Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Immunothérapie pour le cancer du poumon: ce que vous devez savoir

L’immunothérapie, également connue sous le nom de thérapie biologique, peut être bénéfique pour les personnes qui combattent certains types de cancer du poumon.

Cette option de traitement utilise des médicaments pour stimuler le système immunitaire afin qu’il puisse lutter plus efficacement contre les cellules cancéreuses.

L’immunothérapie a changé la façon dont les médecins traitent de nombreux types de cancer, y compris le cancer du poumon.

Dans cet article, nous examinons comment fonctionne l’immunothérapie, comment elle pourrait aider les personnes atteintes du cancer du poumon, et quels pourraient être les effets secondaires.

Qu’est-ce que l’immunothérapie pour le cancer du poumon?

pilules dans un pot

L’immunothérapie est une option de traitement relativement nouvelle pour une variété de cancers, y compris le cancer du poumon. L’immunothérapie aide le système immunitaire existant du corps à reconnaître et à attaquer les cellules cancéreuses.

Il existe différents types d’immunothérapie pour lutter contre le cancer du poumon. Ceux-ci inclus:

  • inhibiteurs de point de contrôle immunitaire
  • thérapie cellulaire adoptive
  • vaccins thérapeutiques

Les différents types de thérapies offrent d’autres moyens pour l’organisme d’attaquer les cellules cancéreuses.

Il est encore nécessaire de poursuivre les recherches sur l’efficacité de ces traitements, sur les personnes qui en bénéficient le plus et sur leur sécurité globale.

Comment fonctionne l’immunothérapie?

Les différents types d’immunothérapie fonctionnent de diverses manières.

Inhibiteurs du point de contrôle immunitaire

Le système immunitaire d’une personne fonctionne en surveillant constamment le corps pour rechercher des objets étrangers, tels que des bactéries, des champignons et des virus.

Les cellules immunitaires transportent certaines molécules qui empêchent le système immunitaire d’attaquer les cellules et les tissus normaux. Les cellules normales ou régulières utilisent ces molécules comme point de contrôle. Cependant, les cellules cancéreuses utilisent ces mêmes points de contrôle pour éviter la détection du système immunitaire.

Les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire empêchent les cellules cancéreuses d’utiliser ces points de contrôle contre le système immunitaire. Lorsque les cellules cancéreuses ne peuvent plus utiliser les points de contrôle, le système immunitaire va cibler et attaquer les cellules cancéreuses.

La Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) a approuvé quelques variétés d’inhibiteurs de point de contrôle immunitaire pour traiter le cancer du poumon. Ces médicaments entrent dans deux catégories: les inhibiteurs PD1 ou PD-L1 et les inhibiteurs de CTLA-4.

Les inhibiteurs PD1 ou PD-L1 bloquent la capacité du cancer du poumon à utiliser les points de contrôle trouvés sur les lymphocytes T. Les cellules T patrouillent le corps, à la recherche de menaces. Empêcher les cellules cancéreuses d’utiliser ces points de contrôle permet aux cellules T de cibler et d’attaquer les cellules cancéreuses.

Des exemples d’inhibiteurs PD1 ou PD-L1 comprennent:

  • nivoluma
  • durvalumab
  • atezolizumab
  • pembrozulimab
  • avélumab

Les inhibiteurs de CTLA-4 fonctionnent de manière légèrement différente des types PD1 ou PD-L1. Les inhibiteurs de CTLA-4 font travailler les lymphocytes T, ce qui les incite à rechercher activement et à détruire les cellules cancéreuses.

Il n’y a actuellement pas autant d’options CTLA-4 disponibles. En fait, un seul type, l’ipilimumab, a été approuvé et il est utilisé avec succès pour traiter les cancers du mélanome. Des recherches sont encore en cours sur les inhibiteurs de CTLA-4 pour le traitement du cancer du poumon.

Thérapie par cellules T adoptives

La thérapie par cellules T adoptives implique l’élimination des cellules T du corps d’une personne. Une fois enlevés, les lymphocytes T sont reprogrammés pour rechercher et détruire les cellules cancéreuses, puis remis dans le corps de la personne.

Jusqu’à présent, la thérapie par cellules T adoptives montre des résultats prometteurs dans le traitement des cancers.

Cependant, d’autres recherches sont nécessaires avant que la thérapie par cellules T adoptives ne soit largement utilisée pour le traitement du cancer du poumon.

Vaccins thérapeutiques

Les vaccins thérapeutiques fonctionnent en ciblant les caractéristiques des cellules cancéreuses connues sous le nom d’antigènes qui indiquent au corps que les cellules ne sont pas recherchées.

Les vaccins ciblent les antigènes généralement trouvés chez les personnes atteintes d’un cancer du poumon. Ces antigènes comprennent MAGE-3 et NY-SEO-1, mais les scientifiques testent actuellement des vaccins contre d’autres antigènes pour traiter le cancer du poumon.

De nombreux vaccins sont actuellement testés pour tester la façon dont ils vont travailler avec les différents types de cancer du poumon.

Qui a besoin d’immunothérapie?

chimiothérapie pour un patient masculin

Les personnes atteintes de certains types de cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) sont des sujets typiques de l’immunothérapie.

Souvent, l’immunothérapie est administrée aux personnes dont le cancer est revenu après le traitement. Parfois, cependant, l’immunothérapie est un traitement primaire et est souvent associée à une chimiothérapie.

Malheureusement, les médecins ne sont pas encore en mesure de prédire quelles personnes bénéficieront d’une immunothérapie.

Plus de recherche est nécessaire pour identifier pourquoi certaines personnes répondent très bien tandis que d’autres ne répondent pas du tout.

Avantages, risques et effets secondaires

Les personnes qui réagissent bien aux immunothérapies subiront moins d’effets secondaires qu’elles ne le feraient d’un traitement de chimiothérapie traditionnel.

Lorsque l’immunothérapie fonctionne, elle peut également éliminer efficacement et arrêter les récurrences du cancer.

Certains des effets secondaires les plus légers comprennent:

  • douleur articulaire
  • fatigue
  • la toux
  • perte d’appétit
  • la diarrhée
  • la nausée
  • démangeaisons
  • démangeaison de la peau
  • constipation

Malheureusement, certaines personnes qui utilisent l’immunothérapie risquent de suractiver leur système immunitaire. Dans ces cas plus extrêmes, le système immunitaire commence à attaquer les tissus sains et les organes dans le corps de la personne.

Si cela se produit, les gens devraient arrêter le traitement d’immunothérapie et prendre des stéroïdes pour ralentir le système immunitaire.

Alternatives

Il existe une variété d’alternatives à l’immunothérapie. Beaucoup de ces options sont utilisées depuis quelques années.

Certaines solutions de rechange fondées sur des preuves comprennent:

  • chirurgie pour enlever partiellement le poumon et certains ganglions lymphatiques
  • chimiothérapie
  • radiation
  • thérapie ciblée

Certaines de ces alternatives peuvent également être combinées pour traiter le cancer du poumon.

La recherche et l’avenir

chercheurs travaillant dans un laboratoire

Les chercheurs sont très optimistes quant à l’avenir des immunothérapies, mais ils reconnaissent également qu’il reste encore beaucoup à apprendre.

L’ampleur de la recherche sur l’efficacité et l’innocuité de l’immunothérapie pour les personnes atteintes d’un cancer du poumon est limitée mais en croissance.

Des études précoces et continues donnent l’espoir que le traitement par immunothérapie pourrait être un moyen important de combattre le cancer du poumon ainsi que d’autres formes de cancer.

Certains chercheurs étudient actuellement la raison pour laquelle l’immunothérapie n’est pas un traitement efficace contre le cancer pour toutes les personnes. La recherche se concentre également sur la «médecine personnalisée», qui consiste à prédire ou déterminer qui bénéficierait le plus de l’immunothérapie.

Selon des chercheurs de la recherche translationnelle sur le cancer du poumon, d’autres recherches sont nécessaires pour identifier les personnes qui bénéficieront le plus des traitements d’immunothérapie.

Perspective

L’immunothérapie pour traiter les personnes atteintes de stades précoces et avancés du cancer du poumon a un avenir prometteur.

La recherche actuelle a montré que divers types d’immunothérapie ont eu d’excellents résultats lors du traitement du cancer du poumon ou d’autres types de cancers, tels que le cancer de la peau.

De nombreux chercheurs soulignent que l’immunothérapie est l’avenir du traitement du cancer. Au cours des prochaines décennies, il est probable que beaucoup de recherches auront lieu, et l’immunothérapie continuera à recevoir beaucoup d’attention.

Like this post? Please share to your friends: