Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Le soja peut augmenter le risque de cancer avancé de la prostate

Le soja est souvent salué pour ses bienfaits pour la santé. Mais pour les hommes, manger du soja et d’autres aliments riches en isoflavones peut ne pas être aussi favorable; il pourrait augmenter le risque de cancer avancé de la prostate.

une sélection de produits à base de soja

Cependant, en ce qui concerne le risque de cancer de la prostate non avancé – c’est-à-dire de cancer qui ne s’est pas propagé au-delà de la prostate – les isoflavones alimentaires semblent n’avoir aucune influence significative.

Ce sont les résultats d’une nouvelle étude publiée récemment dans le

Le cancer de la prostate est le cancer le plus courant chez les hommes aux États-Unis, après le cancer de la peau.

Cette année, on estime qu’environ 161 360 nouveaux cas de cancer de la prostate seront diagnostiqués aux États-Unis, et plus de 26 000 hommes mourront de la maladie.

Des études ont suggéré que le régime alimentaire peut affecter le risque de cancer de la prostate d’un homme. L’année dernière, par exemple, a rapporté une étude qui a lié un apport régulier de glucides transformés à une plus grande probabilité de cancer de la prostate, tandis que d’autres recherches ont associé un régime riche en graisses à la maladie.

La nouvelle étude – qui a été menée par l’auteur principal Dr. Jianjun Zhang, de la Fairbanks School of Public Health à Indiana University à Indianapolis, et ses collègues – suggère que l’inclusion des isoflavones dans le régime alimentaire peut également influencer le risque de cancer de la prostate.

Les isoflavones et le risque de cancer de la prostate

Les isoflavones sont un type de phytoestrogène, qui sont des composés dérivés de plantes qui ont des effets similaires sur le corps que l’œstrogène, une hormone sexuelle féminine.

Les produits à base de soja et de soja – tels que le miso, le tempeh et le tofu – contiennent les plus fortes concentrations d’isoflavones. D’autres sources alimentaires comprennent la racine de kudzu et les haricots de pomme de terre.

Des études ont montré que les isoflavones peuvent avoir des effets variables sur la santé. Certains ont indiqué que les composés peuvent entraîner le cancer du sein, tandis que d’autres ont suggéré qu’ils pourraient bénéficier à certaines femmes atteintes d’un cancer du sein.

Pour savoir si les isoflavones alimentaires ou non influencent le risque de cancer de la prostate, le Dr Zhang et ses collègues ont analysé les données de 27 004 hommes qui faisaient partie de l’essai de dépistage du cancer de la prostate, du poumon, du cancer colorectal et de l’ovaire.

L’équipe a identifié 2 598 cas de cancer de la prostate chez les hommes au cours d’une période de suivi médiane de 11,5 ans. Parmi ces cas, 287 étaient un cancer avancé de la prostate.

Dans le cadre de l’essai, les hommes ont rempli des questionnaires sur la fréquence des aliments. Les chercheurs ont utilisé les données de ces questionnaires pour évaluer la consommation d’aliments riches en isoflavones chez les hommes.

Comparativement aux hommes qui n’avaient pas d’isoflavones dans leur régime alimentaire, ceux qui en étaient atteints présentaient un risque accru de développer un cancer avancé de la prostate ou un cancer qui s’est propagé de la glande de la prostate vers des sites éloignés.

Les chercheurs n’ont trouvé aucun lien significatif entre les isoflavones alimentaires et le risque de cancer de la prostate non avancé.

À la suite de leurs découvertes, le Dr Zhang et son équipe croient que l’inclusion des isoflavones dans l’alimentation peut affecter le risque de cancer de la prostate chez les hommes, bien que d’autres études soient justifiées.

« Notre étude offre de nouvelles preuves que l’apport alimentaire d’isoflavones a des effets différents sur le cancer de la prostate avancé et non avancé. »

Dr. Jianjun Zhang

« Cette observation, » ajoute le Dr Zhang, « est importante pour comprendre l’étiologie et la prévention du cancer de la prostate, mais elle doit être confirmée dans d’autres études épidémiologiques parmi des populations ayant des habitudes alimentaires diverses. »

Like this post? Please share to your friends: