Le syndrome de la femme battue: étapes et rétablissement

Le syndrome de la femme battue est une condition psychologique due à l’abus, généralement aux mains d’un partenaire intime. Les personnes vivant avec le syndrome de la femme battue peuvent avoir du mal à quitter une relation abusive en raison de la peur, des croyances sur le pouvoir de l’agresseur et de la conviction qu’elles sont la cause de la violence.

Les gens de tous les genres peuvent connaître le syndrome de la femme battue. Le diagnostic utilise le terme «femme» parce que plus de femmes que d’hommes sont victimes de violence domestique. Cependant, le terme «syndrome de la personne battue» est également utilisé pour désigner les victimes de tout sexe.

Les femmes sont également beaucoup plus susceptibles d’être victimes de violences domestiques graves et mettant leur vie en danger. De tous les homicides commis par un partenaire intime aux États-Unis, 94% des victimes sont des femmes.

Qu’est-ce que le syndrome de la femme battue?

femme intimidée par l'homme

Le syndrome de la femme battue n’est pas un diagnostic médical. Au lieu de cela, il décrit un modèle de comportement étroitement lié au trouble de stress post-traumatique (TSPT).

La psychothérapeute Lenore Walker a développé le concept du syndrome de la femme battue à la fin des années 1970 pour caractériser le modèle unique de comportement et d’émotions que subissent les victimes d’abus.

De nombreux analystes suggèrent que le syndrome de la femme battue est un sous-type de TSPT.

Les femmes atteintes du syndrome de la femme battue changent de comportement pour tenter de survivre à une situation de violence.

La recherche suggère que les personnes dans les relations abusives peuvent être dans le plus grand danger lorsqu’elles quittent leur agresseur. En fait, près de la moitié des femmes assassinées aux États-Unis sont tuées par des partenaires actuels ou anciens, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis.

Le syndrome de la femme battue fait parfois référence à des comportements criminels manifestés par des femmes ayant vécu une relation abusive.

Rarement, les personnes atteintes du syndrome de la femme battue tuent leurs agresseurs parce qu’elles ne voient pas d’autre issue. Dans la loi, les modèles d’autodéfense traditionnels peuvent ne pas s’appliquer aux victimes d’abus, parce qu’ils peuvent tuer leurs abuseurs à un moment où ils ne sont pas physiquement blessés.

Cependant, dans un nombre limité de cas, les femmes ont cité le syndrome de la femme battue comme une défense pour ces actions. Certains tribunaux considèrent maintenant l’abus comme un facteur atténuant dans les cas d’homicide, ce qui peut changer le verdict ou la sévérité de la peine.

Symptômes

Les personnes atteintes du syndrome de la femme battue manifestent généralement des signes de TSPT liés à l’abus. Ces symptômes peuvent continuer même après avoir quitté la relation abusive.

Ils comprennent:

  • difficulté à dormir, y compris les cauchemars et l’insomnie
  • sentiments intrusifs soudains au sujet de l’abus
  • évitant de parler de l’abus
  • éviter les situations qui rappellent l’abus
  • sentiments de colère, de tristesse, de désespoir et d’inutilité
  • sentiments intenses de peur
  • attaques de panique ou de flashbacks à l’abus

En plus du syndrome de stress post-traumatique, les personnes atteintes du syndrome de la femme battue présentent des symptômes qui peuvent être source de confusion pour les personnes de l’extérieur.

Ceux-ci incluent:

  • l’impuissance apprise
  • refusant de quitter la relation
  • croire que l’agresseur est puissant ou sait tout
  • idéaliser l’abuseur suite à un cycle d’abus
  • croyant qu’ils méritent l’abus

Étapes

homme avec un poing fermé et une femme effrayée

Le syndrome de la femme battue coïncide souvent avec un cycle d’abus. Les symptômes d’une victime peuvent changer avec le cycle d’abus.

Les étapes du cycle de l’abus incluent:

  • Construction de tension: C’est une période pendant laquelle la tension se développe lentement et provoque un conflit de bas niveau. L’agresseur peut se sentir négligé ou en colère et penser que ces sentiments justifient l’agression envers la victime.
  • Phase de battage: Finalement, la tension se développe dans un conflit. L’agresseur abuse physiquement, émotionnellement ou sexuellement de la victime. Au fil du temps, ces épisodes d’abus ont tendance à durer plus longtemps et à devenir plus graves.
  • Phase de lune de miel: Après l’agression, l’agresseur peut éprouver des remords ou tenter de regagner la confiance et l’affection de la victime. Certaines victimes idéalisent leurs agresseurs pendant cette période. Certains abuseurs peuvent également justifier leur abus pendant la période de lune de miel.

Les effets secondaires et les complications

femme anxieuse

Les personnes atteintes du syndrome de la femme battue peuvent avoir du mal à quitter leur agresseur. Ils peuvent subir des blessures durables, y compris des dommages aux organes, des os brisés et des dents perdues. Certains souffrent de blessures mortelles.

Même lorsque les gens survivent à la violence et quittent les relations abusives, le syndrome de la femme battue peut entraîner des complications durables, notamment:

  • estime de soi réduite
  • TSPT à long terme
  • incapacité de longue durée ou problèmes de santé liés à la violence physique
  • sentiments de culpabilité et de honte

Traitement pour TSPT

Les femmes atteintes du syndrome de la femme battue ou du SSPT ont besoin d’aide pour sortir d’une relation abusive. Cela peut inclure un soutien financier puisque de nombreuses femmes dépendent de leurs agresseurs.

Quitter une relation abusive peut également avoir des conséquences juridiques, de sorte que certaines organisations offrent un soutien juridique gratuit pour abuser des survivants, en particulier s’il y a des enfants impliqués.

Une fois la situation de vie stabilisée, ils auront besoin d’aide pour faire face aux séquelles émotionnelles et physiques de la violence. Le traitement peut inclure:

  • apprendre le syndrome de la femme battue et comment cela affecte l’estime de soi
  • psychothérapie pour faire face aux conséquences émotionnelles de l’abus
  • soins médicaux pour traiter les effets physiques de l’abus
  • médicaments pour gérer la dépression, l’anxiété, l’insomnie et d’autres symptômes
  • rejoindre un groupe de soutien
  • thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

Obtenir de l’aide

Laisser une relation abusive peut être difficile à faire pour une personne seule. Cela peut aider à planifier à l’avance en demandant le soutien de proches, en économisant de l’argent et en consultant un avocat.

Les victimes d’abus devraient également avoir un plan d’urgence, y compris un plan sur la façon de protéger leurs enfants.

Les personnes qui quittent une relation abusive peuvent avoir besoin d’aller dans un refuge.Les refuges peuvent relier les survivants à l’aide juridique et autre, ainsi que fournir une sécurité immédiate.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux maintient une liste complète des ressources État par État pour les victimes de violence.

La ligne téléphonique nationale de lutte contre la violence domestique offre une aide en ligne et par téléphone, ainsi qu’un accès aux ressources locales. Appelez le 1-800-799-7233 pour une assistance immédiate.

Les personnes en danger immédiat doivent appeler le 911 ou le numéro des services d’urgence dans leur pays.

À emporter

Le syndrome de la femme battue peut se développer quand une personne fait face à la violence chronique; habituellement avec quelqu’un avec qui ils vivent ou passent beaucoup de temps avec.

Certaines personnes atteintes du syndrome de la femme battue se sentent coupables ou honteuses lorsqu’elles retournent à une relation abusive. Ils peuvent également s’inquiéter qu’ils ont fait quelque chose pour mériter l’abus, ou que les gens les jugeront pour ne pas chercher de l’aide plus tôt.

Le survivant moyen d’abus laisse une relation de 6 à 8 fois avant de pouvoir partir pour de bon.

Il est possible de quitter une relation abusive en toute sécurité, et de nombreuses organisations sont là pour vous aider. Chercher le soutien d’amis et de proches peut aussi aider une personne à quitter une relation abusive.

Les organisations qui peuvent aider comprennent:

  • La ligne nationale d’information sur la violence domestique
  • La Coalition nationale contre la violence domestique (NCADV)

Toute personne qui subit un abus domestique ou qui connaît quelqu’un qui l’est devrait demander de l’aide le plus tôt possible.

Like this post? Please share to your friends: