Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Le rhume: Serions-nous proches d’un remède?

Le rhume a défié la science médicale depuis des millénaires; il a dépassé à la fois notre système immunitaire et l’industrie pharmaceutique. Cependant, selon une nouvelle étude, de l’aide pourrait bientôt être disponible.

Femme au lit avec un rhume

Le rhume commun correctement nommé frappe l’adulte moyen deux à trois fois par an, et les enfants encore plus régulièrement.

Actuellement, il n’y a aucun moyen de prévenir un rhume, et une fois qu’il est arrivé, il n’y a aucun moyen de s’en débarrasser.

Malgré le monde incroyablement high-tech dans lequel nous vivons, la recherche médicale ne peut pas encore vaincre cet ennemi. Tout ce que nous pouvons faire, c’est traiter ses symptômes et rester ferme jusqu’à ce qu’il soit passé.

Pourquoi le rhume est-il difficile à combattre?

Le rhume a esquivé les progrès de la science médicale pour deux raisons principales. Le premier problème est qu’il n’y a pas un seul coupable. Les rhumes sont le plus souvent causés par un rhinovirus – une grande famille de virus avec des centaines de variantes. Cela rend la vaccination impossible et donne à notre système immunitaire une tâche difficile.

Deuxièmement, ces virus évoluent rapidement – de sorte que même si nous pouvions produire des vaccins pour couvrir tout le spectre des rhinovirus, ils deviendraient rapidement résistants.

Bien que le traitement d’un rhume ne soit pas un gros problème pour la plupart des gens, il y a de bonnes raisons de continuer à chercher des façons de le combattre. Une personne impliquée dans la chasse est le professeur Ed Tate, de l’Imperial College de Londres, au Royaume-Uni. Il explique l’importance de lutter contre le rhume:

« Le rhume est un inconvénient pour la plupart d’entre nous, mais peut causer des complications graves chez les personnes souffrant d’asthme et de maladie pulmonaire obstructive chronique. »

Une nouvelle approche

Les scientifiques étaient à la recherche d’un composé qui ciblerait une protéine dans les parasites du paludisme. Ils ont trouvé deux molécules probables et ont découvert qu’ils étaient plus efficaces lorsqu’ils étaient combinés.

En utilisant des techniques avancées, ils ont combiné les deux molécules et produit un nouveau composé qui bloque une enzyme trouvée dans les cellules humaines, appelée N-myristoyltransférase (NMT).

Les virus volent normalement le NMT des cellules humaines et l’utilisent pour créer une enveloppe protectrice autour de leur information génétique, connue sous le nom de capside. Le NMT est vital pour la survie des virus du rhume; sans elle, ils ne peuvent pas se répliquer et se propager.

Toutes les souches du virus du rhume banal utilisent cette technique, si bien que l’inhibition du NMT ferait avorter toutes les souches du virus du rhume banal. En fait, il devrait également agir contre les virus associés qui causent la fièvre aphteuse et la poliomyélite.

En outre, parce que la molécule cible les cellules humaines plutôt que le virus, la résistance ne serait pas un problème. Les conclusions de l’équipe ont été récemment publiées dans la revue.

Les chercheurs ont de grands espoirs pour le médicament, qui passe actuellement sous le nom de code de IMP-1088.

« Un médicament comme celui-ci pourrait être extrêmement bénéfique s’il est administré tôt dans l’infection, et nous travaillons à faire une version qui pourrait être inhalée afin qu’elle atteigne rapidement les poumons. »

Prof. Ed Tate

Bien que d’autres médicaments qui ciblent les cellules humaines de cette manière ont été testés auparavant, l’IMP-1088 est «plus de 100 fois plus puissant» que ses prédécesseurs.

En outre, les médicaments antérieurs conçus pour bloquer le NMT étaient trop toxiques pour être bénéfiques. Ce nouveau médicament, cependant, n’a pas endommagé les cellules humaines cultivées. Bien sûr, plus de recherches seront nécessaires pour confirmer que le médicament est sans danger pour l’utilisation.

Une autre préoccupation est soulignée par le professeur Tate, qui explique: «La façon dont le médicament fonctionne signifie que nous devons être sûrs qu’il est utilisé contre le virus du rhume, et non des conditions similaires avec des causes différentes, pour minimiser les risques de toxicité effets. »

Donc, nous ne sommes pas encore là, mais nous sommes aussi proches que nous l’avons jamais été d’un remède contre le rhume.

Like this post? Please share to your friends: