Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

La solitude est un plus grand tueur que l’obésité, affirment les chercheurs

L’obésité est devenue une préoccupation majeure de santé publique, affectant plus d’un tiers des adultes aux États-Unis. Cependant, de nouvelles recherches suggèrent qu’il existe deux plus grandes menaces: la solitude et l’isolement social.

un homme plus âgé assis sur une chaise

Deux nouvelles méta-analyses de la Brigham Young University (BYU) à Provo, au Utah, révèlent que la solitude et l’isolement social peuvent augmenter de 50% le risque de décès prématuré.

Co-auteur de l’étude Julianne Holt-Lunstad, Ph.D., professeur de psychologie à BYU, et ses collègues ont récemment présenté leurs conclusions à la 125e Convention annuelle de l’American Psychological Association, tenue à Washington, D.C.

Alors que la solitude et l’isolement social sont souvent utilisés de façon interchangeable, il existe des différences notables entre les deux. L’isolement social est défini comme un manque de contact avec d’autres individus, tandis que la solitude est le sentiment que l’on est émotionnellement déconnecté des autres. En substance, une personne peut être en présence des autres et se sentir encore seul.

Selon une enquête de l’AARP, environ 35 pour cent des adultes âgés de 45 ans et plus peuvent être catégorisés comme solitaire.

La solitude et l’isolement social ont tous deux été associés à une mauvaise santé. Par exemple, une étude publiée l’année dernière suggérait que la solitude pouvait être liée à la maladie d’Alzheimer, tandis que d’autres recherches établissaient un lien entre l’isolement social et la réduction de la survie des patientes atteintes d’un cancer du sein.

Pour cette dernière recherche, le professeur Holt-Lunstad et son équipe ont cherché à déterminer comment la solitude et l’isolement social influencent le risque de décès prématuré.

« Une preuve solide » que la solitude tue

Les chercheurs sont arrivés à leurs conclusions en effectuant deux méta-analyses d’études qui ont examiné le lien entre la solitude, l’isolement social et la mortalité.

La première méta-analyse a inclus plus de 300 000 adultes dans 148 études, alors que la seconde comprenait 70 études impliquant plus de 3,4 millions d’adultes.

Les données de la première méta-analyse ont révélé que le risque de décès prématuré était de 50 pour cent inférieur pour les adultes qui avaient un plus grand lien avec les autres, par rapport à ceux qui étaient socialement isolés.

À partir de la deuxième méta-analyse, les chercheurs ont constaté que la solitude, l’isolement social et le fait de vivre seuls étaient tous associés à un risque accru de décès prématuré.

Qui plus est, l’équipe a constaté que le risque de décès précoce associé à la solitude, à l’isolement social et au fait de vivre seul était égal ou supérieur au risque de décès prématuré associé à l’obésité et à d’autres problèmes de santé majeurs.

« Il existe des preuves solides que l’isolement social et la solitude augmentent considérablement le risque de mortalité prématurée, et l’ampleur du risque dépasse celle de nombreux indicateurs de santé de premier plan. »

Julianne Holt-Lunstad, Ph.D.

Le professeur Holt-Lunstad note que ces résultats sont particulièrement préoccupants compte tenu du vieillissement de la population.

« En effet, de nombreuses nations à travers le monde suggèrent maintenant que nous faisons face à une » épidémie de solitude « », ajoute-t-elle. « Le défi auquel nous sommes confrontés maintenant est ce qui peut être fait à ce sujet. »

Selon le professeur Holt-Lunstad, un moyen d’aider à surmonter l’épidémie de solitude consiste à consacrer plus de ressources à la lutte contre la solitude entre les individus et en tant que société.

Par exemple, elle suggère qu’il faudrait mettre davantage l’accent sur la formation aux compétences sociales pour les écoliers, et que les médecins devraient chercher à intégrer la connectivité sociale dans le dépistage médical.

De plus, le professeur Holt-Lunstad dit que les personnes âgées ne devraient pas seulement se préparer aux conséquences financières de la retraite, mais aussi aux questions sociales, en notant que les liens sociaux de nombreux adultes découlent du lieu de travail.

Like this post? Please share to your friends: