Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Pourquoi avons-nous faim?

C’est 2 heures après le petit déjeuner et je commence à ressentir ce sentiment familier de la faim, me laissant me demander: qu’est-ce qui nous donne faim?

Femme, déjeuner

La faim sert un objectif évident: elle nous dit que nous devons manger pour garder notre corps alimenté. Pourtant, la plupart d’entre nous vivons dans un monde où la nourriture est omniprésente et où les repas sont organisés autour de conventions sociales. Avons-nous vraiment besoin d’un rappel pour prendre le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner?

Apparemment oui. Alors que notre société a peut-être évolué pour nous offrir d’innombrables opportunités de manger, notre corps est avant tout soucieux de garder la machine bien huilée.

Cela signifie que nous commençons à avoir faim quand notre estomac est vide. Cependant, l’observation d’un bon goûter d’Halloween partagé au bureau peut nous tenter, même si nous n’avons pas faim sur le plan technique.

C’est parce que nos cerveaux sont à la recherche d’aliments riches en énergie, juste au cas où nous devions y aller sans plus tard.

Et le mot clé dans cette phrase est « cerveau », parce que notre matière grise est responsable de la faim.

La faim et l’estomac vide

Après un repas, nos voies gastro-intestinales se vident lentement en poussant la nourriture à travers l’estomac et le petit et gros intestin.

Des contractions spécialisées appelées le complexe moteur migrant (MMC) balaient les aliments non digérés, ce qui prend environ 130 minutes. La phase finale de la CMM est régulée par une hormone appelée motiline. Les contractions contrôlées par la motiline provoquent le grondement dans l’estomac et coïncident avec la sensation de faim chez l’homme.

Une autre hormone impliquée dans le contrôle de la faim est la ghréline. Chez la souris, la ghréline active des neurones appelés neurones d’expression du peptide agouti (AgRP) dans la région de l’hypothalamus du cerveau, ce qui nous dit que nous avons faim.

Ces neurones sont le centre de contrôle de la faim. Lorsque les neurones AgRP sont activés artificiellement chez la souris, ils se gorgent de nourriture.

Ainsi, nos cerveaux ramassent des messages de nos estomacs et nous disent qu’il est temps pour notre prochain repas, se produisant environ 2 heures après que nous ayons mangé. Mais cela n’explique pas l’attrait irrésistible d’une délicieuse collation entre les repas.

Des collations attrayantes et le cerveau

Ici, nous devons faire la différence entre la faim homéostatique, qui est liée uniquement à équilibrer nos réserves d’énergie à court terme, et la faim hédonique, qui utilise des opportunités pour recueillir de l’énergie supplémentaire. La faim hédonique est moins bien comprise que la faim homéostatique.

Lorsque nos yeux détectent quelque chose que nous avons déjà aimé manger, notre cerveau est averti.

Si nous sommes pleins, nous pourrions prendre un pluviomètre. Cependant, nos cerveaux sont câblés pour éviter de manquer d’énergie. L’offre de nourriture supplémentaire peut donc remplacer notre sentiment de plénitude et nous conduire à saisir cette délicieuse collation après tout.

Ce que nous ressentons à propos de notre précédent repas peut aussi avoir quelque chose à voir avec cela.

a récemment rapporté une étude qui a montré que les participants qui avaient l’impression qu’ils avaient mangé un petit déjeuner plus petit ont mangé un déjeuner plus important et plus de calories quotidiennes que ceux qui pensaient avoir mangé un petit déjeuner plus copieux.

La faim et la suralimentation

Ainsi, nos cerveaux contrôlent notre faim en fonction de ce que nous mangeons, que nous ayons ou non l’impression que ce que nous avons mangé est suffisant pour nous remplir, et la disponibilité de calories supplémentaires.

Ce système a peut-être fonctionné alors que les humains étaient des chasseurs-cueilleurs, mais de nos jours, il contribue à la suralimentation et à l’augmentation constante de l’obésité.

Maintenir un régime et un poids sains peut donc être une bataille entre ce que nous disons à nos cerveaux et ce que nos cerveaux nous disent. Dans cet esprit, j’ai décidé d’opter pour les friandises d’Halloween les plus saines.

Like this post? Please share to your friends: