L’enlèvement de plaque amyloïde d’Alzheimer peut être aidé par la vitamine D et Omega 3

Dans une petite étude pilote, une équipe de chercheurs américains a découvert comment la vitamine D3, une forme de vitamine D et les acides gras oméga 3 peuvent aider le système immunitaire à éliminer le cerveau des plaques amyloïdes, une des caractéristiques physiques de la maladie d’Alzheimer.

Devant apparaître cette semaine dans le numéro d’impression du Journal of Alzheimer’s Disease, la nouvelle étude s’appuie sur les travaux antérieurs de la même équipe, de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Le co-auteur Milan Fiala, chercheur à l’école de médecine David Geffen de l’UCLA, a déclaré dans un communiqué publié lundi:

« Notre nouvelle étude met en lumière un rôle possible pour les substances nutritionnelles telles que la vitamine D3 et les oméga-3 dans le renforcement de l’immunité pour aider à lutter contre la maladie d’Alzheimer. »

La vitamine D3 est essentielle pour la santé des os et du système immunitaire. La source principale de la vitamine, qui est faite dans la peau, est le soleil. Les carences peuvent survenir pendant les mois d’hiver ou chez ceux qui sont à l’intérieur la plupart du temps, comme les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Les acides gras oméga-3 sont des gras généralement présents dans les huiles marines et végétales. Ils sont considérés comme des acides gras essentiels, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas être synthétisés dans le corps mais sont vitaux pour un métabolisme sain. On pense qu’ils jouent un rôle important dans la réduction de l’inflammation dans tout le corps.

Dans leurs travaux antérieurs, les chercheurs ont montré que certains mécanismes régulés par la vitamine D3 aident à éliminer l’amyloïde bêta, la protéine anormale présente dans les plaques collantes qui obstruent l’important espace de communication entre les cellules cérébrales chez les personnes atteintes d’Alzheimer.

Dans la nouvelle étude, ils prolongent ce qu’ils ont découvert au sujet de la vitamine D3, et soulignent le rôle d’un acide gras appelé oméga-3 DHA (acide docosahexaénoïque).

Ils identifient les gènes clés et les voies de signalisation contrôlés par la vitamine D3 et l’oméga-3 DHA, qui peuvent aider le système immunitaire à réguler l’inflammation et à se débarrasser de la plaque.

Pour leur étude, Fiala et ses collègues ont isolé des cellules immunitaires à partir d’échantillons de sang prélevés sur des patients atteints d’Alzheimer et de volontaires sains à des fins de comparaison. Les cellules immunitaires qui les intéressent sont appelées macrophages: elles engloutissent des déchets tels que le bêta-amyloïde qui, autrement, pourrait obstruer les espaces entre les cellules et interférer avec la signalisation inter-cellules.

Les chercheurs ont incubé les macrophages pendant quelques heures avec la bêta-amyloïde. À certaines cellules, ils ont ensuite ajouté soit une forme active de vitamine D3, soit une forme active d’oméga 3 DHA, et ont observé l’effet sur l’inflammation et la capacité des macrophages à absorber le bêta-amyloïde.

(La forme active de la vitamine D3 utilisée est appelée 1α, 25-dihydroxyvitamine D3, la forme active de l’oméga 3 DHA est appelée résolvin D1).

Ils ont découvert que les deux formes actives de vitamine D3 et d’oméga 3 DHA amélioraient la capacité des macrophages des échantillons de sang des patients atteints de la maladie d’Alzheimer à absorber le bêta-amyloïde. Ils ont également remarqué qu’il y avait moins de mort cellulaire qui est normalement déclenchée par le bêta-amyloïde.

Les chercheurs ont également observé que la vitamine D3 et l’oméga 3DHA utilisaient des récepteurs différents et les mêmes voies de signalisation.

L’une des principales contributions de la nouvelle étude est qu’elle montre des différences clés entre les macrophages des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et des témoins sains, et que chez les patients atteints d’Alzheimer, il y avait des différences dans les macrophages.

Les différences clés étaient dans l’expression des gènes et les schémas de transcription. Les macrophages des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont exprimé des gènes inflammatoires différemment de ceux des témoins sains, et il y avait deux groupes distincts de patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Dans un groupe, les macrophages ont augmenté la transcription des gènes inflammatoires, tandis que dans l’autre, la transcription a été diminuée.

La transcription est la première étape de la lecture des instructions dans l’ADN pour fabriquer des protéines.

Les chercheurs disent plus de travail est nécessaire pour savoir si ces deux modèles de transcription différents des gènes inflammatoires sont des signes de deux étapes de la maladie d’Alzheimer, ou même deux types de la maladie.

Fiala suggère peut-être que leurs résultats soulignent les différences liées soit à l’apport insuffisant des nutriments essentiels, soit à la capacité de l’organisme à les utiliser.

« Nous pouvons trouver que nous devons équilibrer soigneusement la supplémentation en vitamine D3 et en acides gras oméga-3, en fonction de chaque patient, afin de favoriser une élimination efficace de la bêta-amyloïde », explique Fiala.

« C’est une première étape pour comprendre quelle forme et dans quels patients ces substances nutritives pourraient fonctionner le mieux », ajoute-t-il.

Les fonds de l’Association Alzheimer ont soutenu la phase initiale de l’étude.

Fiala est consultant auprès de Smartfish, une société de biotechnologie norvégienne qui produit une boisson avec une forme active d’oméga-3 DHA.

En 2009, Fiala a coécrit un article qui montre comment les curcuminoïdes, substances présentes dans le curcuma, améliorent la liaison superficielle de l’amyloïde bêta aux macrophages et que la vitamine D stimule fortement l’absorption et l’absorption du bêta-amyloïde dans les macrophages.

Écrit par Catharine Paddock PhD

Like this post? Please share to your friends: