Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Plus de visionnement télévisuel lié à un risque plus élevé de caillots sanguins dans les veines

Une étude menée auprès de plus de 15 000 personnes a révélé que ceux qui déclaraient regarder la télévision le plus souvent présentaient le plus grand risque de caillots sanguins dans leurs veines, comparativement à ceux qui regardaient rarement ou jamais la télévision.

femme regardant la télévision

Les nouveaux résultats seront présentés lors des sessions scientifiques 2017 de l’American Heart Association (AHA), qui se tiennent cette semaine à Anaheim, en Californie.

Les chercheurs ont déjà lié le temps passé à regarder la télévision à un risque de maladie cardiaque qui se développe à partir de caillots de sang dans les artères.

L’étude est significative car elle est la première à explorer le lien entre la thromboembolie veineuse – c’est-à-dire une série de conditions dans lesquelles les caillots sanguins se développent dans les veines – et l’observation de la télévision dans un grand groupe de population occidentale.

La thromboembolie veineuse (TEV) est un terme générique englobant à la fois la thrombose veineuse profonde (TVP) et l’embolie pulmonaire (EP). Bien qu’il puisse survenir à tout âge, la TEV est plus fréquente chez les personnes de 60 ans et plus.

Les TVP sont des caillots sanguins qui se forment dans les veines profondes du corps, comme dans les bras, les jambes et le bassin. Un EP se développe lorsqu’un caillot se détache et pénètre dans les artères des poumons.

La TEV est une préoccupation de santé publique majeure et croissante aux États-Unis, où elle toucherait entre 300 000 et 600 000 personnes par année. C’est l’affection vasculaire la plus fréquemment diagnostiquée, à la suite d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques.

Malgré l’exercice, l’écoute de la télévision est liée aux VTE

Pour la nouvelle étude, Mary Cushman – professeur de médecine au Larner College of Medicine de l’Université du Vermont à Burlington – et d’autres chercheurs ont utilisé les données de l’étude Atherosclerosis Risk in Communities.

Les données proviennent de 15 158 personnes âgées de 45 à 64 ans, qui étaient toutes exemptes de TEV entre 1987 et 1989 lorsqu’elles ont indiqué pour la première fois à quelle catégorie appartenait leur fréquence de télédiffusion, et qu’elles étaient «jamais ou rarement», «parfois» »ou« très souvent ». Des mises à jour sur les catégories ont été recueillies en 1993-1995 et en 2009-2011, et des événements de TEV ont également été notés au cours de la période de suivi.

Au cours d’une période de suivi de 299 767 années-personnes, au cours de laquelle 691 TEV ont été identifiées, ils ont constaté une relation dose-réponse entre la fréquence d’écoute de la télévision et le risque de développer une première TEV.

Ils ont constaté que le risque de TEV était 1,7 fois plus élevé chez les participants qui ont déclaré qu’ils regardaient la télévision «très souvent», comparativement à ceux qui ont dit qu’ils regardaient «jamais ou rarement».

Même ceux dont le niveau d’activité physique respectait les lignes directrices recommandées avaient un risque 1,8 fois plus élevé de TEV si leur téléspectation déclarée tombait dans la catégorie «très souvent», comparativement à ceux qui déclaraient «jamais ou rarement».

L’obésité était plus fréquente chez les participants qui regardaient davantage la télévision, mais l’équipe a déclaré que son analyse montrait qu’elle ne représentait que 25% du risque plus élevé de TEV.

Ils ont également constaté que le lien entre plus d’écoute de la télévision et de TEV était tout aussi important pour les TVP et les EP.

« Évitez la position assise prolongée »

En 2016, l’AHA a publié une déclaration sur les risques pour la santé de la position assise prolongée. Ses auteurs conseillent que rester assis pendant de longues périodes – même chez les personnes physiquement actives – peut augmenter le risque de diabète, de maladie cardiaque et d’autres problèmes de santé persistants.

Le professeur Cushman suggère que les gens réfléchissent à la façon dont ils pourraient continuer de bouger pour contrer les effets de l’écoute prolongée de la télévision.

«Vous pourriez mettre un tapis roulant ou un vélo stationnaire devant votre téléviseur et vous déplacer en regardant», suggère-t-elle, ajoutant: «Ou vous pouvez retarder la télévision de 30 minutes pendant que vous vous promenez.

« Regarder la télévision en elle-même n’est probablement pas mauvais, mais nous avons tendance à grignoter et à rester assis pendant de longues périodes tout en regardant. »

Prof. Mary Cushman

Like this post? Please share to your friends: