L’édulcorant à la soude peut entraîner un gain de poids

L’aspartame est un substitut de sucre commun utilisé comme édulcorant dans de nombreux aliments et boissons préparés, en particulier le soda. C’est un choix commun pour ceux qui essaient de perdre du poids, car il diminue le nombre de calories dans les aliments. Cependant, de nouvelles recherches suggèrent que l’édulcorant peut être inefficace pour la perte de poids, et il peut même avoir l’effet inverse.

[Un verre de soda et une paille]

Certaines recherches indiquent que même des apports quotidiens acceptables d’aspartame, tels que réglementés par la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA), pourraient vous rendre plus affamé et entraîner une prise de poids.

D’autres études chez les rongeurs ont montré que par rapport au sucre, les édulcorants comme la saccharine et l’aspartame entraînent une prise de poids au lieu d’une perte de poids.

Raisons pour lesquelles cela peut arriver ne sont pas tout à fait clair, mais une équipe de chercheurs du Massachusetts General Hospital a décidé d’enquêter sur pourquoi l’aspartame ne favorise pas la perte de poids.

Leur recherche – publiée dans la revue – suggère qu’un des métabolites de l’aspartame pourrait jouer un rôle.

Les chercheurs ont été dirigés par le Dr Richard Hodin, du Département de chirurgie du Massachusetts General Hospital.

Étudier la consommation d’aspartame chez la souris

L’un des produits de dégradation de l’aspartame est la phénylalanine, un inhibiteur de l’enzyme intestinale appelé phosphatase alcaline intestinale (IAP), qui a été montré pour prévenir le syndrome métabolique chez la souris.

Le syndrome métabolique est un nom générique donné à un groupe de symptômes associés au diabète de type 2, aux maladies cardiovasculaires et à l’obésité.

Le Dr Hodin et son équipe ont mené des recherches antérieures dans le cadre desquelles ils ont administré du PIA à des souris qui suivaient un régime riche en graisses. Ils ont constaté que l’IAP peut prévenir l’apparition du syndrome métabolique, ainsi que réduire les symptômes chez les animaux qui ont déjà eu la maladie.

Sur la base de cette relation connue entre l’IAP, la phénylalanine et l’aspartame, les chercheurs ont émis l’hypothèse que la consommation d’aspartame pourrait favoriser le syndrome métabolique en raison de son inhibition de la phénylalanine.

Pour l’étude, les chercheurs ont ajouté l’aspartame au régime et à la soude régulière, avant de mesurer l’activité de l’IAP chez la souris.

Les scientifiques ont utilisé quatre groupes de souris. Deux groupes ont été soumis à un régime alimentaire normal, un groupe recevant de l’eau potable avec de l’aspartame et l’autre de l’eau pure. Les deux autres groupes ont été soumis à un régime riche en graisses, un groupe recevant de l’eau pure et l’autre recevant de l’eau avec de l’aspartame.

Le groupe d’alimentation normale qui a reçu de l’aspartame a consommé l’équivalent de 3 ½ boîtes de soda chaque jour. Le groupe qui suivait un régime riche en graisses a reçu de l’aspartame à des doses équivalant à presque deux canettes de soda.

Les souris ont été surveillées pendant 18 semaines.

L’aspartame n’aide pas à perdre du poids

Le Dr Hodin et son équipe ont constaté que l’activité de l’IAP était réduite lorsqu’on l’ajoutait à une boisson contenant de l’aspartame, mais que les concentrations d’IAP restaient les mêmes lorsque l’IAP était ajouté à une boisson contenant du sucre.

Les chercheurs ont injecté de l’aspartame dans l’intestin grêle de la souris, où l’IAP est normalement produite. Ils ont trouvé ces niveaux réduits de PAI.

Les chercheurs ont également injecté une solution saline dans les segments intestinaux, mais l’activité de l’IAP est restée la même.

À la fin de la période de 18 semaines, il n’y avait pas de différence significative entre les poids des deux groupes qui recevaient un régime alimentaire normal.

Cependant, les souris sur un régime riche en graisses qui ont reçu de l’aspartame ont pris plus de poids que les souris qui n’ont pas reçu d’aspartame.

Les souris qui ont reçu l’édulcorant avaient également un taux de sucre dans le sang plus élevé que celles sans aspartame.

Ils ont également eu des niveaux plus élevés de la protéine inflammatoire de TNF-alpha dans leur sang, qui est habituellement associée au syndrome métabolique.

« Les substituts du sucre comme l’aspartame sont conçus pour favoriser la perte de poids et réduire l’incidence du syndrome métabolique, mais un certain nombre d’études cliniques et épidémiologiques suggèrent que ces produits ne fonctionnent pas très bien et peuvent aggraver la situation », explique le Dr Hodin. .

L’aspartame bloque l’enzyme qui prévient l’obésité

À l’intérieur du corps humain, l’aspartame est métabolisé et décomposé en phénylalanine, acide aspartique et méthanol. La phénylalanine et l’acide aspartique sont des acides aminés naturellement présents dans de nombreux aliments contenant des protéines.

Cependant, la phénylalanine inhibe la production d’IAP.

« Nous pensons que l’aspartame pourrait ne pas fonctionner car, même s’il se substitue au sucre, il bloque les aspects bénéfiques de l’IAP », explique le Dr Hodin.

« Les gens ne comprennent pas vraiment pourquoi ces édulcorants artificiels ne fonctionnent pas.Il y a des preuves qu’ils peuvent réellement vous faire plus faim et peuvent être associés à une consommation accrue de calories.Nos résultats concernant l’inhibition de l’aspartame de l’IAP peuvent aider à expliquer pourquoi l’utilisation de l’aspartame est contre-productif. « 

Dr. Richard Hodin

Alors que les chercheurs admettent que d’autres facteurs peuvent jouer un rôle, le Dr Hodin souligne que les résultats «montrent clairement que l’aspartame bloque l’activité du PAI, indépendamment des autres effets».

Lisez comment échanger un soda contre de l’eau peut réduire le gain de poids.

Like this post? Please share to your friends: