Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Malfaiteur médical: Qu’est-ce que cela implique?

Une faute professionnelle médicale survient lorsqu’un professionnel de la santé ou un prestataire néglige de fournir un traitement approprié, omet de prendre les mesures appropriées ou donne un traitement de qualité inférieure qui cause un préjudice, une blessure ou la mort à un patient.

La faute professionnelle ou la négligence implique normalement une erreur médicale. Cela pourrait être dans le diagnostic, le dosage des médicaments, la gestion de la santé, le traitement ou le suivi.

La loi sur les fautes médicales permet aux patients de recouvrer la compensation de tout préjudice résultant d’un traitement de qualité inférieure.

Selon le Medical Malpractice Center, aux États-Unis, il y a entre 15 000 et 19 000 poursuites pour faute professionnelle médicale contre des médecins chaque année.

Les normes et les règlements pour les fautes médicales peuvent différer entre les pays et les États.

Qu’est-ce qu’une faute médicale?

[erreur médicale]

Un hôpital, un médecin ou un autre professionnel de la santé devrait fournir une certaine qualité de soins.

Le professionnel n’est pas responsable de tous les dommages subis par un patient.

Cependant, ils sont légalement responsables si le patient subit un préjudice ou une blessure parce que le fournisseur de soins de santé a dévié de la qualité des soins normalement attendus dans des situations similaires.

Selon les avocats de la fraude aux États-Unis, pour une faute professionnelle médicale à prendre en considération, un certain nombre de facteurs doivent être impliqués.

Ceux-ci sont:

Défaut de fournir une norme de diligence appropriée: La loi exige que les professionnels de la santé adhèrent à certaines normes ou encourent une accusation de négligence.

Une blessure résulte de la négligence: Si un patient a l’impression que le prestataire a fait preuve de négligence, mais qu’il n’y a eu ni dommage ni blessure, il ne peut y avoir de réclamation. Le patient doit prouver que la négligence a causé une blessure ou un préjudice et que, sans la négligence, cela ne serait pas arrivé.

La blessure doit avoir des conséquences dommageables: Le patient doit démontrer que la blessure ou le préjudice causé par la négligence médicale a causé des dommages considérables.

Des dommages considérables pourraient être:

  • Souffrance
  • difficulté persistante
  • douleur constante
  • perte de revenu considérable
  • invalidité

Bal (2009) déclare que pour qu’un cas de faute professionnelle soit considéré, les éléments suivants doivent être vrais:

Le patient blessé doit démontrer que le médecin a fait preuve de négligence en prodiguant des soins, et que cette négligence a causé des blessures. Pour ce faire, quatre éléments juridiques doivent être prouvés: (1) un devoir professionnel envers le patient; (2) violation de ce devoir; (3) blessure causée par la violation; et (4) les dommages résultant. Cela inclut de ne rien faire alors qu’ils auraient dû faire quelque chose. Cela peut être considéré comme un acte d’omission ou une négligence.

L’insatisfaction à l’égard du résultat du traitement n’implique pas une faute professionnelle. Ce n’est qu’une faute professionnelle lorsqu’il y a négligence et blessures et négligence cause le dommage ou la blessure.

Types d’erreurs et de malversations

Des exemples de cas où une erreur ou une négligence pourrait mener à une poursuite comprennent:

  • erreur de diagnostic ou échec du diagnostic
  • chirurgie inutile ou incorrecte
  • décharge prématurée
  • défaut de commander des tests appropriés ou d’agir sur les résultats
  • ne pas suivre
  • prescrire le mauvais dosage ou le mauvais médicament
  • laisser des choses à l’intérieur du corps du patient après la chirurgie
  • opérant sur la mauvaise partie du corps
  • le patient a une douleur persistante après la chirurgie
  • infections potentiellement mortelles acquises à l’hôpital
  • ulcères de pression ou escarres

D’autres incidents graves dans le passé ont inclus des incendies dans les hôpitaux et des patients qui se sont suicidés pendant qu’ils étaient pris en charge par le personnel de santé.

Une équipe de l’Université de l’Illinois a rapporté que les anticoagulants représentaient environ 7% de toutes les erreurs de médication chez les patients hospitalisés.

Les anticoagulants peuvent réduire le risque d’accident vasculaire cérébral et de crise cardiaque en empêchant les caillots de se développer dans les veines et les artères, mais à des doses plus élevées, ils peuvent également augmenter le risque de saignement.

En 2013, les résultats publiés indiquent que la principale cause de faute professionnelle était un mauvais diagnostic ou un diagnostic tardif.

En 2016, les scientifiques de Johns Hopkins ont suggéré que les erreurs médicales devraient être la troisième cause de décès aux États-Unis, après les maladies cardiaques et le cancer.

Cependant, on ne sait pas exactement combien de décès résultent d’une faute professionnelle.

Les mesures qui ont réduit l’incidence des infractions commises par les hôpitaux comprennent l’établissement de lignes directrices sur les meilleures pratiques et la mise en œuvre durable des règles d’hygiène des mains.

Consentement éclairé

Si le patient ne donne pas son consentement éclairé à une procédure médicale, le médecin ou le prestataire de soins de santé peut être tenu responsable si la procédure entraîne un préjudice ou une blessure, même si elle a été parfaitement réalisée.

Si un chirurgien n’informe pas le patient qu’une procédure comporte un risque de perte d’un membre de 30% et que le patient perd un membre, le médecin sera responsable, même si l’opération a été parfaitement effectuée. En effet, le patient peut avoir choisi de ne pas aller de l’avant s’il avait été informé des risques.

Qu’est-ce qu’un cas de faute professionnelle impliquer?

[médecin inquiet après une faute médicale]

Le demandeur est la personne qui se plaint. Cela peut être le patient, une personne légalement désignée qui agit au nom du patient, ou si le patient est décédé, l’exécuteur testamentaire ou l’administrateur de la succession du patient.

En termes juridiques, le demandeur est la personne qui porte plainte contre un autre devant un tribunal, la personne qui initie le procès, celui qui poursuit.

Le défendeur est la partie qui est poursuivie. Dans une poursuite pour faute professionnelle médicale, c’est le fournisseur de soins de santé. Cela pourrait être un médecin, une infirmière, un thérapeute ou tout autre fournisseur de soins médicaux. Même ceux qui «suivaient les ordres» peuvent être tenus responsables des actes de négligence.

La partie gagnante est la partie qui gagne l’affaire, que ce soit le demandeur ou le défendeur.Si le défendeur gagne l’affaire, le demandeur a perdu et ne recevra aucune compensation.

La partie perdante est la partie qui perd l’affaire.

L’enquêteur est le juge ou le jury.

Éléments essentiels pour un cas

Le demandeur doit prouver que quatre éléments existaient pour réussir une réclamation pour faute professionnelle médicale:

  • Un devoir était dû par le fournisseur de soins de santé ou l’hôpital
  • Une obligation a été violée parce que le fournisseur de soins de santé ou l’hôpital ne s’est pas conformé à la norme de soins attendue
  • La violation a causé une blessure et elle était étroitement liée à la blessure
  • Dommages considérables pour le patient, qu’ils soient physiques, émotionnels ou financiers

Le processus

Premièrement, le demandeur ou son représentant légal doit déposer une plainte devant un tribunal.

[formulaire de faute professionnelle médicale]

Avant le début du procès, le demandeur et le défendeur doivent partager l’information par la découverte. Cela peut inclure des demandes de documents, de dépositions et de demandes de renseignements.

Les parties peuvent régler à l’amiable, si elles parviennent à un accord. Dans ce cas, l’affaire ne passera pas en procès. S’ils ne sont pas d’accord, le procès se poursuivra.

Le demandeur doit prouver de façon convaincante que le défendeur a été négligent.

Dans la plupart des procès, le défendeur et le demandeur présentent des experts pour expliquer quelle norme de diligence était requise.

L’enquêteur doit alors examiner toutes les preuves et décider quelle partie est la plus crédible.

Un verdict sera donné par l’enquêteur pour la partie gagnante. En d’autres termes, le juge décidera qui gagne. Si c’est le demandeur, le juge décidera alors des dommages-intérêts.

La partie perdante peut demander un nouveau procès.

Dans certains tribunaux, si le demandeur veut un règlement plus important, il peut demander un supplément, ce qui signifie demander une évaluation des dommages-intérêts et accorder un montant plus élevé.

Si le défendeur est insatisfait d’un jugement important, il peut demander une remise, ce qui signifie qu’il demande au tribunal de réduire le montant des dommages.

Chaque partie peut interjeter appel du jugement.

Quel genre de dommages le demandeur peut-il obtenir?

Le demandeur peut se voir accorder des dommages-intérêts compensatoires et punitifs.

Les dommages-intérêts compensatoires peuvent inclure des dommages économiques, y compris la perte de capacité de gain, les frais de subsistance et les frais médicaux. Habituellement, les pertes passées et futures sont évaluées.

Les dommages compensatoires peuvent également inclure des dommages non économiques, qui évaluent la blessure elle-même, les dommages psychologiques et physiques, comme la perte de la vue ou des jambes, la douleur extrême et la détresse émotionnelle.

Les dommages-intérêts punitifs ne sont accordés que si le défendeur est reconnu coupable d’inconduite malveillante ou volontaire. Les dommages-intérêts punitifs sont une forme de punition. C’est une compensation en plus des dommages réels.

Les procès ont tendance à être coûteux, chronophage et stressant. Toute personne qui envisage de lancer une action en justice devrait peser les avantages et les inconvénients possibles avant d’agir.

Si la blessure est mineure, le patient peut dépenser plus sur la poursuite que l’argent éventuel, ils vont récupérer.

Like this post? Please share to your friends: