Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Les commotions causent des effets à long terme des décennies

Les dommages au cerveau causés par une commotion cérébrale peuvent durer des décennies après le traumatisme crânien d’origine, selon une étude présentée lors d’une réunion annuelle de l’AAAS (Association américaine pour l’avancement des sciences) en 2013.

La découverte est révélée au moment où 4 000 anciens joueurs de football intentent des procès alléguant que la Ligue nationale de football n’a pas réussi à les protéger des conséquences à long terme sur la santé de la commotion cérébrale.

Les commotions cérébrales entraînent une perte temporaire de la fonction cérébrale entraînant des symptômes cognitifs, physiques et émotionnels tels que confusion, vomissements, maux de tête, nausées, dépression, sommeil perturbé, sautes d’humeur et amnésie.

Cependant, même lorsque les symptômes d’une commotion cérébrale semblent avoir disparu, le cerveau n’est toujours pas à 100% normal, selon le Dr Maryse Lassonde, neuropsychologue et directrice scientifique de l’Agence de subvention de la nature et des technologies de Québec.

Le Dr Lassonde a déjà travaillé avec des membres de l’équipe de hockey des Canadiens de Montréal qui ont souffert de graves traumatismes crâniens, entreprenant des recherches sur les effets à long terme que cela peut avoir sur les athlètes.
Anatomie de commotion
Illustration d’une commotion cérébrale: Elle a effectué des tests visuels et auditifs chez les athlètes ayant subi une commotion cérébrale, ainsi que des tests de la chimie de leur cerveau, pour évaluer l’étendue des dommages au cerveau après un coup sévère.

Les résultats indiquent qu’il y a une activité anormale des ondes cérébrales pendant des années après une commotion cérébrale, ainsi qu’une perte partielle des voies motrices, ce qui peut entraîner des problèmes d’attention importants.

Ses résultats pourraient avoir un impact considérable sur la réglementation des sports professionnels et le traitement des joueurs qui souffrent de traumatisme crânien. Il souligne également la nécessité de prévenir la violence et l’agression dans les sports professionnels.

Les athlètes plus âgés qui ont souffert d’une commotion cérébrale ont des symptômes semblables à ceux de la maladie de Parkinson.

Chez les athlètes plus âgés, les effets persistants de la commotion cérébrale sont encore plus marqués.

Une étude récente a comparé des athlètes en bonne santé à ceux du même âge qui ont souffert d’une commotion cérébrale il y a 30 ans. Les résultats ont montré que ceux qui ont subi un traumatisme crânien présentaient des symptômes similaires à ceux de la maladie de Parkinson au début – ainsi que des troubles de la mémoire et de l’attention.

En outre, d’autres tests ont révélé que les athlètes plus âgés qui avaient souffert d’une commotion cérébrale subissaient un amincissement du cortex dans la même partie du cerveau que la maladie d’Alzheimer.

Lassonde a ajouté:

« Cela vous dit que les commotions cérébrales entraînent d’abord des problèmes d’attention, que l’on peut observer avec des techniques sophistiquées telles que l’EEG, ce qui peut aussi entraîner des problèmes moteurs chez les jeunes athlètes.
Les athlètes qui reviennent trop rapidement à la suite d’une commotion cérébrale et en subissent une autre courent un risque extrêmement élevé de lésions cérébrales graves.

Lassonde a conclu:

«Si un enfant ou un joueur est victime d’une commotion cérébrale, il doit cesser de jouer ou de faire de l’exercice mental jusqu’à ce que ses symptômes diminuent, les commotions cérébrales ne doivent pas être prises à la légère. ne vieillit pas prématurément en termes de cognition. « 
Une percée récente dans la détection de la pathologie cérébrale liée à ces blessures a été développée par des chercheurs de l’UCLA, qui ont réussi à identifier des protéines tau anormales chez des joueurs retraités de la NFL en utilisant un outil d’imagerie cérébrale associé à la maladie d’Alzheimer. Auparavant, la seule façon d’identifier la protéine était par une autopsie.

Écrit par Joseph Nordqvist

Like this post? Please share to your friends: