ni l’un ni l’autre ne pouvait relier correctement les images des étagères. Nous attendons avec impatience la prochaine phase, connue sous le nom d’AWARE II. Comme l’écrivent les auteurs, « un autre rappel véridique est une possibilité réelle dans les cas suivis 1.000+, et qui sait, ce rappel visuel jamais insaisissable peut encore être trouvé. »

Stimulation cérébrale directe

En 1955, un neurochirurgien canadien appelé Wilder Penfield stimule électriquement le cerveau des personnes atteintes d’épilepsie. À une occasion, il a stimulé le lobe temporal droit du patient et le patient s’est exclamé: «Mon Dieu, je laisse mon corps.

La jonction temporo-pariétale

En 2002, un groupe suisse travaillant également sur des patients atteints d’épilepsie a transmis un courant faible à travers le gyrus angulaire droit d’un patient, où le lobe pariétal rencontre le lobe temporal. Cette région est également appelée la jonction temporo-pariétale.

Le patient a transmis une sensation de « tomber d’une hauteur ». Comme ils ont augmenté le courant, elle a dit: «Je me vois couché dans le lit, d’en haut, mais je ne vois que mes jambes et le tronc inférieur. »

Nos cerveaux font un travail si merveilleux de nous épingler dans la réalité que nous oublions souvent que les épingles sont une illusion et peuvent, par conséquent, parfois être secoué. Blanke, l’un des scientifiques impliqués dans l’expérience suisse, estime que «les OBE sont liés à une incapacité à intégrer des informations multisensorielles provenant de son propre corps à la jonction temporo-pariétale (TPJ)».

Dans une autre étude menée par Blanke, lui et son équipe ont étudié six patients neurologiques avec des lésions cérébrales qui les ont amenés à éprouver occasionnellement OBE. Ils ont trouvé « le gyrus angulaire à être impliqué dans tous les cinq patients chez qui l’analyse de la lésion pourrait être effectuée. »

Que fait la jonction temporo-pariétale?

Les dernières études positionnent les OBE directement dans le tribunal du TPJ. Alors, que savons-nous de cette région du cerveau?

Le TPJ est un domaine qui rassemble une gamme d’informations. C’est un centre d’activité, avec des apports du thalamus (qui relaie l’information sensorielle) et du système limbique (qui est important dans l’émotion et la mémoire). Il prend également des données provenant des systèmes visuel, auditif et somatosensoriel (sensations corporelles).

Le TPJ intègre des informations provenant de l’environnement externe ainsi que de l’intérieur du corps. On pense qu’il joue un rôle dans la distinction entre soi et l’autre, ce qui fait du TPJ un candidat principal au siège des OBE.

Pourquoi OBE devrait arriver à des gens qui sont par ailleurs en bonne santé est toujours un mystère. Mais peut-être que l’illusion n’est pas, physiologiquement, plus significative que bien d’autres tours de l’esprit que nous prenons dans notre foulée, comme le déjà vu. La différence avec les OBE est qu’ils attaquent notre sens de soi, quelque chose qui nous est cher mais que nous tenons pour acquis.

Pendant un moment, nous nous sentons éthérés – nous sentons comme si nous ne sommes pas un, sentant notre fragile nature transitoire. Bien sûr, nos personnalités, nos émotions, nos souvenirs et nos désirs ne sont rien de plus que des pics et des creux dans les niveaux d’énergie et les sursauts de produits chimiques. Nous le savons, mais nos cerveaux ne nous permettent pas normalement de le ressentir.

Nous nous sommes tous vus de l’extérieur, dans des médiums tels que des photos et des miroirs. Nous avons tous vu des chambres d’en haut, et tissé des contes de fées dans nos esprits. Par conséquent, ce n’est pas une telle poussée d’imaginer que nos cerveaux pourraient fabriquer un OBE et nous le présenter comme une réalité éphémère.

Notre cerveau fait un travail puissant de cacher la vérité de nous. Nous sentons que nous sommes une entité solide et singulière, avec notre esprit et notre corps combinés et sécurisés dans leurs endroits légitimes, un monolithe dans le cosmos. Les OBE démêlent ce sentiment de soi, prouvant que nous sommes un peu plus qu’une illusion neurologique habile après tout.

Like this post? Please share to your friends: