Les cigarettes électroniques sont-elles mauvaises pour le cœur? L’étude éclaire

La sécurité des cigarettes électroniques est un sujet largement débattu. Les dernières recherches démontrent que chez les personnes qui ne fument pas, elles peuvent modifier la variabilité de la fréquence cardiaque, ce qui est un indicateur de l’augmentation des niveaux d’adrénaline.

Vape stylo e-cigarette bouchent

Introduites en 2007, les cigarettes électroniques (cigarettes électroniques) sont maintenant «le produit du tabac qui augmente le plus rapidement aux États-Unis».

Il y a peu de doute que ces dispositifs fournissent moins de cancérigènes à l’utilisateur, mais, parce qu’ils contiennent souvent de la nicotine, les conversations concernant leur sécurité sont en cours.

D’une part, les cigarettes électroniques offrent une option relativement sûre pour les personnes dépendantes à la nicotine. D’un autre côté, ils sont perçus par certains comme une nouvelle voie vers la dépendance aux problèmes de santé.

La recherche publiée cette semaine dans les enquêtes sur les implications potentielles sur la santé cardiaque des non-fumeurs utilisant des cigarettes électroniques à base de nicotine.

L’auteur de l’étude principale, le Dr Holly Middlekauff, de l’Université de Californie à Los Angeles, a déclaré: «Alors que les cigarettes électroniques offrent généralement moins de carcinogènes que le goudron de la fumée de cigarette, elles libèrent habituellement de la nicotine.

« Beaucoup pensent que le goudron – et non la nicotine – est ce qui conduit à une augmentation des risques de cancer et de crise cardiaque.Alors, nous avons posé la question: les cigarettes électroniques sont-elles sûres? »

E-cigarettes et la réponse sympathique

La nicotine n’est pas cancérogène, mais c’est toujours un médicament. C’est un sympathomimétique, qui est un composé qui imite le système nerveux sympathique, augmentant les niveaux d’adreline dans la circulation et augmentant le rythme cardiaque et la pression artérielle. Ce sont des changements physiologiques associés à la réponse «combat ou fuite».

C’est cette activation du système nerveux sympathique et l’afflux d’adrénaline qui inquiètent certains chercheurs médicaux. Ces types d’actions sont, à long terme, liés à un risque cardiovasculaire accru.

L’activité nerveuse sympathique cardiaque peut être mesurée de manière non invasive en utilisant un moniteur cardiaque pour détecter la variabilité de la fréquence cardiaque (VRC), qui est la variabilité de la durée entre les battements cardiaques. Cette mesure peut être utilisée comme un prédicteur de maladie cardiovasculaire; un VRC plus faible augmente le risque.

Cette augmentation de l’activité nerveuse sympathique cardiaque et son augmentation associée de l’adrénaline circulante, combinée à un manque de données à long terme sur les cigarettes électroniques, suscite des inquiétudes quant à leur sécurité globale.

Dans d’autres recherches, l’équipe du Dr Middlekauff a montré que l’utilisation chronique d’e-cigarette contribuait à l’augmentation de l’activité nerveuse sympathique cardiaque au repos.

La présente étude visait à déterminer si cet effet pouvait être observé dans l’utilisation aiguë ou à court terme des cigarettes électroniques, et si cela était dû à la présence de nicotine ou d’autres ingrédients dans les appareils – comme le propylène glycol et la glycérine végétale .

E-cigarettes, nicotine et risque cardiaque

Au total, 33 volontaires en bonne santé – dont aucun ne fume de cigarettes ou de cigarettes électroniques – ont participé à l’étude. Chaque participant, à des jours différents, a fumé une e-cigarette avec de la nicotine, une cigarette sans nicotine, et une fausse cigarette électronique (vide).

Selon les auteurs de l’étude, il s’agit de la première étude de ce type à séparer ainsi la nicotine des composants non nicotiniques des cigarettes électroniques.

Pour chaque individu, le VRC a été mesuré. Un échantillon de sang a également été prélevé pour évaluer le stress oxydatif en mesurant les niveaux d’une enzyme appelée paraoxonase plasmatique.

Après analyse, l’équipe a constaté que le VRC était significativement altéré lorsque les individus utilisaient la cigarette électronique à la nicotine, mais pas dans les conditions autres que la nicotine et les simulacres. Cependant, ils n’ont observé aucune différence significative dans les marqueurs du stress oxydatif.

Dr Middlekauff explique comment les résultats ajoutent à l’ensemble des preuves contre la nicotine comme médicament sûr. « Bien qu’il soit rassurant de constater que les composants autres que la nicotine n’ont pas d’effet évident sur les niveaux d’adrénaline au cœur », dit-elle, « ces résultats remettent en question le concept selon lequel la nicotine inhalée est bénigne ou sans danger ».

Elle dit: «Notre étude a montré que l’utilisation aiguë de la cigarette électronique avec de la nicotine augmente les niveaux d’adrénaline cardiaque et qu’elle est associée au risque cardiaque accru chez les patients ayant une maladie cardiaque connue, et même chez les patients sans maladie cardiaque connue. « 

Limites et recherches futures

L’étude a des limites; il n’a inclus qu’un petit nombre de participants et n’a étudié qu’un des milliers de fluides d’e-cigarette. Pour cette raison, les auteurs sont désireux d’étendre leurs conclusions.

« Je pense que le simple fait de voir ce modèle est très préoccupant et décourage, espérons-le, les non-fumeurs de prendre des cigarettes électroniques. »

Dr Holly Middlekauff

À l’avenir, les chercheurs prévoient poursuivre leurs études – l’équipe aimerait étudier cet effet chez les fumeurs habituels d’e-cigarette et examiner de plus près le rôle potentiel du stress oxydatif.

Les résultats actuels sont susceptibles d’intensifier un débat déjà intense. Le message à retenir est que les cigarettes électroniques sont moins susceptibles de causer le cancer, mais elles ne sont pas sans danger.

Like this post? Please share to your friends: