La marijuana et la maladie mentale: les faibles niveaux de dopamine peuvent jouer un rôle

Une nouvelle étude offre un aperçu de la façon dont l’usage à long terme de la marijuana pourrait avoir un impact négatif sur la santé mentale, après avoir trouvé des preuves substantielles que le médicament modifie le système de récompense du cerveau pour augmenter les émotions négatives et diminuer la motivation.

[Marijuana constituant une image du cerveau humain]

L’étude indique qu’il existe suffisamment de preuves pour suggérer que la marijuana, ou cannabis, réduit les niveaux de dopamine dans le cerveau – un neurotransmetteur qui joue un rôle clé dans l’apprentissage, le mouvement, la motivation, l’émotion et la récompense.

Les faibles taux de dopamine ont été associés à des changements d’humeur, à la fatigue, à la dépression et au manque de motivation. la déficience en dopamine est présente dans un certain nombre de troubles neurologiques, y compris la maladie de Parkinson et le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH).

Le professeur Oliver Howes, responsable de l’étude, du Centre des sciences cliniques du Conseil de recherches médicales (MRC) à l’Imperial College de Londres au Royaume-Uni, a récemment publié ses résultats dans la revue.

Selon l’Enquête nationale sur l’usage et la santé des drogues de 2014, il y a environ 22,2 millions d’utilisateurs de marijuana aux États-Unis, ce qui en fait la drogue illicite la plus couramment consommée au pays.

La consommation de marijuana à long terme a été liée à un certain nombre de problèmes de santé mentale, y compris la schizophrénie, l’anxiété et la dépression, mais les mécanismes sous-jacents à cette association ont été peu clairs.

Compte tenu de la légalisation accrue de la marijuana à des fins médicinales et récréatives, les chercheurs sont désireux d’en savoir plus sur la façon dont le médicament affecte le cerveau.

Pour cette dernière étude, le professeur Howes et son équipe ont passé en revue de nombreuses études examinant comment le composé psychoactif primaire dans la marijuana – le tétrahydrocannabinol (THC) – affecte le cerveau.

L’exposition au THC a des effets à long terme sur le système dopaminergique

Selon les chercheurs, il existe maintenant des «preuves substantielles» dans les études animales et humaines qu’une exposition à long terme au THC entraîne une diminution des niveaux de dopamine.

« Les preuves disponibles indiquent que l’exposition au THC produit des effets complexes, divers et potentiellement à long terme sur le système dopaminergique », expliquent les auteurs. « Ceux-ci comprennent une augmentation de la décharge nerveuse et de la libération de dopamine en réponse au THC aigu, et un émoussement dopaminergique associé à une utilisation à long terme. »

L’équipe croit que cet effet pourrait expliquer pourquoi les personnes qui consomment de la marijuana à long terme courent un risque accru de problèmes de santé mentale.

Dans les modèles animaux, les recherches actuelles montrent que l’utilisation de la marijuana augmente initialement les niveaux de dopamine, ce qui donne un sentiment de récompense, ce qui, selon l’équipe, pourrait expliquer pourquoi certains utilisateurs deviennent dépendants du médicament.

Cependant, les auteurs soulignent certaines limites dans ce domaine. « Fondamentalement, les études sur les animaux sont trop courtes, et ne donnent pas de cannabis à plusieurs reprises ou en combinaison avec d’autres substances », note le professeur Howes.

Combler les lacunes dans la recherche sur la marijuana

Les chercheurs ont également remarqué d’autres lacunes dans la recherche, comme des études évaluant ce qui arrive au système dopaminergique lorsque l’usage de la marijuana est interrompu.

Qui plus est, l’équipe note qu’il est important d’en savoir plus sur la façon dont l’utilisation de la marijuana affecte le développement du cerveau, car certaines femmes peuvent utiliser le médicament en début de grossesse, avant de se rendre compte qu’ils attendent.

« Compte tenu de l’utilisation croissante du cannabis, en particulier chez les jeunes et les femmes susceptibles d’être enceintes, des études animales sont nécessaires pour comprendre les effets de l’usage prolongé du cannabis sur le cerveau en développement d’une manière contrôlée impossible dans les études humaines. » dit le professeur Howes.

« Ces études doivent également utiliser des techniques qui peuvent être traduites dans les études humaines, et de mieux représenter les modes d’utilisation humaine. »

Bien que des recherches plus approfondies sur les effets de la marijuana soient clairement justifiées, les chercheurs croient que leur étude actuelle contribue à élargir notre compréhension.

«Les changements dans les habitudes de consommation de cannabis, y compris le« cannavaping »et les produits comestibles, signifient qu’il est essentiel que nous comprenions les effets à long terme du cannabis sur le cerveau.

Cette nouvelle recherche permet d’expliquer comment certaines personnes deviennent dépendantes du cannabis, en montrant que l’un de ses composants principaux, appelé THC, modifie un équilibre délicat des substances chimiques du cerveau. « 

Co-auteur Dr. Michael Bloomfield, Centre des sciences cliniques, Imperial College London

Lisez à propos d’une étude qui fait la lumière sur la façon dont la marijuana cause la perte de mémoire.

Like this post? Please share to your friends: