Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

L’usage de la marijuana chez les adolescentes peut entraîner des symptômes bipolaires plus tard

C’est un fait bien connu que de nombreux jeunes consomment du cannabis, et des études ont montré qu’il existe un lien entre la drogue et les troubles psychiatriques tels que la schizophrénie. Cependant, les liens entre la consommation de cannabis et le développement de symptômes bipolaires au fil du temps ont été insuffisamment étudiés – jusqu’à présent.

pot de fumer jeune fille

Une nouvelle étude comble ce manque de recherche en examinant comment l’usage du cannabis chez les adolescents est lié à l’hypomanie au début de l’âge adulte.

La recherche a été menée par le Dr Steven Marwaha, un psychiatre académique clinique de l’Université de Warwick au Royaume-Uni, et les résultats ont été publiés dans la revue.

Le Dr Marwaha et ses collègues sont partis du constat que malgré le lien documenté entre l’usage de la marijuana chez les adolescents et les troubles psychiatriques, l’association potentielle entre la consommation de cannabis et les symptômes du trouble bipolaire n’a pas été suffisamment étudiée.

En fait, nous avons rapporté plusieurs études qui ont éclairé le lien entre l’usage de cannabis chez les adolescents et les conditions psychiatriques. Par exemple, une étude a suggéré que l’utilisation de la marijuana provoque des changements dans la structure du cerveau qui sont similaires à ceux causés par la schizophrénie.

Une autre étude chez les rongeurs a suggéré que l’utilisation du médicament par les adolescents peut provoquer des symptômes de schizophrénie, mais seulement chez ceux déjà génétiquement sensibles à la maladie.

Cette étude a examiné le lien entre l’usage du cannabis chez les adolescents et l’hypomanie, un symptôme souvent ressenti par les personnes atteintes de trouble bipolaire. L’hypomanie est caractérisée par des sentiments d’exaltation, d’excitation intense, de besoin réduit de sommeil et d’hyperactivité.

L’usage hebdomadaire de cannabis peut causer de l’hypomanie

Le Dr Marwaha et ses collègues ont examiné les données disponibles sur 3 370 participants d’une étude de cohorte de naissance au Royaume-Uni appelée Avon Longitudinal Study of Parents and Children.

L’équipe a examiné le lien entre l’usage du cannabis à l’âge de 17 ans et le développement de l’hypomanie entre 22 et 23 ans.

À l’aide d’une analyse de régression, les scientifiques ont ajusté le sexe, l’alcool et les autres drogues, les facteurs de risque environnementaux précoces – tels que l’adversité ou l’abus durant l’enfance – et la dépression et la psychose à 18 ans.

L’étude a révélé que l’utilisation du cannabis au moins deux ou trois fois par semaine était un prédicteur important de l’hypomanie au début de l’âge adulte.

La relation entre la consommation de cannabis chez les adolescentes et l’hypomanie dépend de la dose, l’utilisation hebdomadaire étant plus fortement associée au symptôme que toute utilisation.

On a également découvert que l’usage du cannabis permettait de faire le lien entre l’abus sexuel durant l’enfance et l’hypomanie, ainsi qu’entre le sexe masculin et le symptôme psychiatrique.

Les auteurs concluent:

« L’utilisation de cannabis chez les adolescents peut être un facteur de risque indépendant pour l’hypomanie future, et la nature de l’association suggère un lien de causalité potentiel, ce qui pourrait être une cible utile pour la prévention indiquée de l’hypomanie. »

Le docteur Marwaha commente ces résultats en disant: « L’usage de cannabis chez les jeunes est commun et associé à des troubles psychiatriques, mais le lien potentiel entre l’usage du cannabis et les symptômes du trouble bipolaire a rarement été étudié ».

Selon les dernières statistiques de l’Institut national sur l’abus des drogues, plus de 35% des élèves de 12e année – qui ont généralement entre 17 et 18 ans – ont déclaré avoir consommé de la marijuana durant l’année précédant l’enquête et 6% ont admis l’utiliser « quotidien ou quasi-quotidien ».

Like this post? Please share to your friends: