Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Parkinson: Cibler un nouveau composé ralentit la maladie chez le rat

Une nouvelle étude révèle que l’acroléine, un sous-produit du stress oxydatif, est la clé de la progression de la maladie de Parkinson. Ciblant le composé a été trouvé pour ralentir la condition chez les rats – une découverte qui pourrait bientôt conduire à de nouveaux médicaments pour la maladie.

neurones dopaminergiques

La maladie de Parkinson touche environ 500 000 personnes aux États-Unis, 50 000 nouveaux cas étant diagnostiqués chaque année.

La condition est neurodégénérative, ce qui signifie que les neurones dans une zone du cerveau liée à la motricité et le contrôle du mouvement se détériorent progressivement et meurent.

Ces cellules du cerveau produiraient normalement de la dopamine, qui est une clé de neurotransmetteur pour réguler les mouvements complexes et contrôler l’humeur.

Bien que les thérapies actuelles pour la maladie de Parkinson impliquent des médicaments tels que la lévodopa, que le cerveau peut utiliser pour créer de la dopamine, la raison pour laquelle les neurones dopaminergiques meurent en premier lieu reste inconnue.

Donc, maintenant, une équipe de chercheurs dirigée par deux professeurs de l’Université Purdue à West Lafayette, IN, a étudié l’hypothèse qu’un produit de stress oxydatif pourrait être un acteur clé dans cette mort cellulaire et le développement de la maladie.

Le stress oxydatif se produit lorsque les radicaux d’oxygène sont produits en excès, un processus qui entraîne une série d’effets dommageables, tels qu’une toxicité accrue et des dommages à notre ADN.

Riyi Shi et Jean-Christophe Rochet, tous deux professeurs à l’Institut Purdue pour la neuroscience intégrative et à l’Institut Purdue pour la découverte de médicaments, ont dirigé conjointement la recherche, dont les résultats ont été publiés dans la revue

Étudier l’acroléine chez le rat

Profs. Shi, Rochet et ses collègues ont utilisé un modèle de rats génétiquement modifiés pour induire des symptômes de type Parkinson et étudier le comportement de leurs cellules dopaminergiques, in vitro et in vivo.

Les chercheurs ont découvert que le composé appelé acroléine a tendance à s’accumuler dans le tissu cérébral des rats atteints de la maladie de Parkinson.

L’acroléine, comme l’expliquent les chercheurs, est un sous-produit toxique du cerveau qui brûle les graisses pour l’énergie. Le composé est normalement rejeté du corps.

Fait intéressant, cependant, l’étude a révélé que l’acroléine augmente les niveaux d’alpha-synucléine. C’est la protéine clumpy qui est censée tuer les neurones produisant de la dopamine parce qu’elle s’accumule en quantités inhabituelles dans les cellules de cerveau de ceux avec la démence de corps de Parkinson ou de corps de Lewy.

De plus, l’injection d’acroléine chez des rats sains a produit des déficits comportementaux typiques de la maladie de Parkinson. Ensuite, les chercheurs ont voulu voir si le ciblage de ce composé empêcherait la maladie de progresser.

Le blocage de l’acroléine ralentit la maladie de Parkinson

À cette fin, l’équipe a mené des expériences à la fois dans des cultures cellulaires et chez les animaux, en évaluant leur anatomie et la fonctionnalité de leur comportement.

Ils se sont tournés vers hydralazine, un médicament utilisé pour traiter la pression artérielle. Comme l’explique le professeur Shi, l’hydralazine est également un «composé qui peut se lier à l’acroléine et l’éliminer du corps».

Fait remarquable, les scientifiques ont découvert que l’inhibition de l’acroléine par l’hydralazine atténuait les symptômes ressemblant à ceux de Parkinson chez les rats, comme le rapporte l’auteur principal de l’étude.

« L’acroléine est une nouvelle cible thérapeutique, c’est donc la première fois qu’un modèle animal montre que si vous abaissez le taux d’acroléine, vous pouvez ralentir la progression de la maladie […]. »

Prof Riyi Shi

« C’est très excitant », dit-il. « Nous travaillons sur cela depuis plus de 10 ans. »

«Nous avons montré que l’acroléine ne sert pas seulement de spectateur dans la maladie de Parkinson, mais joue un rôle direct dans la mort des neurones», ajoute le professeur Rochet.

Les rats contre les humains: vers de nouveaux médicaments

Le professeur Rochet avertit que, bien que prometteur, trouver un médicament qui arrête la maladie chez les rats est encore loin de trouver un composé équivalent chez les humains.

«Au cours des décennies de recherche, nous avons trouvé plusieurs moyens de guérir la maladie de Parkinson dans les études précliniques sur les animaux», dit-il, «mais nous n’avons toujours pas de traitement de la maladie qui arrête la neurodégénérescence sous-humaine.

« Mais cette découverte nous amène plus loin dans le pipeline de la découverte de médicaments, et il est possible qu’une thérapie médicamenteuse puisse être développée sur la base de cette information », ajoute le professeur Rochet.

Bien que l’hydralazine soit déjà utilisée et que nous sachions qu’elle n’a aucun effet nocif, les chercheurs affirment qu’elle ne se révélera peut-être pas le meilleur anti-parkinsonien, pour diverses raisons.

« Quoi qu’il en soit », poursuit le Pr Rochet, « ce médicament nous sert de preuve de principe pour trouver d’autres médicaments qui agissent comme un piège à l’acroléine ».

«C’est précisément pour cette raison», explique le professeur Shi, que «nous recherchons activement des médicaments supplémentaires qui peuvent soit abaisser plus efficacement l’acroléine, soit le faire avec moins d’effets secondaires».

«La clé est d’avoir un biomarqueur pour l’accumulation d’acroléine qui peut être détecté facilement, comme l’urine ou le sang», dit-il.

« L’objectif est que dans un proche avenir, nous puissions détecter cette toxine des années avant l’apparition des symptômes et initier un traitement pour repousser la maladie.Nous pourrions retarder l’apparition de cette maladie indéfiniment.C’est notre théorie et notre objectif. »

Prof Riyi Shi

Like this post? Please share to your friends: