Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Pourquoi le sommeil agité prédisait-il la maladie de Parkinson?

Le trouble du comportement du sommeil lié au mouvement rapide des yeux est associé à un risque accru de développer la maladie de Parkinson. Pour la première fois, les chercheurs démontrent que l’inflammation peut jouer un rôle clé.

Femme en détresse

Le trouble du comportement du sommeil (RBD) du mouvement oculaire rapide (REM) est lié à des rêves vifs et souvent effrayants combinés à une activité motrice nocturne. En d’autres termes, les personnes atteintes de la condition jouent leurs rêves.

Rêver se produit pendant le sommeil paradoxal. Dans cette phase de sommeil, nos corps sont effectivement paralysés et nos muscles restent détendus; Cela nous empêche de nous débattre.

Cependant, les personnes atteintes de RBD peuvent ressentir de violents mouvements des bras et des jambes et même crier pendant leurs rêves. C’est ce qu’on appelle un comportement de rêve.

Les épisodes peuvent seulement se produire de temps en temps, ou ils peuvent apparaître plusieurs fois pendant une nuit. Le RBD apparaît généralement au milieu ou tard dans la vie et a tendance à empirer avec le temps. La condition peut être angoissante et causer des blessures à l’individu et à son partenaire en sommeil.

RBD et la maladie de Parkinson

Les chercheurs ont découvert que le RBD est lié à un risque accru de développer la maladie de Parkinson plus tard dans la vie.

La condition peut précéder la maladie de Parkinson et d’autres démences d’un demi-siècle. En fait, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson développeront la maladie de Parkinson, la démence à corps de Lewy ou l’atrophie multisystématisée. Mais pourquoi cette relation existe n’est pas claire.

Récemment, des chercheurs de l’université d’Aarhus au Danemark ont ​​entrepris d’étudier cette interaction plus en détail. Le rôle de la neuroinflammation était particulièrement intéressant pour les chercheurs. Leurs résultats sont publiés cette semaine dans.

La maladie de Parkinson est causée par la mort des neurones producteurs de dopamine dans une partie du striatum appelée substance noire. Lorsque les taux de dopamine diminuent lentement, les symptômes moteurs caractéristiques de la maladie de Parkinson apparaissent, notamment les muscles rigides, les tremblements, les mouvements lents et les changements de la parole.

Dans la maladie de Parkinson et des conditions similaires, une inflammation dans le cerveau a également été observée. En particulier, il existe une activation de la microglie, qui est un type de macrophage et un acteur majeur de la réponse immunitaire du système nerveux central. Ils sont fortement impliqués dans la neuroinflammation.

Influencer cette réponse inflammatoire est actuellement à l’étude comme une voie potentielle de traitement de la maladie de Parkinson.

Enquêter sur le rôle de l’inflammation

L’équipe a voulu comprendre si cette neuroinflammation pouvait également survenir dans le RBD. Ils ont effectué des scanners TEP sur 20 individus atteints de RBD médicalement confirmés et les ont comparés à 19 témoins sains. Ils ont évalué l’activation microgliale dans différentes régions du striatum (la substance noire, le caudé et le putamen). La fonction des neurones dopaminergiques a également été évaluée.

Comme prévu, ils ont constaté que chez les personnes souffrant de RBD, il y avait une activation microgliale accrue dans la substance noire et une fonction dopaminergique réduite dans le putamen. Les auteurs écrivent:

« En résumé, nous avons montré que l’activation microgliale élevée dans la substance noire et la fonction dopaminergique présynaptique nigrostriatale réduite peuvent être détectées chez les patients atteints de RBD […] Ce résultat implique que neuroinflammation et déficit dopaminergique se produisent chez les patients atteints de RBD. »

D’autres études seront nécessaires pour confirmer ces résultats; l’étude ne portait que sur un nombre relativement restreint de sujets. Les chercheurs veulent également suivre les personnes de l’étude pour observer si oui ou non Parkinson se développe dans ceux avec RBD.

Mais si les résultats sont reproduits, il peut offrir une nouvelle voie potentielle pour traiter le RBD et éventuellement ralentir l’apparition de la maladie de Parkinson. Comme l’écrivent les auteurs, « la modulation de l’activation microgliale pourrait fournir une stratégie thérapeutique potentielle pour ralentir la progression de la maladie, en particulier dans ses premiers stades. »

L’étude ajoute à la preuve que la neuroinflammation est un facteur à la fois dans la maladie de Parkinson et RBD. À l’avenir, ces résultats pourraient aider à attraper la maladie plus tôt et potentiellement offrir une voie à de nouveaux traitements.

Like this post? Please share to your friends: