Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Les «voix» de la schizophrénie calmées par la stimulation magnétique

Une nouvelle étude confirme la région du cerveau impliquée dans la génération des «voix» qui se produisent dans la schizophrénie. Grâce à la stimulation magnétique transcrânienne, les chercheurs ont pu réduire la gravité de ce symptôme inquiétant.

Femme, entendre, voix

La schizophrénie est un trouble psychiatrique très perturbateur affectant environ 1,1% des adultes aux États-Unis chaque année.

Caractérisée par des troubles du comportement, cognitifs et de l’humeur, la schizophrénie est difficile à traiter. Une raison à cela est que chaque individu a des symptômes différents et répond différemment aux traitements.

L’un des symptômes les plus inquiétants pour les personnes atteintes de schizophrénie et celles qui les entourent sont les hallucinations. Ceux-ci peuvent être des hallucinations visuelles ou tactiles, mais le plus souvent, ils sont auditifs – souvent sous la forme de voix.

Les voix entendantes sont si fréquentes dans la schizophrénie qu’elles sont souvent utilisées comme «principaux indicateurs» d’un diagnostic de schizophrénie.

L’origine des voix de la schizophrénie

Les voix, ou hallucinations verbales auditives (AVH), entendues par les personnes atteintes de schizophrénie varient considérablement. Les AVH peuvent être menaçantes, confuses et difficiles à distinguer de la réalité.

Il peut y avoir une voix, ou il peut y avoir des voix concurrentes. Les voix peuvent constamment critiquer l’individu, ou elles peuvent sembler être la voix d’un parent ou d’un ami mort.

Et parce que les AVH viennent de l’esprit de l’individu, ils peuvent être incroyablement convaincants. Aussi, parce qu’il n’y a pas d’échappatoire au dialogue interne, ils peuvent être épuisants.

Récemment, une équipe de chercheurs – dirigée par le professeur Sonia Dollfus de l’Université de Caen en France – s’est lancée dans un projet visant à comprendre et potentiellement réduire la fréquence des AVH. Ils ont utilisé une technique appelée stimulation magnétique transcrânienne (TMS).

TMS est une technique non invasive qui utilise des aimants pour influencer l’activité cérébrale. C’est une procédure relativement sûre qui a été utilisée pour traiter avec succès un certain nombre de conditions, y compris la dépression qui ne répond pas aux médicaments.

TMS consiste à envoyer des impulsions d’énergie magnétique dans le cerveau, dans les mêmes quantités que celles utilisées lors d’un examen IRM. Si les impulsions sont passées à travers le crâne en succession rapide, il est appelé TMS répétitif (SMTr), qui produit des changements à plus long terme dans l’activité cérébrale.

Bien que des études antérieures aient considéré la SMTr comme un moyen potentiel d’influencer les AVH, jusqu’à présent, les conclusions ont été peu concluantes. Ce projet le plus récent, pour la première fois, a spécifiquement étudié la SMTr à haute fréquence dans un essai contrôlé.

L’équipe était particulièrement intéressée par une sous-section du lobe temporal gauche (la branche ascendante du sulcus latéral gauche et le sulcus temporal supérieur gauche), qui est impliquée dans le langage et a déjà été identifiée comme le foyer potentiel des AVH.

Utilisation de TMS contre les AVH

Au total, 59 patients atteints de schizophrénie ont participé à l’essai. Chaque participant a été interviewé avant l’étude pour déterminer le niveau de AVH qu’ils éprouvent normalement, et ils ont été évalués en utilisant l’échelle d’évaluation des hallucinations auditives normalisée.

Vingt-six d’entre eux ont reçu SMTr à haute fréquence, et le reste a reçu une procédure simulée qui imitait TMS. Le premier groupe a reçu une série d’impulsions magnétiques à haute fréquence (20 Hertz) deux fois par jour pendant 2 jours. Après 2 semaines, l’équipe a réévalué les participants.

Un nombre impressionnant de 34,6% de ceux qui ont reçu la SMTr ont présenté une réduction significative des AVH, contre 9,1% qui ont subi la procédure simulée.

« C’est le premier essai contrôlé à montrer une amélioration chez ces patients en ciblant une zone spécifique du cerveau et en utilisant le TMS à haute fréquence. »

Prof. Sonia Dollfus

Les résultats ont été présentés lors de la conférence ECNP – qui s’est tenue à Paris, en France – et seront publiés ultérieurement.

Comme l’explique le professeur Dollfus, les conclusions importantes de cette étude sont doubles. Elle a dit: «Tout d’abord, il semble que nous pouvons maintenant dire avec certitude que nous avons trouvé une zone anatomique spécifique du cerveau associée à des hallucinations verbales auditives dans la schizophrénie.

« Deuxièmement, » a-t-elle dit, « nous avons montré que le traitement par TMS à haute fréquence fait une différence pour au moins certaines personnes atteintes. »

Cette étude s’appuie sur des recherches antérieures sur les parties spécifiques du cerveau responsables de l’audition des voix. Il produit également de bonnes preuves que TMS peut être utile pour réduire ce symptôme le plus perturbateur.

Bien qu’il faille plus de recherche pour déterminer quels types de stimulation seront les plus efficaces, quelle est la durée du cours et quels patients sont les plus susceptibles de bien répondre, les résultats sont certainement encourageants.

Like this post? Please share to your friends: