Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Les oméga-3 dérivés du poisson sont les meilleurs pour prévenir le cancer du sein

En ce qui concerne la prévention du cancer du sein, des études ont montré que l’augmentation de la consommation d’acides gras oméga-3 peut aider. Une nouvelle recherche, cependant, indique que certains types d’oméga-3 peuvent être plus efficaces que d’autres.

saumon frais

Des scientifiques de l’Université de Guelph en Ontario, au Canada, ont révélé que les acides gras oméga-3 dérivés de l’huile de poisson peuvent être environ huit fois plus efficaces pour stopper le développement de tumeurs cancéreuses du sein agressives que ceux provenant de sources végétales.

Le co-auteur de l’étude, le professeur David Ma, qui travaille actuellement au département de la santé humaine et des sciences de la nutrition de l’Université de Guelph, et ses collègues ont récemment rapporté leurs résultats dans le.

Après le cancer de la peau, le cancer du sein est le cancer le plus courant chez les femmes aux États-Unis. Il est prévu qu’environ 266.120 nouveaux cas de cancer du sein invasif seront diagnostiqués aux États-Unis cette année, et environ 40.920 femmes mourront de la maladie.

L’un des types de cancer du sein les plus agressifs est le cancer du sein HER2-positif, dans lequel les tumeurs du sein contiennent des niveaux accrus de la protéine HER2 (récepteur du facteur de croissance épidermique humain) qui favorise la croissance des cellules cancéreuses du sein.

Environ 25% des cancers du sein sont HER2-positifs.

Des recherches antérieures ont montré que les acides gras oméga-3 peuvent freiner le développement du cancer du sein, mais certains types d’oméga-3 sont-ils plus efficaces que d’autres? Le professeur Ma et ses collègues voulaient savoir.

EPA, DHA meilleur pour réduire la croissance tumorale

Il existe deux types d’acides gras oméga-3 dans l’huile de poisson: l’un est l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’autre est l’acide docosahexaénoïque (DHA). Le troisième type d’oméga-3 est l’acide a-linolénique (ALA) à base de plantes que l’on trouve dans le soja, l’huile de canola et la graine de lin.

Pour leur étude, le professeur Ma et ses collègues ont comparé les effets de ces trois types d’oméga-3 sur le développement de tumeurs mammaires chez des souris élevées pour développer un cancer du sein HER2-positif.

« Cette étude est la première à comparer la puissance anti-cancéreuse des oméga-3 dérivés des plantes et des océans sur le développement des tumeurs mammaires », explique le professeur Ma. « Il existe des preuves que les deux oméga-3 provenant de plantes et de sources marines protègent contre le cancer et nous voulions déterminer quelle forme est plus efficace. »

Chaque souris a été exposée à l’un des trois différents oméga-3 avant la naissance, ce qui a permis aux chercheurs d’avoir une meilleure idée de la façon dont les acides gras influencent le développement de la tumeur.

L’équipe a constaté que les souris exposées aux acides gras oméga-3 EPA et DHA dérivés de l’huile de poisson ont connu une réduction de 60 à 70 pour cent de la taille de la tumeur, ainsi qu’une diminution de 30 pour cent du nombre de tumeurs mammaires.

Les mêmes doses d’ALA à base de plantes n’ont pas eu le même impact contre les tumeurs du cancer du sein que l’EPA et le DHA. Pour obtenir le même effet, les souris ont dû être exposées à des doses beaucoup plus élevées d’ALA.

Dans l’ensemble, l’équipe a constaté que l’EPA et le DHA étaient huit fois plus efficaces pour prévenir le développement de tumeurs du cancer du sein que l’ALA.

Mangez deux à trois portions de poisson par semaine

Le professeur Ma et son équipe expliquent que les acides gras oméga-3 peuvent prévenir le développement du cancer en activant des gènes spécifiques qui aident la fonction du système immunitaire, ce qui inhibe les voies responsables de la croissance tumorale.

Sur la base de leurs résultats, les chercheurs suggèrent que l’EPA et le DHA sont les meilleurs acides gras oméga-3 pour cet effet protecteur.

Qui plus est, les doses utilisées dans leur étude suggèrent que les femmes pourraient récolter les fruits de l’EPA et du DHA en consommant deux à trois portions de poisson gras – comme le saumon, le thon et la truite – par semaine.

« En Amérique du Nord, nous ne recevons pas assez d’oméga-3 provenant des produits de la mer, donc il y a une opportunité d’améliorer notre alimentation et d’aider à prévenir le risque de cancer du sein. »

Prof. David Ma

Le professeur Ma ajoute que les œufs et les suppléments d’huile de poisson sont aussi de bonnes sources de DHA.

Dans de futures recherches, l’équipe prévoit d’étudier comment les trois acides gras oméga-3 affectent le développement d’autres types de cancer du sein.

« En voyant les avantages significatifs que peuvent avoir les oméga-3 dans la lutte contre une forme très agressive du cancer du sein », explique le professeur Ma, « les oméga-3 seront probablement bénéfiques pour d’autres types de cancer ».

Like this post? Please share to your friends: