Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Les végétariens ont moins de cancers mais un risque plus élevé de cancer colorectal, étude

Des chercheurs britanniques ont trouvé que les végétariens avaient un taux global de cancer inférieur à celui des mangeurs de viande, mais contrairement aux suggestions d’autres études, ils ont trouvé un taux plus élevé de cancer colorectal chez les végétariens que chez les mangeurs de viande.

L’étude a été réalisée par des chercheurs travaillant sur l’enquête prospective européenne sur le cancer et la nutrition-Oxford (EPIC-Oxford) et les conclusions ont été publiées dans le numéro en ligne de l’American Journal of Clinical Nutrition le 11 mars.

Dans leurs informations de base, l’auteur principal Tim Key, un épidémiologiste du Cancer Research UK basé à l’Université d’Oxford, et ses collègues ont écrit que peu d’études prospectives (où des groupes de personnes sont suivis sur une période de temps) ont examiné les taux de cancer chez les végétariens Bien que la recommandation «5 par jour» vise à réduire le risque de cancer et d’autres maladies, ils ont décidé d’examiner les taux d’incidence globale et individuelle chez les végétariens et les non-végétariens.

Pour l’étude, ils ont examiné les données EPIC sur 63 550 hommes et femmes âgés de 20 à 89 recrutés dans tout le Royaume-Uni au cours des années 1990. Ils ont obtenu les chiffres de cancérologie des registres nationaux du cancer.

Les résultats ont montré que:

  • Le taux d’incidence standardisé pour tous les cancers pour tous les participants était de 72% (c’est-à-dire inférieur à la population générale).
  • Comparativement aux mangeurs de viande de la cohorte, et après ajustement en fonction de l’âge, du sexe et du statut tabagique, les végétariens de la cohorte ont présenté un taux d’incidence de 11% plus faible de tous les cancers.
  • Cependant, pour le cancer colorectal, les végétariens ont montré un taux d’incidence de 39 pour cent plus élevé que celui des mangeurs de viande.

Les auteurs ont conclu que:

« Les taux globaux d’incidence du cancer des végétariens et des non-végétariens dans cette étude sont faibles par rapport aux taux nationaux. »

« Dans l’étude, l’incidence de tous les cancers combinés était plus faible chez les végétariens que chez les mangeurs de viande, mais l’incidence du cancer colorectal était plus élevée chez les végétariens que chez les mangeurs de viande », ont-ils ajouté.

Les chercheurs ont déclaré que leurs résultats ont souligné le besoin de plus de recherche dans ce domaine, en particulier compte tenu de la constatation plutôt surprenante sur les taux élevés de cancer colorectal chez les non-mangeurs de viande.

La viande rouge a été associée à des taux plus élevés de cancer colorectal.

Key a déclaré à la presse que les résultats étaient intéressants et suggèrent qu’il pourrait y avoir une certaine réduction des cancers chez les végétariens et les mangeurs de poisson et nous devons y être attentifs, selon un rapport de la BBC.

Key a dit qu’il était nécessaire d’examiner de plus près la façon dont la viande s’intègre, parce que leurs résultats ne corroboraient pas le point de vue selon lequel les végétariens devraient réduire les taux de cancer colorectal.

Il a expliqué qu’il était très difficile de faire des études sur les liens entre l’alimentation et le cancer.

Il est possible que les personnes de cette étude ne soient pas nécessairement représentatives de l’ensemble de la population (comme le suggérait la première conclusion), car la plupart d’entre elles ne mangeaient que des quantités modérées de viande tous les jours et la plupart La recommandation quotidienne de 5 portions de fruits et légumes par jour, un nutritionniste de premier plan a commenté à la BBC.

« Incidence du cancer chez les végétariens: résultats de l’enquête prospective européenne sur le cancer et la nutrition (EPIC-Oxford). »
Timothy J Key, Paul N Appleby, Elizabeth A Spencer, Ruth C Travis, Andrew W Roddam, et Naomi E Allen.
Un m. J. Nutrition clinique, d’abord publié en ligne le 11 mars 2009.
doi: 10.3945 / ajcn.2009.26736M

Cliquez ici pourRésumé.

Sources: Résumé de la revue, Centre médical de l’Université de Chicago, BBC.

Écrit par: Catharine Paddock, PhD

Like this post? Please share to your friends: