Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

La warfarine peut prévenir le cancer

La warfarine est un médicament utilisé pour réduire le risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral. Une nouvelle étude, cependant, suggère que le médicament peut également aider à réduire le risque de cancer, en particulier pour les personnes âgées de 50 ans et plus.

une description de la warfarine

Le co-auteur de l’étude, James B. Lorens, Ph.D., de l’Université de Bergen en Norvège, et ses collègues ont récemment rapporté leurs résultats dans.

La warfarine est un anticoagulant ou anticoagulant qui aide à prévenir la formation de caillots sanguins. Il agit en inhibant la production de vitamine K par l’organisme, qui est nécessaire pour former des caillots sanguins.

Le médicament est généralement prescrit aux personnes qui ont subi une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral, une thrombose veineuse profonde et d’autres conditions causées par des caillots de sang. La warfarine peut également être prescrite aux personnes présentant un risque accru de développer des caillots sanguins, y compris les personnes souffrant d’arythmie ou de battements cardiaques irréguliers, et celles qui ont des valvules cardiaques prothétiques.

Alors que la warfarine est considérée comme l’étalon-or de la prévention des caillots sanguins, des recherches antérieures ont suggéré qu’elle pourrait également prévenir le développement du cancer.

Plus précisément, des études sur des modèles de cancer ont montré que la warfarine bloque la tyrosine kinase du récepteur AXL en inhibant une protéine vitamine K-dépendante appelée Gas6, qui peut stopper la propagation des cellules cancéreuses.

Pour cette dernière étude, le Dr Lorens et ses collègues ont cherché à déterminer si l’utilisation de warfarine pouvait réduire le risque de développement du cancer.

Risque de cancer réduit de 16 pour cent

Pour leur étude, les chercheurs ont utilisé les données du registre national norvégien, la base de données de prescription norvégienne, et le registre du cancer de la Norvège.

L’équipe comprenait des données sur 1 256 725 personnes nées en Norvège entre janvier 1924 et décembre 1954, dont plus de la moitié étaient des femmes.

Ils ont recueilli des informations sur l’utilisation de la warfarine par les participants de janvier 2004 à décembre 2012, et l’incidence du cancer chez les sujets a été évaluée entre janvier 2006 et décembre 2012. Parmi les participants à l’étude, 92 942 prenaient de la warfarine.

Les chercheurs ont constaté que les personnes qui utilisaient la warfarine avaient un risque réduit de 16 pour cent de tous les cancers, par rapport aux personnes qui n’ont pas utilisé le médicament.

En regardant les sites spécifiques à l’organe, l’utilisation de la warfarine était associée à une réduction de 31% du risque de cancer de la prostate, une réduction de 20% du risque de cancer du poumon et un risque de cancer du sein inférieur de 10%.

De plus, les chercheurs ont évalué comment l’utilisation de la warfarine influençait le risque de développement du cancer chez un sous-groupe d’individus à qui l’on avait prescrit le médicament pour la fibrillation auriculaire ou le flutter auriculaire.

Les résultats ont révélé que ces personnes présentaient globalement moins de risques de développement du cancer et qu’elles étaient moins susceptibles de développer des cancers de la prostate, du poumon, du sein et du côlon.

La warfarine offre une «protection possible contre le cancer»

Pris ensemble, le Dr Lorens et l’équipe croient que leurs résultats suggèrent que la warfarine peut aider à prévenir le cancer. Ils écrivent:

« Nos données indiquent que la warfarine offre une protection contre le cancer, une découverte qui peut avoir des implications importantes pour le choix des médicaments pour les patients qui ont besoin d’anticoagulation. »

Cela dit, l’équipe note que leur étude est observationnelle, donc ils sont incapables de prouver la cause et l’effet.

Il y a également un certain nombre de limites d’étude à considérer. Par exemple, les chercheurs n’ont pas recueilli de données sur l’utilisation d’autres médicaments par les participants et n’ont pas tenu compte d’autres facteurs pouvant influencer le risque de développement du cancer, tels que leur régime alimentaire, leur poids et leur statut tabagique.

L’équipe conclut que d’autres études sont nécessaires pour déterminer les mécanismes sous-jacents par lesquels la warfarine peut protéger contre le développement du cancer.

Like this post? Please share to your friends: