Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Pourquoi les hommes pourraient trouver le multitâche plus difficile

Il existe une croyance populaire selon laquelle les femmes sont meilleures que les hommes au multitâche. Bien que certaines études aient soutenu cette affirmation, d’autres scientifiques ont souligné l’insuffisance des preuves de cette généralisation. De nouvelles recherches soutiennent le premier, suggérant qu’il peut être plus difficile pour le cerveau masculin de passer d’une tâche à l’autre, car il utilise plus de ressources pour le faire.

[homme multitâche]

Nous utilisons couramment le terme «multitâche» pour désigner la capacité de notre cerveau à effectuer plusieurs tâches à la fois.

Cependant, d’un point de vue psychologique, le «changement de tâche» peut être un terme plus précis. Les découvertes en neuroscience et en psychologie suggèrent que pendant ce que l’on appelle communément le «multitâche», le cerveau accomplit une tâche, s’arrête et passe au suivant, le tout dans un laps de temps très court.

Il existe une croyance populaire selon laquelle les femmes sont plus à même de changer de tâches que les hommes, mais certains scientifiques ont soutenu que cela reste une généralisation populaire sans aucune preuve scientifique pour la soutenir. Par exemple, une vaste revue de la littérature scientifique « n’a pas pu trouver un seul rapport scientifique pour étayer ce point de vue ».

Cependant, d’autres études suggèrent que les femmes fonctionnent mieux au moins dans certains paradigmes multitâches. Une étude de ce type a révélé que les femmes surpassaient les hommes dans les tests informatisés de changement de tâches, ainsi que dans les tests multitâches «papier-crayon». Les hommes étaient également beaucoup plus lents à passer d’une tâche à l’autre.

Une nouvelle recherche examine la quantité d’énergie dépensée par les cerveaux masculins pour effectuer des tests de changement de tâches, ainsi que les zones du cerveau qui sont activées.

Étudier le changement de tâches chez les hommes et les femmes

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’École supérieure d’économie (HSE) à Moscou, en Russie, examine les différences entre les sexes dans la performance des tâches de changement d’attention.

La recherche a été menée par Svetlana Kuptsova et Maria Ivanova, du Laboratoire neurolinguistique HSE.

Les chercheurs ont examiné 140 hommes et femmes âgés de 20 à 65 ans, dont 69 hommes.

Les participants ont été invités à effectuer un test de commutation de tâches à l’intérieur d’une machine fonctionnelle d’imagerie par résonance magnétique (IRMf), et l’imagerie de contraste de niveau d’oxygène sanguin (BOLD) a été utilisée pour observer l’activité cérébrale.

Les participants ont été invités à changer d’objectif entre deux objectifs, dans un ordre pseudo-aléatoire. Ils étaient tenus de classer les figures selon la forme, à savoir ronde ou carrée, et les classer en fonction du nombre, c’est-à-dire un ou deux.

Les chercheurs ont calculé les volumes de matière grise et blanche dans tout le cerveau et dans certaines zones.

De plus, ils ont effectué des tests neuropsychologiques, tels que le test D-KEFS Trail Making, afin de mesurer la capacité de changement d’attention des participants, et le test Wechsler Memory Scale pour mesurer leur mémoire auditive et visuelle.

Les hommes utilisent plus de ressources cérébrales pour passer d’une tâche à l’autre

Indépendamment du sexe ou de l’âge, le changement de tâche active habituellement les régions préfrontales dorsolatérales du cerveau, les lobes pariétaux inférieurs et le gyrus occipital inférieur.

L’étude a révélé que, comparativement aux femmes, les jeunes hommes âgés de 20 à 30 ans avaient une plus grande activation bilatérale dans les zones préfrontales et une plus grande activité dans le lobe pariétal droit et l’insula. En outre, les hommes ont montré une activation bilatérale de la zone motrice supplémentaire, qui n’a pas été observée chez les femmes.

L’âge semblait avoir un impact sur les résultats. L’activation cérébrale observée était localisée chez les adultes plus jeunes mais devenait plus diffuse avec l’âge. Aucune corrélation entre les signaux BOLD et l’âge n’a été observée entre 20 et 40 ans chez les femmes et entre 20 et 55 ans chez les hommes. Cependant, après cet âge, les chercheurs ont constaté une augmentation du nombre de zones cérébrales activées chez les hommes et les femmes.

Les différences entre les sexes sont également devenues négligeables avec l’âge, car les chercheurs n’ont pas noté de différences significatives chez les hommes et les femmes âgés de 51 à 65 ans.

Enfin, l’analyse a montré une diminution de la matière grise, mais pas de la substance blanche avec l’âge.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue à comité de lecture

Les hommes peuvent trouver le changement de tâche plus difficile

La recherche suggère que les hommes pourraient trouver plus difficile de passer d’une tâche à l’autre, car le cerveau masculin semble avoir besoin de plus de puissance cérébrale pour ce faire.

«Nous savons qu’une activation et une implication plus fortes des zones supplémentaires du cerveau sont normalement observées chez les sujets confrontés à des tâches complexes.Nos résultats suggèrent que les femmes pourraient trouver plus facile que les hommes de changer d’attention et leur cerveau n’a pas besoin de mobiliser des ressources supplémentaires. donc, par opposition aux cerveaux masculins. « 

Svetlana Kuptsova

Bien que la différence dans le temps de réaction soit scientifiquement pertinente, elle est à peine perceptible dans la vie de tous les jours, explique Kuptsova, à l’exception peut-être de «circonstances vraiment stressantes ou situations critiques nécessitant un changement fréquent d’attention».

Les raisons de cette différence restent inconnues. Comme le fait valoir Kuptsova, bien que les facteurs évolutionnistes et sociaux puissent jouer un rôle, toute hypothèse quant à la raison pour laquelle la nature pourrait en avoir besoin est pure spéculation.

Découvrez comment le multitâche multimédia a été lié aux changements cérébraux.

Like this post? Please share to your friends: