Hémorragie cérébrale: Causes, symptômes et traitements

Une hémorragie cérébrale se réfère à des saignements dans le cerveau. Cette condition médicale est également connue comme une hémorragie cérébrale ou une hémorragie intracrânienne.

Le cerveau est enfermé à l’intérieur du crâne. S’il y a du sang qui fuit, le cerveau peut se comprimer et endommager les zones du cerveau. Les saignements causés par un vaisseau sanguin dans le cerveau qui a coulé ou a éclaté s’appellent un accident vasculaire cérébral hémorragique.

Avec suffisamment de saignement, le cerveau peut devenir si comprimé que le sang riche en oxygène est incapable de s’écouler dans le tissu cérébral. Le manque d’oxygène peut entraîner un gonflement du cerveau, appelé œdème cérébral. Le sang rassemblé s’accumule dans une masse connue sous le nom d’hématome. La pression supplémentaire créée par la réduction de l’oxygène peut tuer les cellules du cerveau.

Une hémorragie cérébrale est une condition médicale potentiellement mortelle, et il est crucial de recevoir un traitement médical tout de suite.

Causes et symptômes

[illustration d'une hémorragie]

Plusieurs facteurs peuvent entraîner une hémorragie cérébrale. Ces causes comprennent:

  • traumatisme crânien ou blessures
  • anévrisme cérébral, une zone faible dans une artère du cerveau
  • hypertension
  • anomalies des vaisseaux sanguins
  • sang ou troubles de la coagulation
  • maladie du foie
  • tumeur au cerveau
  • abus de drogue

Une hémorragie cérébrale peut provoquer une variété de symptômes différents. Ces symptômes peuvent inclure un picotement soudain, une faiblesse, un engourdissement ou une paralysie du visage, du bras ou de la jambe. Ceci est le plus susceptible de se produire sur un seul côté du corps.

D’autres symptômes d’hémorragie cérébrale comprennent:

  • mal de tête soudain et grave
  • difficulté à avaler
  • problèmes de vision
  • perte d’équilibre ou de coordination
  • confusion ou difficulté à comprendre
  • difficulté à parler ou à parler mal
  • stupeur, léthargie ou inconscience
  • crises d’épilepsie

Diagnostic et traitement

Il y a quelques types d’hémorragies cérébrales. Le type dépend de l’emplacement du saignement:

  • hémorragie intracérébrale – saignement qui se produit à l’intérieur du cerveau
  • hémorragie sous-arachnoïdienne – saignement entre le cerveau et les membranes qui le recouvrent
  • hémorragie sous-durale – sous la couche interne de la dure-mère et au-dessus du cerveau
  • hémorragie épidurale – saignement entre le crâne et le cerveau

Diagnostiquer une hémorragie cérébrale peut être difficile car certains patients ne montrent pas toujours des signes physiques. Les médecins doivent effectuer des tests pour voir l’emplacement exact du saignement dans le cerveau.

Les options de test incluent:

  • CT (topographie calculée)
  • IRM (imagerie par résonance magnétique)
  • ponction lombaire (ponction lombaire)
  • Les rayons X du cerveau après l’injection d’un colorant (angiographie cérébrale)

La chirurgie peut être nécessaire pour traiter l’hémorragie cérébrale si la situation est grave. Il peut être nécessaire pour les médecins de soulager une partie de la pression sur le cerveau.

Une hémorragie provoquée par un anévrisme cérébral éclaté nécessite l’écrêtage de l’artère par une intervention chirurgicale où une partie du crâne est enlevée. Cette procédure est appelée une craniotomie.

D’autres options de traitement incluent des médicaments anti-anxiété, des médicaments anti-épileptiques et d’autres médicaments pour contrôler les symptômes tels que les maux de tête sévères.

Complications après une hémorragie cérébrale

Des complications peuvent survenir après une hémorragie cérébrale. Le saignement empêche les cellules nerveuses de communiquer avec les parties du corps et les fonctions qu’elles contrôlent. Des problèmes tels qu’une perte de mémoire, de parole ou de mouvement dans la zone affectée sont courants.

[Femme ayant une thérapie physique]

Selon l’endroit et les dommages qui se produisent, il peut y avoir des complications durables. Ces complications peuvent inclure:

  • paralysie
  • engourdissement ou faiblesse dans une partie du corps
  • difficulté à avaler
  • perte de vision
  • incapacité de parler ou de comprendre des mots
  • confusion ou perte de mémoire
  • changement de personnalité ou problèmes émotionnels

Il est possible de guérir d’une hémorragie cérébrale, mais un traitement approprié est crucial. La réadaptation est généralement nécessaire pour améliorer l’état d’une personne.

Le traitement de réadaptation comprend:

  • thérapie physique
  • orthophonie
  • ergothérapie
  • changements de style de vie pour réduire le risque d’une autre hémorragie

Âge

Les effets des hémorragies cérébrales varient selon les groupes d’âge. Les hémorragies cérébrales sont plus susceptibles de se produire chez les personnes âgées.

La plupart des hémorragies intracérébrales qui surviennent soudainement chez les enfants sont dues à des anomalies dans les vaisseaux sanguins. D’autres causes possibles comprennent les maladies du sang, les tumeurs cérébrales, la septicémie ou l’abus de drogues.

Selon une étude, le traumatisme était la cause la plus fréquente d’hémorragie cérébrale suivie de troubles hémorragiques.

Chez les nourrissons et les enfants, les hémorragies cérébrales ne sont pas aussi probables mais peuvent survenir. Chez les nourrissons, l’hémorragie cérébrale peut être due à une blessure à la naissance, comme une chute juste après l’accouchement ou un traumatisme contondant sur le ventre de la femme enceinte.

Les symptômes, ainsi que certaines des options de traitement, sont très similaires chez les adultes et les enfants. Le traitement chez les enfants dépend de la localisation de l’hémorragie ainsi que de la gravité du cas.

Selon la Cleveland Clinic, l’AVC est la principale cause d’invalidité et la cinquième cause de décès aux États-Unis. Les hémorragies cérébrales représentent environ 10% de tous les AVC aux États-Unis.

Les hémorragies sont plus fréquentes chez les personnes âgées, mais elles peuvent également survenir chez les enfants. Selon la National Stroke Association, un AVC survient chez environ 1 sur 4000 naissances vivantes. Ils sont légèrement plus fréquents chez les enfants de moins de 2 ans.

Les enfants guérissent généralement mieux que les adultes des hémorragies cérébrales parce que leur cerveau est encore en développement.

La prévention

[Enfants portant des casques et des bicyclettes]

Selon l’American Association of Neurological Surgeons, environ 1,7 million de cas de lésions cérébrales traumatiques se produisent aux États-Unis chaque année. Environ 5,3 millions de personnes vivent avec un handicap en raison de leur blessure.

De nombreuses hémorragies cérébrales sont dues à des lésions cérébrales. En conséquence, il est important que les gens protègent leur cerveau.Le port de la ceinture de sécurité dans les voitures ou les casques lors de la conduite de vélos ou de motos est un moyen facile de protéger la tête.

Les personnes qui ont une hémorragie cérébrale ou un accident vasculaire cérébral sont plus susceptibles d’en avoir un autre à l’avenir. Des changements de style de vie peuvent aider une personne à réduire ses risques ou à empêcher qu’un événement se produise.

Les personnes souffrant d’hypertension doivent surveiller de près leur nombre. L’hypertension artérielle est la principale cause d’accident vasculaire cérébral, et dans de nombreux cas, il peut être évité.

Il est également important d’éviter de fumer. Le tabagisme est un facteur de risque majeur d’accident vasculaire cérébral. La nicotine et le dioxyde de carbone impliqués provoquent des dommages au système cardiovasculaire. Les femmes qui fument et utilisent le contrôle des naissances augmentent leur risque d’AVC.

Les personnes atteintes de diabète doivent s’assurer qu’elles maintiennent leur glycémie sous contrôle. Beaucoup de personnes atteintes de diabète ont aussi de l’hypertension et du cholestérol et sont en surpoids, qui sont tous des facteurs de risque d’AVC.

Certains des changements les plus importants qui peuvent aider à réduire le risque d’hémorragies cérébrales impliquent le régime et l’exercice.

Les individus devraient s’efforcer de manger des aliments qui améliorent la santé du cœur et du cerveau. Les aliments riches en graisses saturées, en gras trans et en cholestérol peuvent augmenter le taux de cholestérol sanguin. Les régimes riches en calories peuvent également conduire à l’obésité. L’excès de poids peut contribuer à l’augmentation de la pression artérielle, au diabète, aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux.

Les gens devraient essayer de bouger et rester actifs. L’activité physique aide non seulement les gens à perdre du poids, mais peut également contribuer à réduire le risque d’accident vasculaire cérébral. Même 30 minutes d’activité par jour peuvent aller loin.

Résumé

Les hémorragies cérébrales mettent la vie en danger. Ils ne devraient pas être pris à la légère. Une attention médicale est nécessaire immédiatement, et le rétablissement peut inclure une longue période de réadaptation. Certaines personnes ont un risque plus élevé en raison d’autres conditions médicales, mais la pratique des méthodes de prévention est la clé.

Like this post? Please share to your friends: