Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Juste 20 minutes d’exercice assez pour réduire l’inflammation, l’étude trouve

Une nouvelle recherche ajoute à la longue liste des avantages pour la santé apportés par l’activité physique régulière. Aussi peu que 20 minutes d’exercice pourraient avoir des effets anti-inflammatoires, selon une nouvelle étude.

[jambes d'un coureur]

Les avantages à long terme pour la santé de l’exercice physique sont nombreux; ils comprennent la réduction du risque de maladie cardiovasculaire, l’amélioration du métabolisme et du contrôle du poids, ainsi que le renforcement général du cœur, des muscles et des os.

Selon le département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis, une dose régulière d’activité physique réduit également la tension artérielle et réduit le risque de diabète de type 2 et de certaines formes de cancer.

Une nouvelle recherche, publiée dans la revue, étudie les avantages de séances d’exercices de 20 minutes sur le système immunitaire du corps.

Des chercheurs de l’École de médecine de l’Université de Californie à San Diego, dirigés par Suzi Hong, Ph.D. du Département de psychiatrie et du Département de médecine familiale et de santé publique, ont émis l’hypothèse que l’exercice améliorerait la réponse anti-inflammatoire du corps. activer le système nerveux sympathique.

Le système nerveux sympathique aide à augmenter la fréquence cardiaque, la pression artérielle et le rythme respiratoire. L’exercice physique active ce système pour aider le corps à suivre.

Pendant ce temps, le corps libère des hormones telles que l’épinéphrine et la norépinéphrine dans la circulation sanguine, qui activent les récepteurs adrénergiques des cellules immunitaires.

Analyser la réponse immunitaire de l’organisme à l’exercice

Plus précisément, les chercheurs ont testé l’hypothèse selon laquelle une seule séance d’exercice de 20 minutes serait suffisante pour déclencher l’activation sympathoadrénergique, ce qui, à son tour, supprimerait la production de cytokines monocytaires.

Les monocytes sont un type de globules blancs, ou cellules immunitaires, qui aident à combattre les bactéries et les infections. Les cytokines sont un type de protéine qui aide les autres cellules à devenir ce qu’on appelle des cellules effectrices, qui, à leur tour, tuent les cellules cancéreuses ou infectées.

Le TNF est l’une de ces cytokines. Le TNF peut induire la différenciation et la prolifération cellulaire, mais aussi la mort cellulaire, y compris les cellules cancéreuses. Le TNF a également des propriétés pro-inflammatoires, qui aident le corps à amener ses cellules inflammatoires sur le site de la lésion, créant ainsi une réponse immunologique.

L’inflammation est une partie nécessaire de la réponse immunitaire du corps, mais trop d’inflammation peut mener à la maladie. L’inflammation chronique peut contribuer au diabète, à l’obésité, à la maladie coeliaque, à l’arthrite, à la fibromyalgie ou à des maladies intestinales comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse.

Pour tester leur hypothèse, les chercheurs ont demandé à 47 participants de marcher sur un tapis roulant pendant 20 minutes à un taux d’intensité ajusté en fonction du niveau de condition physique de chaque individu. Hong et l’équipe ont prélevé des échantillons de sang des participants avant et immédiatement après les séances d’exercices.

Aussi peu que 20 minutes d’exercice réduit l’inflammation

Les résultats ont révélé qu’une séance d’exercice modéré de 20 minutes peut avoir des effets anti-inflammatoires.

L’étude a confirmé l’hypothèse des chercheurs. L’exercice a semblé produire une réponse cellulaire anti-inflammatoire, qui a pu être observée dans la réduction du cytokine TNF.

« Notre étude a révélé qu’une séance d’environ 20 minutes d’exercice modéré sur tapis roulant a entraîné une diminution de 5% du nombre de cellules immunitaires stimulées produisant du TNF », explique Hong.

Bien que les chercheurs reconnaissent déjà les bienfaits anti-inflammatoires de l’activité physique, explique Hong, cette étude explique le processus plus en détail.

« Savoir ce qui met en jeu les mécanismes régulateurs des protéines inflammatoires peut contribuer à développer de nouvelles thérapies pour le très grand nombre d’individus atteints de maladies inflammatoires chroniques, dont près de 25 millions d’Américains souffrant de maladies auto-immunes », ajoute Hong.

L’auteur principal souligne également l’importance de cette étude pour les personnes dont la force ou la mobilité est réduite et qui ont l’impression que l’exercice physique doit être extrêmement intense pour être efficace.

«Notre étude montre qu’une séance d’entraînement ne doit pas nécessairement être intense pour avoir des effets anti-inflammatoires: vingt minutes à une demi-heure d’exercice modéré, y compris la marche rapide, semblent être suffisantes. Le niveau d’effort pendant une longue période peut intimider ceux qui souffrent de maladies inflammatoires chroniques et pourraient grandement bénéficier de l’activité physique.  »

Suzi Hong

Apprenez pourquoi l’exercice de fin de semaine peut être aussi efficace que d’être actif tous les jours.

Like this post? Please share to your friends: