Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Les personnes à visage large peuvent avoir une libido plus élevée

Une nouvelle recherche publiée dans la revue suggère que la taille et la forme de votre visage peuvent prédire votre désir sexuel et la probabilité que vous trompiez votre partenaire.

le visage de la femme sous les couvertures

Récemment, des chercheurs en comportement et en psychologie se sont intéressés à la morphologie faciale, c’est-à-dire à la façon dont la forme du visage humain peut être corrélée avec certaines attitudes, certains comportements et certains traits de personnalité.

Par exemple, certaines études ont suggéré que chez les hommes, un ratio largeur / hauteur du visage élevé (FWHR) peut signaler une agressivité, un comportement contraire à l’éthique et même une psychopathie.

Une nouvelle recherche – dirigée par Steven Arnocky, de l’Université Nipissing en Ontario, Canada – examine le rôle du FWHR des hommes et des femmes dans les relations sexuelles, l’infidélité et la sélection des partenaires.

Le FWHR élevé prédit la libido et l’infidélité

La recherche rapporte les résultats de deux études distinctes. Dans la première, Arnocky et ses collègues ont examiné 145 étudiants de premier cycle d’origine caucasienne, dont 48% étaient des hommes.

Les étudiants étaient dans des relations hétérosexuelles romantiques au moment de l’étude. Ils ont rempli des questionnaires sur leur comportement sexuel et leur désir sexuel, et ils ont également fourni une photo de leur visage.

Les chercheurs ont pris des mesures des visages des participants, et les évaluateurs indépendants ont examiné leur FWHR en mesurant la largeur du visage et en le divisant par la hauteur de la face supérieure.

Des analyses de régression multiple ont été effectuées, qui ont révélé une forte corrélation positive entre FWHR et la libido chez les hommes et les femmes.

Ensuite, les chercheurs ont effectué une deuxième étude, plus grande, afin de voir si oui ou non ils pourraient reproduire les résultats dans un échantillon plus large.

Ainsi, 314 participants ont rempli des questionnaires similaires et fourni une photo de leur visage. De plus, l’équipe a ajouté les variables de «sociosexualité» et d ‘«infidélité intentionnelle» au mélange.

Comme l’expliquent les auteurs, «l’orientation sociosexuelle est considérée comme une orientation fondée sur les traits vers la sexualité qui varie entre restreinte et illimitée».

Les personnes avec une orientation restreinte ont tendance à être mal à l’aise avec la pensée de sexe occasionnel ou de sexe en dehors d’un couple monogame établi.

Les chercheurs ont également ajouté la prédisposition à l’accouplement par paires, ou «infidélité anticipée», comme une variable pour voir si elle est en corrélation avec la taille et la forme du visage.

Les chercheurs ont cherché des différences potentielles entre les sexes à travers les résultats.

Comme dans la première étude, la seconde a également trouvé que FWHR prédisait la libido chez les deux sexes. Les hommes et les femmes ayant un FWHR plus élevé – ce qui signifie que leurs visages sont plus courts, plus larges et plus carrés – ont rapporté une plus grande libido.

En ce qui concerne l’infidélité et la sociosexualité anticipées, les résultats de l’étude ont révélé une corrélation entre le FWHR élevé et ces variables exclusivement chez les hommes. En d’autres termes, les hommes aux visages larges et carrés peuvent être plus enclins à l’infidélité et sont plus à l’aise avec l’idée du sexe occasionnel.

« Ensemble, ces résultats suggèrent que les caractéristiques faciales pourraient transmettre des informations importantes sur les motivations sexuelles humaines », explique Arnocky.

Points forts, limites et recherches futures

À la connaissance des auteurs, c’est la première fois que la recherche relie le FWHR humain à la libido et à la psychologie sexuelle.

Bien que l’étude soit purement observationnelle et ne peut pas expliquer la causalité, les chercheurs pointent vers la testostérone comme un facteur qui peut être responsable des résultats.

L’équipe note également certaines limites de l’étude. Premièrement, l’échantillon de population était assez limité. Les scientifiques ont choisi des étudiants universitaires en supposant que l’intérêt sexuel est élevé au début de l’âge adulte, mais cette hypothèse est discutable.

Les études futures devraient donc viser à examiner si les résultats seraient les mêmes à l’adolescence ou à l’âge adulte.

Deuxièmement, les auteurs admettent que la mesure de l’infidélité est assez limitée. Seuls deux éléments du questionnaire traitaient de ce problème.

Enfin, les auteurs suggèrent que les recherches futures devraient tenir compte d’autres facteurs qui peuvent influencer le comportement sexuel, tels que les croyances conservatrices sur le sexe ou la passivité sexuelle.

Like this post? Please share to your friends: