Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

OCD lié à l’inflammation dans le cerveau

Le trouble obsessionnel-compulsif est une affection intrusive qui reste difficile à traiter. Cela est dû, en partie, aux causes derrière le trouble restant caché. Des recherches récentes, cependant, pointent du doigt l’inflammation cérébrale.

Femme se laver les mains OCD

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est caractérisé par des obsessions et des compulsions incontrôlables. Les personnes atteintes de TOC peuvent éprouver des pensées intrusives qui produisent de l’anxiété ou un besoin de répéter certaines actions pour soulager l’anxiété refoulée.

Obsessions communes dans OCD tournent autour de la propreté, des tabous sexuels, des pensées agressives et de la symétrie.

Affectant environ 1% des personnes aux États-Unis, environ la moitié des cas de TOC sont classés comme graves.

Le TOC est généralement traité avec des thérapies parlantes – en particulier, un type de thérapie cognitivo-comportementale appelée prévention de l’exposition et de la réponse est recommandé. Il existe également des médicaments disponibles, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine étant les plus couramment prescrits. Actuellement, cependant, les thérapies ne fonctionnent que pour environ 70% des personnes affectées par le TOC.

L’un des plus grands obstacles à la recherche de bons traitements est que les causes physiques du TOC ne sont pas connues.

Inflammation et OCD

Les recherches de dernière heure publiées cette semaine portent sur le rôle de l’inflammation cérébrale dans les TOC. L’auteur principal de l’étude est le Dr Jeffrey Meyer, chef du programme Neuroimaging dans Mood & Anxiety au Centre de toxicomanie et de santé mentale à Toronto, Canada.

L’inflammation est un processus naturel; c’est un composant normal de la réponse immunitaire et une réaction standard à la blessure. Cependant, si le niveau d’inflammation est inapproprié ou persiste trop longtemps, cela peut avoir des conséquences négatives. Par exemple, dans un certain nombre de maladies, y compris la polyarthrite rhumatoïde et l’athérosclérose, l’inflammation est fortement impliquée.

La preuve croissante suggère que certaines conditions psychiatriques peuvent impliquer la neuroinflammation, dont certaines incluent le trouble dépressif majeur, la schizophrénie et bipolaire.

Le Dr Meyer et son équipe ont tenté de comprendre si l’inflammation dans le cerveau pouvait jouer un rôle dans le développement du TOC. À cette fin, ils ont recruté 40 participants, dont 20 avec OCD et 20 sans. Chacun a été scanné en utilisant la tomographie par émission de positons qui avait été adaptée pour localiser et mesurer l’inflammation dans le cerveau.

Plus précisément, les chercheurs ont pu sélectivement colorer les microglies, des cellules qui agissent comme la défense immunitaire la plus importante du système nerveux et qui sont activées durant l’inflammation. Les chercheurs ont mesuré les niveaux de microglie dans six régions du cerveau connues pour être importantes dans le TOC, y compris le cortex orbitofrontal et le cortex cingulaire antérieur.

Les résultats étaient clairs: dans les régions du cerveau associées au trouble obsessionnel-compulsif, les personnes souffrant du trouble présentaient une inflammation de 32% supérieure à celle des personnes non atteintes.

« Cette découverte représente l’une des plus grandes percées dans la compréhension de la biologie du trouble obsessionnel-compulsif, et peut conduire à la mise au point de nouveaux traitements. »

Dr. Jeffrey Meyer

De l’inflammation au traitement

Une autre découverte intéressante était que les individus qui ont signalé les plus hauts niveaux de stress en essayant de s’empêcher d’agir sur les compulsions avaient aussi les plus hauts niveaux d’inflammation dans une région du cerveau particulière.

Comme de nombreuses maladies impliquent une inflammation, il existe déjà une gamme de médicaments conçus pour y faire face. Parce que ces médicaments existent déjà sur le marché, il peut être une piste de recherche fructueuse dans la recherche de traitements plus efficaces pour le trouble obsessionnel-compulsif.

« Les médicaments développés pour cibler l’inflammation cérébrale dans d’autres troubles pourraient être utiles dans le traitement des troubles obsessionnels compulsifs », explique le Dr Meyer. « Il faut travailler pour découvrir les facteurs spécifiques qui contribuent à l’inflammation cérébrale, mais trouver un moyen de réduire les effets nocifs de l’inflammation et d’augmenter ses effets bénéfiques pourrait nous permettre de développer un nouveau traitement beaucoup plus rapidement. »

Des études sont actuellement en cours pour examiner la possibilité de concevoir un test de marquage sanguin permettant de distinguer les patients qui bénéficieraient le plus des médicaments anti-inflammatoires.

Bien que plus de recherches soient nécessaires, cette découverte pourrait marquer une avancée significative dans la compréhension et le traitement du trouble obsessionnel-compulsif.

Apprenez comment certaines mutations génétiques peuvent causer des comportements semblables à ceux d’un trouble obsessionnel-compulsif.

Like this post? Please share to your friends: