La cyberintimidation «provoque des pensées suicidaires chez les enfants plus que l’intimidation traditionnelle»

La cyberintimidation est plus fortement liée aux pensées suicidaires chez les enfants et les adolescents que le harcèlement traditionnel, selon une nouvelle analyse publiée dans.

Certaines estimations suggèrent que – selon le pays d’origine – entre 5% et 20% des enfants sont victimes d’intimidation physique, verbale ou d’exclusion. Des études antérieures ont également confirmé que l’intimidation est un facteur de risque important pour le suicide des adolescents.

Le suicide est l’une des principales causes de décès chez les adolescents du monde entier. Aux États-Unis, environ 20% des adolescents considèrent sérieusement le suicide et entre 5% et 8% des adolescents tentent de se suicider chaque année.

La relation entre la cyberintimidation et le suicide n’a été explorée que dans quelques études, mais des preuves laissent entendre que la cyberintimidation est un facteur de risque aussi élevé pour les idées suicidaires – pensées sur le suicide – que le harcèlement traditionnel.

La nouvelle analyse, réalisée par des chercheurs aux Pays-Bas, teste ces preuves en examinant toute la littérature médicale disponible sur le sujet. Cette «méta-analyse» a examiné 34 études portant sur la relation entre l’intimidation et l’idéation suicidaire, et neuf études examinant la relation entre l’intimidation et les tentatives de suicide.

Les chercheurs ont limité leurs preuves à des études sur la «victimisation par les pairs». Les autres types de victimisation, tels que les agressions, les abus sexuels ou les vols qualifiés, n’ont pas été inclus.

Ils ont également exclu certaines études portant sur l’automutilation, parce que les raisons pour lesquelles une personne peut s’automutiler peuvent être différentes des raisons pour lesquelles une personne peut penser à se suicider.

La recherche sur les jeunes dans les hôpitaux ou les centres de détention pour mineurs a également été omise, car les chercheurs voulaient s’assurer qu’ils pourraient généraliser leurs résultats à la population habituelle.

Dans l’ensemble, la méta-analyse comprenait 284 375 participants.

Grande méta-analyse contredit les conclusions de certaines études individuelles précédentes

Les chercheurs ont trouvé une association entre la cyberintimidation et l’idéation suicidaire chez 70 102 des participants. La méta-analyse n’a pas trouvé de différence entre les enfants plus âgés et les plus jeunes ou les garçons et les filles quant à la probabilité qu’ils aient des pensées suicidaires.

Cela contredit certaines études individuelles qui avaient suggéré que les filles victimes avaient un risque immédiat accru d’idées suicidaires, tandis que les garçons n’auraient probablement des pensées suicidaires que s’ils souffraient d’épisodes prolongés d’intimidation.

Un autre domaine où les résultats de la méta-analyse différaient de certaines études individuelles était l’étendue de l’association entre la cyberintimidation et les idées suicidaires.

Bien que la preuve antérieure ait indiqué que la cyberintimidation a un lien égal avec les pensées suicidaires comme l’intimidation traditionnelle, la méta-analyse a révélé que l’association était plus forte pour la cyberintimidation.

Les auteurs suggèrent une raison à cela:

«Potentiellement, les effets de la cyberintimidation sont plus graves parce qu’on peut communiquer avec un plus grand nombre de personnes par Internet et que le matériel peut être stocké en ligne, ce qui fait que les victimes revivent plus souvent des expériences dénigrantes.

Comme les études de la méta-analyse ont principalement porté sur l’idéation suicidaire, certaines études examinant des tentatives de suicide infructueuses, l’analyse ne peut expliquer précisément comment la cyberintimidation pourrait être associée aux enfants qui se sont suicidés.

Cependant, les chercheurs reconnaissent que «les idées suicidaires sont invariablement précédées de tentatives de suicide, et les tentatives de suicide constituent le plus important facteur de risque connu de suicide futur».

Les auteurs concluent:

«Cette méta-analyse établit que la victimisation par les pairs est un facteur de risque d’idées suicidaires et de tentatives de suicide et que les efforts doivent continuer pour identifier et aider les victimes d’intimidation, ainsi que pour créer des programmes de prévention et d’intervention.

Like this post? Please share to your friends: