L’acide aminé d’asperge aide à répandre le cancer du sein mortel

L’asparagine, un acide aminé dérivé d’une gamme variée d’aliments – y compris les asperges, les poissons et les pommes de terre – pourrait être un nutriment clé pour une forme mortelle de cancer du sein, suggère une nouvelle étude.

paquet d'asperges

Le cancer du sein triple négatif est l’une des formes les plus agressives du cancer du sein et il est capable de se propager rapidement.

Il est généralement résistant aux traitements traditionnels, tels que la chimiothérapie et la radiothérapie.

De nouvelles recherches menées par plusieurs institutions, dont le Cambridge Research UK Cambridge Institute au Royaume-Uni, ont tenté de découvrir quelques-unes des raisons pour lesquelles ce type de cancer survit et prospère dans l’organisme, espérant que cela conduira finalement à une amélioration. approches thérapeutiques.

Dans l’étude, dont les résultats sont maintenant publiés dans la revue, les auteurs de l’étude principale Profs. Greg Hannon et Simon Knott et leur équipe ont signalé qu’un nutriment important qui facilite la propagation de ce type de cancer du sein est l’asparagine.

L’asparagine est un acide aminé non essentiel souvent synthétisé par notre corps à partir de certains des produits alimentaires que nous consommons. La présente étude a examiné si la limitation des niveaux d’asparagine dans le corps pourrait ou non aider à ralentir la croissance tumorale.

« Notre étude ajoute à un nombre croissant de preuves qui suggèrent que le régime alimentaire peut influencer l’évolution de la maladie », explique le professeur Knott.

Les tumeurs se développent sur l’asparagine

Les chercheurs ont étudié la relation entre l’asparagine et la métastase du cancer du sein, ou la propagation de la tumeur, dans un modèle murin de cancer du sein triple négatif.

Le professeur Hannon et son équipe ont adopté une approche à deux volets. D’une part, ils ont administré la souris L-asparaginase, qui est un médicament de chimiothérapie actuellement utilisé dans le traitement de la leucémie lymphoblastique aiguë, qui est connu pour prospérer sur l’asparagine. La L-asparaginase agit en inhibant la production de l’acide aminé asparagine dans le corps.

D’autre part, les scientifiques ont également restreint le régime alimentaire de la souris, de sorte qu’ils auraient une teneur en asparagine inférieure. Cette double approche a entraîné une réduction des métastases tumorales du cancer du sein chez les souris.

« Notre travail a identifié l’un des mécanismes clés qui favorisent la capacité des cellules cancéreuses du sein à se propager », explique le professeur Hannon.

« Lorsque la disponibilité de l’asparagine a été réduite, nous avons vu peu d’impact sur la tumeur primaire dans le sein, mais les cellules tumorales avaient une capacité réduite pour les métastases dans d’autres parties du corps. »

Prof. Greg Hannon

En revanche, lorsque les chercheurs ont nourri les animaux avec des aliments riches en asparagine, les tumeurs se sont propagées plus rapidement.

De plus, pour confirmer le rôle joué par l’asparagine dans la propagation des tumeurs cancéreuses, l’équipe a analysé les données provenant de patientes atteintes d’un cancer du sein.

Ils ont trouvé qu’il y avait une corrélation positive entre la capacité des cellules cancéreuses à synthétiser l’asparagine et les chances de propagation des tumeurs à d’autres sites dans le corps.

Plus inquiétant encore, la capacité des cellules cancéreuses à produire cet acide aminé était également liée à un taux de survie plus faible chez les patients.

« Cette découverte ajoute des informations vitales à notre compréhension de la façon dont nous pouvons arrêter la propagation du cancer – la principale raison pour laquelle les patients meurent de leur maladie », note le professeur Hannon.

«Les changements dans l’alimentation pourraient avoir un impact sur la thérapie»

À l’étape suivante, les chercheurs sont intéressés par la mise en place d’un essai clinique de phase précoce qui leur permettrait de comprendre comment le régime affecte les niveaux d’asparagine dans le corps.

A cette fin, le Professeur Hannon et son équipe proposent de recruter un groupe de participants sains, qui accepteraient alors de suivre un régime pauvre en asparagine.

« Les résultats [de la nouvelle étude] sont extrêmement suggestifs que les changements dans l’alimentation pourraient avoir un impact à la fois sur la façon dont un individu répond à la thérapie primaire et ses chances de propagation de la maladie mortelle plus tard dans la vie ».

Si cette expérience réussissait à réduire les niveaux d’asparagine dans le corps des participants, les chercheurs iraient de l’avant et recruteraient des participants avec un diagnostic de cancer pour la prochaine phase de leurs essais cliniques.

À ce stade, ajoute le professeur Knott, les participants à l’étude recevraient probablement aussi une chimiothérapie et une immunothérapie, de sorte que le régime et les traitements pourraient stimuler l’effet de l’autre.

Les chercheurs pensent que leurs résultats suggèrent qu’une thérapie réductrice de l’asparagine pourrait s’appliquer non seulement au cancer du sein triple négatif, mais aussi à d’autres types de cancer, citant les cancers du rein, de la tête et du cou comme cibles potentielles dans le futur.

Like this post? Please share to your friends: